En bref - avril 2009

La ministre de l'Environnement italienne, Stefania Prestigiacomo, au siège de l'OCDE, 25 mars 2009

La crise s'aggrave ; Économie ; Ados écolos ? ; Aide au développement ; Accord sur l'échange de renseignements fiscaux ; Initiative pour la liberté d'investissement ; Lutte contre les soumissions concertées dans les marchés publics ; Opportunités d'emploi ; Verbatim ; Best of...

La crise s'aggrave
Économie
Ados écolos ?
Aide au développement
Accord sur l'échange de renseignements fiscaux
Initiative pour la liberté d'investissement
Lutte contre les soumissions concertées dans les marchés publics
Opportunités d'emploi
Verbatim
Best of...

 

La crise s'aggrave

L'économie mondiale est en proie à la récession la plus profonde et la plus synchronisée depuis plusieurs décennies, mais une dépression a été évitée. C'est ce qu'indique la dernière mise à jour des Perspectives économiques de l'OCDE. Lors de la conférence de presse de lancement de cette publication, le 31 mars, l'économiste en chef de l'OCDE, Klaus Schmidt-Hebbel, a affirmé que si les chiffres de l'OCDE étaient plus sombres que ceux annoncés par d'autres organisations, les efforts entrepris pour stabiliser l'économie devraient susciter un nouvel élan à partir de 2010. Il a rejeté toute comparaison entre la « grande récession » actuelle et la crise des années 1930, lorsque des politiques monétaires restrictives, un protectionnisme excessif, des dévaluations monétaires et autres errements avaient conduit à la Grande dépression.

Mais si les décideurs semblent cette fois mieux inspirés, « les risques restent nettement orientés à la baisse », a-t-il prévenu.

Aucun des 30 pays membres de l'OCDE n'échappera à la récession, un nombre sans précédent. Le PIB va chuter de 4,3 % dans la zone OCDE en 2009, et l'activité économique mondiale de 2,7 %. Le commerce international va baisser de 13 %, et d'ici la fin 2010, le taux de chômage va doubler dans de nombreux pays, aggravant ainsi une crise sociale grandissante. La crise affectera également des pays non membres de l'OCDE. La reprise ne devrait pas dépasser 1,5 % en 2010.

Selon ce rapport, des mesures discrétionnaires de relance budgétaire devraient être prises pour enrayer la crise, d'une ampleur variable selon la situation de chaque pays. Ainsi, les États-Unis, dont les stabilisateurs automatiques sont moins importants qu'en Europe, auront besoin de mesures de relance plus importantes que celle-ci. Quant au secteur bancaire, des mesures d'urgence telles que des garanties de dépôts et de créances sont cruciales. Mais pour relancer le crédit et la confiance des consommateurs, les gouvernements devraient améliorer la transparence des comptes, afin de mieux évaluer la santé des établissements, et de recapitaliser, voire de nationaliser les plus en difficulté.

Le rapport identifie également huit domaines d'action prioritaires pour les gouvernements, le plus urgent étant d'adopter des mesures pour stabiliser systématiquement les établissements importants, réduire l'insécurité des marchés et inciter les banques à prêter de nouveau. Autre priorité : augmenter la compétitivité du marché du travail et des marchés de produits, non seulement pour améliorer les perspectives de croissance à long terme, mais aussi pour renforcer notre résilience en cas de choc négatif futur.

Les Perspectives économiques de l'OCDE sont actualisées quatre fois par an, avec deux publications importantes en décembre et juin, et deux publications « intérimaires » en mars et en septembre. LT

 

Économie

Les indicateurs composites avancés de l'OCDE (ICA) de janvier 2009 montrent toujours des perspectives d'affaiblissement pour les sept économies les plus importantes, ainsi qu'une nouvelle baisse pour l'ensemble de la zone OCDE. Les signes de stabilisation restent très incertains. Les perspectives ont également continué de se détériorer dans les principaux pays non membres, surtout au Brésil, qui connaît à son tour un fort ralentissement, tout comme la Chine, l'Inde et la Russie.

L'inflation des prix à la consommation s'est maintenue à 1,3 % au cours de l'année précédent février 2009. En février, les prix ont augmenté de 0,4 % par rapport au mois précédent, la seule augmentation positive tangible depuis juillet 2008. Les prix à la consommation de l'énergie ont baissé de 8,6 % au cours de l'année précédent février 2009, après une baisse de 9,6 % en janvier. Les prix alimentaires ont augmenté de 4,8 % en février, contre 5,4 % en janvier. Mis à part l'alimentation et l'énergie, l'augmentation des prix à 1,9 % au cours de l'année précédent février 2009 est identique à celle de l'année jusqu'à janvier 2009.




Pour d'autres données économiques, voir www.oecd.org/statistiques.

 

Ados écolos ?

La plupart des adolescents sont conscients des problèmes environnementaux, mais en ignorent souvent les causes. Cela met en question la capacité de nos sociétés à relever ces défis à l'avenir. Green at Fifteen?, le dernier rapport de l'OCDE sur les conclusions tirées de l'enquête PISA, montre que plus de 90 % d'un large panel d'adolescents de 15 ans étaient familiers des questions telles que la pollution de l'air, les déchets nucléaires ou la pénurie d'eau. Mais près de la moitié étaient incapables de citer une cause de pluie acide, comme les émissions issues de l'industrie ou des véhicules. Le meilleur score fut enregistré en Finlande, où près des trois quarts ont su répondre à cette question. En Turquie au contraire, seul un sur quatre a su répondre.

