Une nouvelle croissance qui préserve la planète

Le Rapport planète vivante 2010 du WWF montre que nous consommons actuellement 50 % de ressources au-delà de ce que la Terre peut produire. Si nous suivons cette tendance, il nous faudra deux planètes pour subvenir à nos besoins en 2030. Manifestement, le statu quo ne nous mènera pas à des lendemains prospères.

Nous devons nous montrer capables de nous développer et de faire croître notre économie sans épuiser la Terre. Autrement dit, la croissance doit se passer du carbone et nous devons employer les incroyables ressources naturelles de la planète sans nuire à la santé des écosystèmes.

Les grands groupes commencent à comprendre qu’il est extrêmement risqué, à mesure que les terres, l’eau et les autres ressources viennent à manquer, de conserver un modus operandi qui laisse des stigmates profonds. Ils réalisent même que la durabilité peut rapporter gros.

D’après un rapport récent du géant de la banque HSBC, le marché mondial des énergies à faibles émissions de carbone va quasiment tripler dans les dix prochaines années et représentera alors 2 200 milliards de dollars par an. La Chine ambitionne d’en prendre la tête. Déjà premier fabricant d’éoliennes, de panneaux solaires et des réseaux électriques les plus performants, ce pays investit massivement dans la voiture électrique et le train à grande vitesse. Le Président Hu Jintao a déclaré que la Chine devait « préempter les débouchés offerts par la nouvelle étape de la révolution énergétique mondiale ».

Nous assistons aussi à une explosion des marchés des biens produits de manière durable : poissons capturés dans des pêcheries bien gérées, huile de palme produite sans dévaster les précieuses forêts tropicales, etc. Ces dernières années, les marchés de produits durables certifiés ont augmenté de plus de 50 %.

Les pouvoirs publics peuvent libérer le potentiel de ces nouveaux marchés. Ils peuvent fixer des objectifs ambitieux de réduction des émissions de carbone et de développement des énergies renouvelables, ainsi que des normes d’efficacité énergétique. Une gestion plus rigoureuse des ressources collectives comme les pêcheries et les forêts peut contribuer à stimuler le changement. L’une des priorités est de supprimer les énormes subventions qui nous emmènent dans la mauvaise direction (plus de 500 milliards de dollars au profit des énergies fossiles, par exemple). Les éliminer ouvrirait le marché à de nouvelles activités. En redistribuer une partie peut accélérer la transition. Ainsi, les subventions mondiales en faveur de la pêche sont estimées à 27 milliards de dollars par an : si les pouvoirs publics n’en réaffectaient qu’un tiers à la reconstitution des stocks et à l’amélioration de la gestion des pêcheries mondiales, l’accroissement de la production serait de 34 milliards de dollars par an.

Le défi essentiel de ce siècle consiste sans doute à trouver le moyen de répondre aux besoins et aux aspirations d’une population en augmentation sans aller au-delà des capacités de notre unique planète. Il n’est pas facile à relever, mais offre des possibilités de croissance nouvelles et considérables à ceux qui ont des solutions à proposer.

Références et liens recommandés

WWF, Rapport planète vivante 2010, Gland, Suisse.

Site Internet du WWF : www.wwf.fr

© L' Annuel de l'OCDE 2011




Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019