Entreprises mondiales : protéger, respecter et réparer

Une mise à jour des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales est prévue pour 2011. Il s’agira notamment de donner aux entreprises des directives plus fermes pour prévenir les atteintes aux droits de l’homme, pour leurs propres activités ainsi que pour celles de leurs fournisseurs.

Le Professeur John Ruggie fait partie des experts consultés ; il est Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la question des droits de l’homme, des sociétés transnationales et autres entreprises. À l’occasion d’une visite à l’OCDE, il commente son cadre « Protéger, respecter et réparer » pour la gestion des relations entre les entreprises et les droits de l’homme.

OCDE : Pourquoi les entreprises doivent-elles se préoccuper des droits de l’homme ?

John Ruggie : Les entreprises doivent respecter la dignité des personnes avec lesquelles elles interagissent. C’est là une attente sociale fondamentale. De même, les pouvoirs publics doivent garantir que le droit du travail et les lois protégeant les consommateurs (...) sont respectés. Souvent, ce n’est pas le cas. Mais les entreprises se rendent compte par elles-mêmes qu’elles ont un rôle à jouer pour protéger leurs investissements à long terme.

Ne craignez-vous pas que cette question passe au second plan en période de difficultés économiques ?

Je ne l’ai pas constaté. Je pense que les entreprises savent que la récession actuelle est temporaire, mais qu’elles doivent relever des défis permanents et à long terme face à l’impact subi par les individus et les communautés.                             En quoi votre cadre « Protéger, respecter et réparer » peut-il être utile ?               Ce qui, à mon avis, est unique avec ce cadre (…) c’est que, premièrement, il est placé sous les auspices de l’ONU et a donc une présence mondiale et une légitimité certaines. Deuxièmement, il délimite clairement le rôle des pouvoirs publics et celui des entreprises, sans amalgame. Les défenseurs des droits de l’homme ont parfois tendance à rejeter sur l’entreprise toutes les responsabilités en matière de résultats sociaux, y compris celles qui concernent les pouvoirs publics. Ce cadre différencie clairement le rôle des entreprises et celui des pouvoirs publics, et il s’assure que chacun joue son rôle.

Comment les Principes directeurs de l’OCDE révisés pourront-ils contribuer à la mise en oeuvre de votre cadre ?

On peut décrire le cadre des Nations Unies comme un dispositif mondial. Il s’adresse aux 192 États membres de l’ONU, vise les 7 000 sociétés transnationales ainsi que toutes les sociétés nationales. Les Principes directeurs de l’OCDE ont une portée plus limitée – [ils] mettront en oeuvre, dans une région plus restreinte ou un ensemble moins large d’activités et d’entreprises, ce que les Nations unies fixent comme base normative au niveau mondial.

Références et liens recommandés

Transcription éditée de l’interview du Professeur Ruggie ; pour la version longue, voir www.youtube.com/oecden

Pour plus d’informations sur les Principes directeurs de l’OCDE pour les entreprises multinationales, voir www.oecd.org/daf/investissement/principesdirecteurs

© L' Annuel de l'OCDE 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016