Pour plus d'informations, voir www.oecd.org/pisa

Bonne nouvelle pour l'aide au développement : les chiffres de 2008 indiquaient que l'aide publique au développement (APD) versée par les pays membres du Comité d'aide au développement avaient augmenté de 10,2 % en termes réels, atteignant 119,8 milliards de dollars, un record (voir page 30). Cela représente 0,3 % du revenu national brut de l'ensemble des pays donneurs. Les pays sont appelés à tenir leurs engagements en matière d'aide étrangère, en dépit de la crise. Voir www.oecd.org/developpement

Ces dernières semaines, plusieurs pays et territoires ont conclu un accord sur l'échange de renseignements fiscaux : les îles Caïmans ont signé un accord bilatéral d'échange de renseignements fiscaux avec sept économies nordiques : le Danemark, les îles Féroé, la Finlande, le Groenland, l'Islande, la Norvège et la Suède ; de plus, la République de Saint-Marin et Monaco ont tous deux annoncé leur intention d'échanger des informations fiscales conformément à la norme de l'OCDE. Cette norme internationale, développée par l'OCDE en collaboration avec des pays non membres, a été approuvée par le G20 des ministres des finances en 2004 et par le groupe d'experts sur la coopération internationale en matière fiscale de l'ONU en 2008. Il prévoit un échange d'informations, sur demande, dans toute matière fiscale, et fournit d'importantes garanties pour assurer la confidentialité des informations échangées. Près de 40 juridictions, dont récemment Jersey, l'île de Man et Guernesey, ont mis cette norme en pratique de manière substantielle.

Voir www.oecd.org/fiscalite

Les pays participant à l'Initiative de l'OCDE pour la liberté d'investissement, représentant les 4/5èmes de l'économie mondiale, se sont engagés à rejeter toute politique discriminatoire et toute forme de protectionnisme en matière d'investissement. Voir www.oecd.org/investissement

En février, le Comité de la concurrence a adopté de nouvelles lignes directrices pour la lutte contre les soumissions concertées dans les marchés publics. À partir de l'expérience de plus de 30 juridictions, ces lignes directrices fournissent la stratégie la plus complète disponible pour permettre aux auteurs d'appels d'offre de prévenir les soumissions concertées et de découvrir celles qui existent déjà. Elles sont utilisables par les gouvernements locaux ou nationaux, et sont suffisamment simples pour pouvoir être utilisées par des personnes dépourvues de formation particulière en économie ou en politique de la concurrence. Voir www.oecd.org/daf-fr


Opportunités d'emploi

« Il faut que les gouvernements prennent des mesures rapides et décisives pour éviter que la crise financière ne devienne une crise sociale à part entière, aux effets dramatiques sur les travailleurs vulnérables et les ménages à faible revenu, » a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE lors de la réunion des ministres du Travail et de l'Emploi du G8, en mars dernier à Rome. Présentant les analyses de l'OCDE sur l'impact de la crise sur l'emploi, M. Gurría a affirmé que les perspectives du marché du travail à court terme étaient « sombres ». L' OCDE prévoit un taux de chômage approchant les 10 % pour la zone OCDE en 2010, alors que ce taux avait baissé de 5,6 % en 2007.

Cela signifie que la crise pourrait faire passer le nombre de chômeurs à près de 25 millions dans la zone OCDE. Ce serait la hausse la plus importante et la plus rapide du chômage de l'histoire récente. M. Gurría a souligné que les mesures de relance mises en oeuvres ou prévues par les pays du G8 et d'autres pays portent en partie sur le marché du travail et les politiques sociales, mais il a ajouté que les montants dans ces domaines étaient relativement limités, et a évoqué une probable « occasion manquée. »

Pour plus d'informations, voir www.oecd.org/emploi


Verbatim

Sur le protectionnisme...

« Tout économiste international redoute ce genre de comportement [le protectionnisme]. Mais tout homme politique sait qu'en temps de crise, les gens vont devoir faire passer leurs intérêts propres avant les autres. Cela ne siginfie pas que les échanges et la coopération internationale cesseront d'être importants. Mais dans une crise comme celle-ci, les gens ont tendance à se préoccuper d'abord de leurs propres électeurs. »

James Rubin, ancien porte-parole du Département d'État américain, cité sur BBC.co.uk, 3 mars 2009

...l'inflation...

« L'explosion sans précédent du déficit budgétaire américain réveille le spectre d'une forte inflation à venir. »

Martin Feldstein, professeur d'économie à Harvard, Financial Times, 20 avril 2009 

...et la situation bancaire

« J'ai mis ma carte pour retirer du liquide. La machine a dit : « Fonds insuffisants. » Je me suis demandé si c'était pour moi ou pour eux. »

Un humoriste à la radio irlandaise, février 2009


Best of...

Les autorités américaines se sont beaucoup préoccupées de [la situation de l'emploi], non seulement en raison du problème humain qu'elle pose, mais aussi parce qu'elle entraîne le gaspillage d'une des principales ressources économiques du pays. (...) on estime à quelque 30 ou 40 milliards de dollars la perte virtuelle causée chaque année par le chômage au produit national brut.

« Vers une solution des problèmes de main-d'oeuvre aux USA », n° 9, avril 1964


©L'Observateur de l'OCDE n° 272, avril 2009




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016