Angus Maddison

Le professeur Angus Maddison, décédé le 24 avril, était un économiste hors-pair et une légende de l’OCDE. De fait, il a rejoint l’OCDE avant même qu’elle n’existe. En 1952, il est devenu membre de ce qui était, à l’époque, la direction de l’Économie et des Statistiques de l’Organisation européenne de coopération économique, l’OECE. Lorsque l’OECE est devenue l’OCDE en 1961, il a mis son grand intérêt pour les statistiques, leur mesure et leur précision, au service des questions de développement.

M. Maddison a mené la première analyse détaillée des flux financiers vers les pays en développement, même si, avec sa prudence habituelle, il la qualifiait de première tentative d’analyse.

Après une période en tant que directeur du programme d’assistance technique de l’OCDE à la Grèce, au Portugal, à la Turquie et à la Yougoslavie, M. Maddison a rejoint le Centre de développement en tant que chercheur permanent en 1964. Ses travaux au sein du Centre ou en rapport avec lui ne devaient plus cesser jusqu’à sa mort, le 24 avril dernier. M. Maddison a travaillé sur un tel nombre de projets que je ne peux pas tous les détailler ici. En tant que membre du Centre de développement, il a fourni une assistance technique à des pays aussi divers que le Brésil (sous dictature militaire à l’époque), la Guinée, la Mongolie et l’Union Soviétique. Il a écrit une étude marquante sur la croissance comparée du Japon et de l’Union Soviétique en 1966. Après une brève période d’absence de l’OCDE, M. Maddison est revenu en 1971 pour compiler le premier Annuaire des statistiques de l’éducation, qui est l’une des sources du célèbre programme PISA. Il a ensuite étudié des problèmes liés aux aides sociales et à la répartition des revenus, qui étaient apparus pendant la période de croissance d’aprèsguerre et pendant la mise en place de l’Étatprovidence dans certains pays. Ces problèmes d’équité et de répartition des richesses font désormais partie des préoccupations principales des économies émergentes partout dans le monde.

En 1979, M. Maddison a ajouté une corde de plus à son arc en coordonnant la publication de Measuring Employment and Unemployment (Mesurer l’emploi et le chômage), une contribution majeure aux efforts de l’OCDE pour standardiser la définition de l’emploi, améliorant ainsi la précision des informations disponibles.

Measuring Employment and Unemployment était la dernière étude écrite par Angus à l’OCDE avant son départ pour l’Université de Groningen, aux Pays-Bas. Mais heureusement, ce n’était pas sa dernière étude pour nous. Bien au contraire, M. Maddison a maintenu des liens solides avec le Centre de développement et sa position privilégiée au sein de l’OCDE. Il était donc naturel qu’il se tourne vers le Centre alors qu’il préparait le premier de ses remarquables ouvrages sur l’économie mondiale, The World Economy in the Twentieth Century (L’économie mondiale au XXème siècle), publié par l’OCDE en 1989. Son étude suivante, L’économie mondiale : 1820/1992, donnait un avant-goût de son important ouvrage, L’économie mondiale : une perspective millénaire. Ce livre remarquable retrace l’évolution de l’économie mondiale sur un millénaire. Deux ans plus tard, M. Maddison a mis à jour l’ensemble de ses statistiques. L’OCDE les a publiées, afin de faire bénéficier d’autres scientifiques de cette extraordinaire somme de travail.

Les excellents ouvrages de M. Maddison se fondent tous sur des statistiques et des analyses solides. Sa capacité à restituer une masse d’informations statistiques dans un langage simple et concis a permis de rendre la somme unique de son travail accessible aux lecteur non-spécialistes. C’est une ressource importante pour ceux qui étudient l’histoire économique, et une leçon qui devrait tous nous tenir à coeur !

Parmi ce riche corpus d’ouvrages, nombreux sont ceux qui portent sur la Chine. Cela fait également partie de l’héritage d’Angus Maddison. Il y a douze ans, l’OCDE a publié une étude du Centre de développement par Maddison qui a déclenché une forte controverse dans le monde occidental, et une certaine satisfaction en Chine. L’économie chinoise : une perspective historique, ouvrage visionnaire et toujours solidement étayé par des faits, annonçait que la Chine était en passe de retrouver sa « position historique » de plus importante économie du monde. Il a réitéré cette affirmation dans un article de L’Observateur de l’OCDE en 2002 (voir www.observateurocde.org). L’édition revue et corrigée de 2007 concluait que la Chine progressait tellement vite que, en termes de parité de pouvoir d’achat, son économie dépasserait celle des États-Unis d’ici 2015, ou même plus tôt. On connaît la suite.

Beaucoup de ses prévisions se sont réalisées, et d’autres se réaliseront sans doute encore On ne peut que regretter qu’il ne soit plus là pour le constater. Angus Maddison laisse derrière lui une femme, Penny, et trois enfants.

©L'Observateur de l'OCDE N° 279 mai 2010




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016