En bref

OCDE Observateur

Une adhésion qui marque un tournant; Alléger la pression fiscale; Économie; Haïti; Investissement; Aide et climat; Verbatim; Nouvel Économiste en chef

Une adhésion qui marque un tournant
Alléger la pression fiscale
Économie
Haïti
Investissement
Aide et climat
Verbatim
Nouvel Économiste en chef



Une adhésion qui marque un tournant


Le Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría (à gauche), Mme la Présidente du Chili Michelle Bachelet et le ministre des Finances Andrès Velasco à la cérémonie d'adhésion, le 11 janvier 2010 à Santiago. (©OCDE)

Le Chili deviendra le 31ème membre de l’OCDE et le premier en Amérique du Sud grâce à un accord d’adhésion signé le 11 janvier à Santiago par le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría et le ministre des Finances chilien Andrés Velasco. L’adhésion du Chili sera officielle une fois l’accord d’adhésion ratifié par le Parlement.

La Présidente Michelle Bachelet a salué l’entrée de son pays à l’OCDE comme « le début d’un nouveau chemin d’avenir qui nous ouvre de nouvelles possibilités de progresser plus rapidement » sur la voie des pays développés. Pour l’OCDE, l’adhésion du Chili marque une étape importante dans sa mission de bâtir une économie mondiale plus forte, plus saine et plus juste. « La voie suivie par le Chili et l’expérience qu’il a acquise enrichiront le point de vue de l’OCDE sur les principaux problèmes qui se posent aux décideurs », a déclaré M. Gurría lors de la cérémonie de signature à Santiago. « Le Chili a maintenu un effort continu pour réformer son économie. »

Le Chili affiche une croissance économique supérieure à 5 % par an depuis 20 ans. Les réformes sans précédent du système de retraite chilien menées au début des années 1980 ont inspiré de nombreux autres pays et, lorsque la crise a éclaté en 2008, des mesures fiscales prudentes qui avaient été prises ont donné au Chili une marge de manoeuvre qui lui a permis d’engager un programme de relance soutenant la demande et l’emploi.

Voir les discours page 38. Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/chili  



Alléger la pression fiscale

La récession commence à affecter les recettes fiscales à travers l’OCDE. Le total des prélèvements fiscaux dans la zone OCDE, stable entre 2006 et 2007, a chuté en 2008. La pression fiscale (soit le rapport entre les revenus fiscaux et le PIB) est passée de 35,8 % à 35,2 %, soit une réduction d’environ 0,5 % du PIB. La pression fiscale a probablement aussi diminué en 2009. En temps de crise, les recettes fiscales diminuent souvent proportionnellement plus que le PIB, mais cette fois-ci, beaucoup de pays de l’OCDE ont également réduit leurs impôts fin 2008 et début 2009 pour renforcer leurs économies face à la crise financière.

Voir www.oecd.org/fiscalite   



Économie

Les premiers signes de reprise se sont renforcés, d’après les derniers indicateurs composites avancés. Incluant des données comme les carnets de commande, les permis de construire et les taux d’intérêt à long terme, les indicateurs avancés de la zone OCDE et des États-Unis ont augmenté d’un point chacun en novembre 2009. Les indicateurs de la zone euro ont augmenté de 1,1 point en novembre, 10,9 points de plus que l’année dernière, tandis que les indicateurs du Japon ont augmenté de 1,2 points, 5,4 points de plus que l’année dernière. Le pronostic est similaire dans les pays non-membres.



Les volumes du commerce des marchandises des pays du G7 ont augmenté au cours du troisième trimestre 2009 après s’être stabilisés au cours du deuxième, mais restent nettement inférieurs aux chiffres de 2008. D’une année sur l’autre, les exportations ont diminué de 17,5 % et les importations de 14,6 %.

Les prix à la consommation de la zone OCDE ont augmenté de 1,3 % entre novembre 2008 et 2009, contre une hausse de 0,2 % en octobre 2009. Les prix à la consommation énergétique ont augmenté de 2,4 % entre novembre 2008 et 2009, après une chute de 9,2 % en octobre.

Le chômage dans la zone OCDE était de 8,8 % en novembre 2009, identique à octobre et supérieur de 2,1 points de pourcentage à l’année précédente. Dans la zone euro, il a atteint 10 % en novembre 2009, de même qu’aux États-Unis en décembre 2009. Au Japon, le chômage était de 5,2 % en novembre 2009, 1,2 points de pourcentage de plus que l’année précédente.

Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/statistiques   



Haïti


©Carlos Barria/Reuters

Suite au tremblement de terre dévastateur qui a frappé le pays en janvier, faisant plus de 100 000 morts et plus d’un million de sans-abris, le Secrétaire général Angel Gurría a offert « l’expérience et l’expertise » de l’OCDE en soutien aux efforts internationaux de reconstruction d’Haïti. « Nous travaillerons (…) avec la communauté des donneurs afin de promouvoir une aide humanitaire efficace et organisée, à court terme pour les secours d’urgence et à plus long terme pour l’effort de reconstruction et de développement, » a-t-il annoncé. « Mais nous savons que rien ne pourra remplacer la disparition des êtres aimés ni guérir les vies et esprits brisés à jamais. »

Voir l’éditorial page 3, et voir www.oecd.org/secretairegeneral pour l’intégralité du discours.

Voir aussi www.oecd.org/cad  



Investissment

Les fusions et acquisitions internationales devraient diminuer de 56 % en 2009 par rapport à 2008, la chute annuelle la plus importante depuis 1995. Bien que cette chute soit principalement due à la chute de 60 % de la valeur des fusions et acquisitions transfrontières des entreprises basées dans la zone OCDE, les premières diminutions importantes des fusions et acquisitions dans et en provenance des principales économies émergentes, comme le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Russie et l’Afrique du Sud, ont aussi contribué à la baisse.

Pour plus d’informations, voir Banque de données, page 77.


Le Maroc a rejoint 41 autres pays en signant la Déclaration de l’OCDE sur l’investissement international et les entreprises multinationales. Ce faisant, le Maroc s’engage à traiter les investisseurs étrangers et nationaux de la même façon, ainsi qu’à promouvoir un comportement responsable des entreprises. Les investisseurs marocains à l’étranger seront traités de la même manière dans les autres pays signataires, qui incluent tous les membres de l’OCDE et plusieurs États nonmembres. Le Maroc a signé cette déclaration à la Conférence ministérielle MENA-OCDE à Marrakech en novembre 2009.

Pour plus d’informations sur la conférence, voir page 39 de ce numéro, L’Observateur de l’OCDE n° 275, novembre 2009, ou www.observateurocde.org 



Aide et climat

Le financement de la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays en développement était un aspect majeur de l’accord de Copenhague sur le changement climatique en décembre. À partir de début 2010, les membres du comité d’Aide au développement de l’OCDE vont évaluer et suivre l’aide au développement non seulement selon sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi selon sa capacité à aider les populations et les écosystèmes à y résister.

Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/cad   



Verbatim

Sur la finance…
« C’est un peu comme vendre une voiture avec des freins défectueux et ensuite acheter une assurance sur l’acquéreur de la voiture. »

Phil Angelides, président de la commission d’enquête sur la crise financière aux États-Unis, réagissant à une explication du président de Goldman Sachs, Lloyd C. Blankfein, sur le fait que sa banque ait vendu des crédits hypothécaires peu fiables, tout en pariant en bourse sur la chute de leur valeur, cité dans le New York Times, 14 janvier 2010.


« Les banquiers pensent-ils vraiment pouvoir sortir gagnants d’un débat sur l’équité ? »
David Wessel, Wall Street Journal, 21 janvier 2010.


« La banque la plus ennuyeuse du monde »
Titre d’un article de Time sur la prudence de la banque espagnole Santander, qui a relativement bien résisté à la crise, 18 janvier 2010.


…et le multilatéralisme
« Copenhague n’est que la preuve la plus récente que le multilatéralisme classique fonctionne de plus en plus difficilement. »
Richard Haass, président du Council on Foreign Relations, Financial Times, 6 janvier 2010.



Nouvel Économiste en chef


©David Sterboul/OCDE

Pier Carlo Padoan, Secrétaire général adjoint de l’OCDE depuis 2007, a été nommé Économiste en chef de l’OCDE. Ancien professeur d’économie et conseiller du Premier ministre italien, M. Padoan a également travaillé au Fonds monétaire international de 2001 à 2005. M. Padoan conservera son poste de Secrétaire général adjoint.


©L'Observateur de l'OCDE N° 276-277, décembre 2009-janvier 2010




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016