Mohammed Abbou

Une action résolue

Renforcer le secteur public est essentiel pour l'investissement et le développement, mais c'est un défi de taille. Mohammed Abbou, Ministre de la Modernisation des secteurs publics du Maroc, explique comment y contribuer.

Le Maroc, confronté aux mêmes défis que la plupart des pays de la région MENA, aspire à emprunter les meilleures voies et pratiques qui assurent l'intégrité, la transparence, l'ouverture et le partenariat qui favorisent la bonne gouvernance et le développement.

Face à ces grands enjeux, le gouvernement marocain s'efforce de faire de la modernisation de l'administration un levier efficace d'intervention et de promotion de la gouvernance.

Nos actions prioritaires portent sur la régionalisation et le renforcement de l'administration de proximité, l'amélioration de la gestion publique, le développement humain et la consolidation du rôle de la femme dans la gouvernance publique.

Les actions de développement des politiques régionales et de déconcentration administrative représentent l'un des enjeux essentiels de la gouvernance. Leur mise en oeuvre s'avère nécessaire pour satisfaire les attentes des citoyens et des partenaires socio-économiques de l'État au niveau local et à assurer la rationalisation de la conduite publique et l'amélioration de la qualité des services.

Ces actions visent à ce que le citoyen soit, à la fois, l'acteur, le moteur et la finalité de toutes initiatives et projets de réformes et de développement.

La réflexion a porté sur le moyen de repenser les modes actuels d'organisation administrative pour une décentralisation accrue des pouvoirs au profit des collectivités locales et une déconcentration de compétences au sein de l'appareil de l'État.

L'application de cette politique repose sur l'élaboration d'une charte de déconcentration qui prend en compte à la fois la prise de décision par les services proches des citoyens concernés, le développement d'une politique de partenariat entre les différents services de l'État et les collectivités locales, et l'orientation unifiée des activités des services extérieurs sur un même niveau afin de mettre en oeuvre la politique de développement régionale et les programmes intégrés de développement économique et social.

Le gouvernement du Maroc a entrepris des initiatives de renforcement de la confiance et de la transparence dans la gestion publique, dans le cadre d'une approche stratégique, commandée par la recherche de la qualité, la répartition des responsabilités et l'allégement des procédures administratives. Ces objectifs reposent donc sur l'adaptation de la gouvernance et donc de la décision publique aux problématiques nouvelles inhérentes au contexte socio-économique marocain, en mutation permanente.

D'importants efforts sont entrepris pour mettre en place un service rapide simple et efficace par le biais de l'harmonisation et de la normalisation des procédures administratives, et l'adoption de la démarche qualité dans les administrations publiques.

En outre l'action du gouvernement s'inspire du projet sociétal lancé dans le cadre de « l'Initiative Nationale pour le Développement Humain » qui place également l'institutionnalisation de l'égalité entre les sexes dans l'administration publique au centre des priorités nationales.

Dans ce cadre, le Ministère de la Modernisation des secteurs Publics (MMSP) a élaboré un programme visant le développement de l'approche genre dans la fonction publique à travers la réduction des disparités entre les sexes en matière de gestion des ressources humaines, et l'accroissement de la représentation des femmes et de leur participation aux postes de prise de décision.

Le groupe de travail sur la fonction publique et l'intégrité, présidé par le Maroc en partenariat avec l'Espagne et la Turquie, a pu tenir cinq réunions constructives depuis le lancement de l'Initiative de Bonne Gouvernance.

Ces réunions ont représenté un cadre adéquat pour des échanges d'expertises et des expériences pilotes engagées par les pays du MENA concernés.

Au cours de ces réunions, le groupe s'est acquitté de sa mission par l'adoption de l'approche pragmatique basée sur la confrontation des actions de réformes menées par les pays du MENA à des réformes réalisées par les pays de l'OCDE et également par la réalisation d'études de cas.

Ainsi, le groupe a réalisé trois études de cas : la lutte contre la corruption et le renforcement de la transparence dans la gestion publique - cas du Maroc ; l'ancrage des principes d'intégrité dans la gestion des ressources humaines et les codes de bonne conduite des fonctionnaires - cas de la Jordanie et de Bahreïn ; la transparence dans les prestations publiques rendues à l'usager à travers la simplifi cation des procédures et la suppression des autorisations - cas de la Tunisie.

Par ailleurs, le groupe a bénéfi cié des instruments proposés par les experts de l'OCDE en vue de promouvoir l'intégrité et la transparence dans la gestion publique, notamment les études d'apprentissage mutuel en matière de gestion des marchés publics et de lutte contre la corruption au Maroc, l'évaluation par les pairs ainsi que la formation des hauts cadres qui sera dispensée dans les Centres Régionaux crées dans les pays du MENA (Centre régional d'évaluation des politiques publiques au Maroc, Centre de l'innovation en Tunisie et Centre de l'actualisation de la réglementation en Égypte).

Concernant la déconcentration et le développement de la régionalisation, un Comité consultatif de régionalisation est en cours de création, qui sera chargé de la conception de la charte de déconcentration en vue de promouvoir la régionalisation avancée au Maroc.

Quant à l'approche genre, le MMSP a mis en place un programme stratégique à moyen terme pour l'institutionnalisation de l'égalité entre les sexes dans le secteur de l'administration publique.

Voir www.mmsp.gov.ma 

©L'Observateur de l'OCDE n° 275, novembre 2009




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016