Michelle Bachelet, Présidente du Chili, acueille Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE Alex Ibanez/OCDE

L'adhésion du Chili à l'OCDE

Le Chili va devenir le 31ème pays membre de l’OCDE. C’est un événement mémorable, comme en témoignent ces extraits des discours prononcés à Santiago du Chili, le 11 janvier 2010, par Michelle Bachelet, Présidente du Chili et Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, après la signature par la République du Chili de l’accord d’adhésion à la Convention de l’OCDE.

 

Mme la Présidente Michelle Bachelet : « La joie légitime et sincère » dont je parle s’accompagne aussi d’un sentiment de satisfaction et de fierté, car bien que cet accord [d’adhésion] ne marque que le début d’une collaboration entre le Chili et les États membres de l’OCDE, il est aussi un signe éclatant de reconnaissance des progrès accomplis par notre pays durant ces années de liberté et de démocratie pour tous les Chiliens. L’évolution observée ces 20 dernières années revêt un caractère historique. Le Chili est sorti du sous-développement et avance avec assurance sur la voie qui lui permettra d’accéder d’ici quelques années au statut de pays développé. Mais l’intégration à l’OCDE est beaucoup plus qu’un signe de reconnaissance. C’est surtout, comme Angel Gurría l’a fait observer, le début d’un nouveau chemin d’avenir qui nous ouvre de nouvelles possibilités de progresser plus rapidement vers ce développement tant désiré. L’adhésion à l’OCDE aidera le Chili à faire un saut qualitatif s’agissant des politiques publiques et de la modernisation de l’État. En tant que Membre de l’OCDE, le Chili oeuvrera, aux côtés des économies les plus avancées du monde, à la recherche de solutions à apporter aux principaux défis auxquels nous sommes confrontés notamment sur le plan économique, social et environnemental, défis qui sont par essence mondiaux .(…)

Mes amis, l’adhésion à l’OCDE ne signifie pas que le Chili cesse d’être ce qu’il est, à savoir un pays d’Amérique latine, un pays démocratique et un pays tourné vers le progrès. Le Chili apportera à l’OCDE la perspective d’un pays du Sud, à revenu moyen, doté d’une expérience singulière du progrès économique et social, dans un cadre démocratique et respectueux des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Toutefois, je crois que notre adhésion montrera aussi au monde qu’il existe en Amérique latine des pays comme le Mexique, le Chili et nombre d’autres, qui progressent avec assurance vers des sociétés non seulement plus démocratiques mais aussi plus développées et plus inclusives. Et cette avancée des économies émergentes d’Amérique latine sera l’un des événements positifs des premières décennies du XXIème siècle.(…)

Je souhaiterais conclure en lançant à appel à tous les enfants de cette terre, notre patrie, pour qu’ils apprennent à valoriser ce que nous avons construit. Parce que le Chili d’aujourd’hui n’est pas le même qu’il y a 20 ans ; il était alors impensable d’accéder à ce forum. Et parce que, tous ensemble, nous avons atteint ce résultat, dans un climat de liberté et de démocratie.(…)

M. le Secrétaire général Angel Gurría : L’adhésion du Chili à l’OCDE intervient à un moment où la coopération internationale revêt une importance grandissante. (…)

La voie suivie par le Chili et l’expérience qu’il a acquise enrichiront le point de vue de l’OCDE sur les principaux problèmes qui se posent aux décideurs. Le Chili s’est lancé dans un long processus de réforme de son économie. Depuis près de deux décennies, il s’est progressivement doté d’un ensemble solide d’institutions démocratiques, et il est parvenu à combiner une croissance économique vigoureuse avec une amélioration de la protection sociale. Cette expérience sera un atout pour l’OCDE dans la recherche de solutions à des problèmes communs comme l’inégalité ou la couverture et la viabilité des systèmes de retraite. (…)

Le processus d’adhésion à l’OCDE favorise en soi les réformes. Ces deux dernières années, le Chili a procédé à une analyse complète et approfondie de ses politiques, pratiques et institutions économiques, sociales et environnementales et a pris des mesures importantes dans plusieurs domaines. (…) Le temps est venu d’écrire un nouveau chapitre sur la gouvernance économique mondiale et la coopération internationale. Il est temps aussi de construire une économie plus forte, plus saine et plus juste. Il faut maintenant rechercher et promouvoir de nouvelles sources de croissance, expérimenter de nouvelles idées sur le plan de l’innovation, élaborer de nouvelles mesures en faveur de l’emploi, agir pour réduire les inégalités et promouvoir de nouvelles stratégies pour une croissance verte. L’OCDE est honorée de se lancer dans cette nouvelle entreprise avec le Chili comme nouveau partenaire et pays membre.

Comme l’a dit Gabriel Garcia Marquez, « ce n’est pas parce qu’on vieillit que l’on cesse de rêver, mais plutôt parce qu’on cesse de rêver que l’on vieillit ». Le Chili est un pays jeune et l’OCDE est une jeune organisation : poursuivons ensemble nos rêves !


Voir l’intégralité de ces discours sur www.oecd.org/discours  

Voir également www.oecd.org/chili  

©L'Observateur de l'OCDE N° 276-277, décembre 2009-janvier 2010




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016