Voler de ses propres ailes

Le 7 avril 2010, un avion léger d’une étonnante envergure décollait d’un petit aérodrome dans le canton de Vaud, en Suisse. Après une heure et demie de vol, il atteignait 1 200 mètres d’altitude et enchaînait virages, approches et atterrissages. Contrairement à la légende d’Icare, au lieu de fondre au soleil, ses ailes en captaient l’énergie, alimentant les moteurs de l’avion. Nous avons rencontré Bertrand Piccard, l’un des concepteurs et pilotes de cet avion, le Solar Impulse HB-SIA.

L’Observateur de l’OCDE : Le solaire est-il vraiment une solution envisageable pour le transport aérien, entre autres ?

Bertrand Piccard : Solar Impulse veut démontrer le potentiel des technologies renouvelables et des techniques actuelles d’économies d’énergie. Nos technologies ont rapidement été adoptées pour des plateformes de télécommunication de haute altitude fonctionnant à l’énergie solaire, par exemple, mais en matière de transport aérien, la réponse est plus délicate. Souvenez-vous : lorsque Lindbergh a traversé l’Atlantique en 1927, il était seul dans un avion dont le reste de la cargaison était de l’essence. Il a décollé avec 2 000 litres d’essence ! Nos batteries pèsent 400 kg, soit 25 % du poids total de l’avion. À l’époque, personne n’aurait pu imaginer que des centaines de personnes traverseraient l’océan en avion quelques années plus tard. Aujourd’hui, le Solar Impulse peut transporter un pilote et 400 kilos de batteries. Qu’en serat- il à l’avenir ? Je l’ignore, mais il est clair que l’aéronautique devra évoluer pour faire face aux problèmes écologiques et à la hausse des prix du carburant.

Quels obstacles à l’innovation rencontrez-vous ?

Dès le début, nous savions que, pour pouvoir voler nuit et jour grâce à la seule énergie solaire, au point de pouvoir faire le tour du monde, l’avion devrait être très grand (200 m2) afin d’y intégrer suffisamment de cellules solaires pour récolter la quantité d’énergie indispensable. Mais il nous fallait aussi construire un appareil ultra léger (1 600 kg) pour économiser un maximum d’énergie. Chaque watt et chaque gramme comptait ! Nous devions repousser les limites des technologies actuelles sur tous les fronts. Le résultat est époustouflant. L’avion possède l’envergure d’un Airbus 340 (63,4 mètres), il ne pèse pas plus qu’une voiture moyenne (1 600 kg), et sa puissance est celle d’une petite moto (4 moteurs électriques de 10 CV).

Solar Impulse se veut l’emblème de ce que l’on peut accomplir avec les énergies renouvelables. Nous voulons inciter le plus de monde possible à utiliser les énergies renouvelables et les technologies propres au quotidien. Si un avion est capable de voler nuit et jour sans carburant, uniquement grâce à l’énergie solaire, que personne ne prétende qu’il est impossible d’en faire de même pour des véhicules à moteur, des appareils de chauffage, des climatiseurs ou des ordinateurs. Ce projet nous permet de montrer qu’un esprit pionnier et une vision politique peuvent changer la société et vaincre notre dépendance envers les énergies fossiles.

Comment les décideurs politiques peuvent-ils vous faciliter la tâche ?

Si nous voulons moins dépendre des énergies fossiles, nous devons investir massivement dans des technologies qui réduisent notre consommation énergétique et passer rapidement à d’autres sources d’énergie. C’est pourquoi nous avons besoin d’interventions étatiques, sous forme de tarifs d’achat incitatifs, de restrictions légales claires de la consommation d’énergie et de l’obligation d’intégrer les coûts environnementaux au prix de vente de tous les produits. Les décideurs politiques doivent avoir la prévoyance de mettre un terme à notre dangereuse dépendance visà- vis des énergies fossiles : c’est en fait la meilleure manière de stimuler l’économie et l’industrie, de créer des emplois et de mettre de nouveaux produits sur le marché. Les actionnaires eux-mêmes bénéficieraient de la mise en oeuvre de technologies permettant d’économiser l’énergie. Mais les gens ont toujours besoin d’un petit coup de pouce dans la bonne direction, car ils ont peur de faire le premier pas eux-mêmes !

©L'Observateur de l'OCDE N° 279 mai 2010

Voir www.solarimpulse.com

 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016