L’Irlande : confiante en son redressement

©Gouvernement irlandais

La crise bancaire a été endiguée, mais à un coût très élevé pour les deniers publics.

L’éclatement de la bulle immobilière a eu des répercussions considérables sur l’économie irlandaise. Le niveau de vie a reculé à son niveau de 2004 et les recettes fiscales provisoires – qui avaient servi à financer la hausse des dépenses publiques – se sont taries. De plus, notre pays a dû faire face à l’effondrement de son système bancaire, qui a connu des pertes considérables.

Bien que l’Irlande se soit attaquée aux conséquences du changement de sa situation budgétaire depuis mi-2008, l’humeur des investisseurs à l’égard du pays s’est détériorée à l’automne 2010, en raison du gonflement de la dette publique, dans le contexte de déficits annuels importants et d’un programme de soutien public au système bancaire. L’accès aux marchés a été fermé, ce qui a nécessité un soutien financier de la part de nos partenaires de l’Union européenne et du Fonds monétaire international.

Un nouveau gouvernement est entré en fonction en mars, investi par le peuple irlandais d’un mandat très clair. Le gouvernement est résolu à ramener le déficit budgétaire à moins de 3 % du PIB d’ici 2015, conformément aux exigences européennes. En outre, nous prévoyons de dégager un excédent budgétaire primaire à partir de 2014, ce qui permettra de mieux engager la réduction de notre dette publique à partir de cette période. Le gouvernement entend aussi mettre en oeuvre de nouvelles réformes structurelles en vue de stimuler la productivité de l’économie, d’améliorer les perspectives du marché de l’emploi et de maintenir les finances publiques et le fardeau de la dette sur une trajectoire viable.

Par des mesures telles que l’Initiative pour l’emploi, le gouvernement met en oeuvre diverses réformes visant à redresser le marché du travail. Pour l’essentiel, cela se fera d’une manière budgétairement neutre et contribuera à stimuler la confiance et à réduire l’épargne de précaution.

L’action des pouvoirs publics sera particulièrement axée sur la remise à flot du secteur bancaire, pour lui permettre de fournir de nouveau le crédit nécessaire à la reprise. Dans ses grandes lignes, l’approche consiste à recapitaliser, à restructurer et à désendetter les institutions viables, tout en facilitant la liquidation ordonnée de celles qui ne le sont pas. Les récents tests de solvabilité et de liquidité menés par notre banque centrale ont été bien accueillis par les parties prenantes des marchés; en outre, il est unanimement reconnu que la crise bancaire a été endiguée, malgré un lourd tribut pour les finances publiques.

Les récentes données macroéconomiques ont été relativement encourageantes et le PIB devrait progresser de nouveau cette année – pour la première fois depuis 2007. Les diverses mesures d’assainissement des finances publiques et les efforts déployés par les entreprises pour nettoyer leur bilan vont continuer de freiner la demande intérieure, mais les secteurs axés sur l’exportation affichent toujours d’excellents résultats. Ce rééquilibrage reflète l’amélioration notable de la compétitivité des coûts qui s’est manifestée ces dernières années. Résultat : la balance courante du pays a renoué avec les excédents ; c’est là un indicateur positif essentiel quant aux perspectives générales à moyen terme de l’économie irlandaise.

Le programme d’appui financier extérieur nous a fourni la latitude nécessaire à la mise en place de politiques financières, budgétaires et structurelles appropriées. Le dernier rapport trimestriel conclut que l’instauration des politiques a été réussie et que les objectifs ont été atteints. Ces politiques devraient continuer à porter leurs fruits dans les mois et années à venir ; aussi sommes-nous confiants quant au retour à un financement par le marché de notre dette souveraine et de notre secteur bancaire d’ici la fin du programme actuel, en 2013.

Références

OCDE (2009), Études économiques de l’OCDE : Irlande 

OCDE ( 2010), Better Regulation in Europe: Ireland

OCDE (2010), OECD Environmental Performance Reviews: Ireland

Retrouvez ces titres sur www.oecd-ilibrary.org

Voir www.finance.gov.ie 

Voir aussi www.oecd.org/irlande

Pour connaître les points de vue d’autres ministres des Finances de pays de l’OCDE et de pays partenaires sur les défis économiques en 2011, lisez notre table ronde des ministres des Finances dans l’édition inaugurale de L’Annuel de l’OCDE (2011), disponible sur www.observateurocde.org/annuel2011

©L’Observateur de l’OCDE n° 284, T1 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016