Shannon Stapleton/Reuters

La difficulté d’être chômeur

OCDE Observateur

« Être au chômage, c’est frustrant, dévalorisant et, à ce stade, effrayant. » Pour qui doute des effets dévastateurs du chômage, les témoignages recueillis par une enquête récente du John J. Heldrich Center for Workforce Development, de l’Université Rutgers aux États-Unis, seront éclairants.

Le centre a interrogé 1 100 américains de plus de 18 ans, au chômage et à la recherche d’un emploi au cours des 12 derniers mois, en août 2009. Le résultat ? « L’angoisse du chômage », un bilan aux chiffres et aux mots révélateurs.

53 % des personnes interrogées estiment que l’économie américaine connaît actuellement des « mutations fondamentales qui vont durer ». « Les journaux annoncent que les baby boomers comme moi devront travailler plus longtemps, précise l’une d’entre elles, d’autant que beaucoup d’entre nous ont perdu la moitié, si ce n’est plus, de la valeur de leurs fonds de pension. Mais qu’on m’explique comment je pourrais travailler quelques années de plus alors que je n’arrive même pas à décrocher un entretien d’embauche ! »

Sur les 56 % qui ont déclaré ne pas avoir perçu de prestations de chômage publiques au cours des 12 derniers mois, 48 % ont indiqué qu’ils ne remplissaient pas les conditions requises pour en bénéficier. Parmi les chômeurs interrogés, 60 % ont déclaré qu’ils n’avaient pas reçu de préavis de licenciement. Et 27 % ont été prévenus un mois à l’avance ou moins.

Pas étonnant, dans ces conditions, que 51 % des sondés estiment qu’il appartient aux pouvoirs publics d’aider les chômeurs. Par comparaison, 17 % estiment que cette responsabilité incombe à l’employeur, et 33 % estiment que c’est aux travailleurs eux mêmes de se prendre en charge.

Notons que 76 % des sondés évoquent le « profond impact » qu’a eu la situation économique sur leur famille. « Bien sûr, je reçois des bons d’alimentation, explique l’un d’eux, mais cela ne m’empêche pas de restreindre les courses au minimum, ce qui exclut la lessive pour mes vêtements, sans parler d’acheter de nouveaux vêtements pour me présenter à un éventuel entretien d’embauche. »

Sur les 43 % de bénéficiaires d’allocations chômage, 83 % ont déclaré qu’ils craignaient « un peu » ou « fortement » que les allocations ne cessent avant qu’elles n’aient retrouvé un emploi.

« Le manque de revenu et l’absence de couverture maladie sont déjà douloureux, mais c’est le fait de ne pouvoir répondre aux besoins de mon couple qui me détruit psychologiquement, » explique un sondé.

Parmi les personnes contactées, 70 % ont déclaré qu’elles avaient remis à plus tard l’amélioration de leur logement ou leurs projets de vacances ; 63 % ont déclaré qu’elles avaient utilisé l’épargne destinée à leur retraite ou autre pour répondre à des besoins immédiats ; et 56 % ont déclaré qu’elles avaient emprunté de l’argent à leurs proches ou à des amis.

Plus de 60 % des sondés ont affirmé souffrir de troubles du sommeil ou de fatigue physique ou morale. 58 % ont déclaré que leurs relations familiales étaient devenues tendues, et 52 % qu’ils évitaient les événements amicaux ou sociaux.

L’enquête de l’Université Rutgers dessine un tableau sombre, mais pas désespéré. Si 77 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles s’étaient senties « stressées » et 68 % « déprimées » en raison de leur situation, 66 % se sont déclarées « impatientes de prendre un nouveau départ.»

Les résultats de l’enquête peuvent être consultés sur www.heldrich.rutgers

Article paru initialement dans L’Observateur de l’OCDE n° 274, octobre 2009

© L' Annuel de l'OCDE 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016