Forum d'entreprises responsables

OCDE Observateur

L'investissement est essentiel au développement, mais les promesses de généreux profits ne sont pas toujours réalisées, et ce parce que l'impact de l'investissement sur le développement dépend de nombreux éléments. L'un des facteurs est le type d'investissement, mais la manière dont les entreprises mènent leurs affaires est encore plus importante. Cela dépend aussi largement des politiques et de l'environnement régulatoire instauré par les gouvernements : encouragent-ils une conduite responsable de la part des entreprises ? 

Le Réseau MENA des entreprises responsables, créé au Caire en octobre 2008, refl ète l'idée que les investisseurs qui se comportent de manière responsable sont mieux à même de faire progresser la communauté toute entière. Mais, à l'inverse de nombreuses autres initiatives dans ce domaine, celle-ci met l'accent sur le rôle crucial du gouvernement pour créer un environnement propice à l'entreprise responsable. Ce n'est qu'alors que les agences d'investissement sentiront qu'elles attirent les bons investisseurs, et que les entreprises qui accordent de l'importance aux pratiques responsables seront rassurées sur leur capacité à rester profitables.

Jusqu'ici, le réseau s'est concentré sur la sensibilisation à l'importance d'un comportement entrepreneurial responsable, sur l'élaboration d'instruments et de règles adaptées aux gouvernements et entreprises de la région, ainsi que sur la promotion d'actions visant à améliorer leur intégrité et leur transparence, à combattre la corruption, à développer l'entrepreneuriat et le savoir-faire, et à lutter contre le changement climatique.

Le réseau est ouvert aux représentants officiels de tous les gouvernements reconnus, entreprises, organisations nongouvernementales et internationales qui souscrivent aux objectifs du réseau. Le secrétariat est basé au Centre égyptien pour la responsabilité des sociétés au Caire. Le réseau MENA des entreprises responsables n'a pas de source de financement propre et son dynamisme dépend de l'engagement des participants.

Un atelier à propos de ce réseau sera tenu pendant le Forum MENA-OCDE des entreprises à Marrakech le 22 novembre. Ses résultats seront transmis à la Conférence ministérielle MENA-OCDE le lendemain.


Voir www.oecd.org/mena ou contactez Nicola.Ehlermann-Cache@oecd.org


©L'Observateur de l'OCDE n° 275, novembre 2009 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017