En tête de classe

Cliquer pour agrandir

Les élèves d’aujourd’hui sont-ils préparés à l’économie du savoir du XXIème siècle ? Quelles compétences de base ont-ils, et comment les différents pays se classent-ils les uns par rapport aux autres en termes de tâches basiques comme la lecture, les mathématiques et les sciences ?

Pour répondre à ces questions, l’OCDE a développé PISA, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, qui évalue la qualité, l’équité et l’efficacité des systèmes scolaires d’environ 70 pays qui, ensemble, représentent 90 % de l’économie mondiale. En évaluant entre 4 500 et 10 000 élèves de 15 ans dans chaque pays, PISA présente une évaluation internationale standardisée, et est devenu un outil puissant pour les pays désirant améliorer leur système éducatif. Quatre évaluations ont été menées depuis 2000.

La Corée est arrivée en tête de ces résultats issus de la dernière étude PISA – réalisée en 2009 et publiée en décembre 2010 – grâce à ses très bonnes performances en lecture et en mathématiques. La Finlande, au deuxième rang, a devancé la Corée en sciences. Dix-neuf pays ont réalisé un score de 500 ou plus en sciences, contre seulement 14 pays en lecture et en mathématiques. Certains pays ont connu de grands progrès en lecture depuis 2000, notamment le Chili, Israël et la Pologne, tandis que d’autres, comme l’Irlande et la Suède, ont connu un certain recul.

La Corée et la Finlande se placent encore en tête des pays de l’OCDE pour ce qui est de la lecture. Le résultat du pays de l’OCDE le moins bien classé, le Mexique, montre que l’écart entre les résultats les meilleurs et les moins bons de l’OCDE représente plus de deux années scolaires. Les pays asiatiques, avec la Finlande, dominent le classement pour tous les tests. Par ailleurs, PISA 2009 a évalué Shanghai (Chine) pour la première fois. Bien que n’étant pas un pays, et ne pouvant donc pas être strictement comparée aux autres, la ville est arrivée en tête avec une large avance. Cette performance montre ce qui peut être réalisé avec des ressources économiques moyennes et un contexte social varié.

La dernière étude PISA a été riche d’enseignements, montrant par exemple que les établissements scolaires performants privilégiaient le salaire des enseignants par rapport à la taille réduite des classes. Autre exemple, en lecture, l’évaluation montre que les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons dans tous les pays participants. C’est une bonne nouvelle, étant donné que pendant une grande partie du XXème siècle, les préoccupations sur les différences entre les sexes dans l’éducation se sont concentrées sur les contre-performances des filles. Récemment, l’attention s’est plutôt portée sur les moins bonnes performances des garçons. Ceux-ci obtiennent toujours de meilleurs résultats en mathématiques, tandis que pour les sciences, les différences sont minimes.

Les systèmes éducatifs qui ont pu assurer des résultats solides et équitables, et réaliser des améliorations rapides, montrent l’exemple aux autres. Les niveaux de revenus influencent évidemment les performances éducatives, mais n’expliquent que 6 % des différences pour les performances des élèves moyens. Les 94 % restants relèvent en grande partie de l’action publique.

Pour plus d’informations sur l’enquête PISA de l’OCDE, voir www.pisa.oecd.org

© L' Annuel de l'OCDE 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016