Aide au développement : l’enjeu du financement

L'aide au développement a atteint un nouveau record en 2008. En temps de crise, c'est une bonne nouvelle, mais comment maintenir cette tendance ?

En 2008, l'aide publique au développement nette totale (APD) en provenance des pays membres du Comité d'aide au développement (CAD) a augmenté de 10,2 % en termes réels, pour atteindre 119,8 milliards de dollars. C'est le chiffre annuel le plus élevé jamais atteint, qui représente 0,3 % du revenu national brut cumulé des membres du CAD.



Cliquer pour agrandir


Cette nouvelle encourageante, assez inattendue, intervient alors que les premiers effets de la crise économique mondiale ont été ressentis début 2008. Étant donné que le processus d'allégement de la dette arrivait à terme pour certains pays bénéficiaires, une diminution de facto de l'aide n'aurait pas été surprenante. Mais l'heure n'est pas à la complaisance. Au contraire, la crise contraint les pays développés à des arbitrages budgétaires difficiles, dont l'aide extérieure pourrait être victime.

La crise économique mondiale touche déjà les populations les plus vulnérables qui, après avoir été pénalisées par la hausse des prix de l'alimentation et du carburant au début de 2008, doivent faire face aux conséquences de la baisse de certains prix sur leurs revenus, et d'un ralentissement des échanges mondiaux. Si les pays donneurs ne respectent pas leurs engagements en matière d'aide, les risques vont s'accentuer.

« Ne pas réussir à rendre la mondialisation bénéfique, pour les pays en développement surtout, risque de porter atteinte à la stabilité mondiale, » peut-on lire dans le Rapport 2009 sur la coopération pour le développement, publié récemment.

Pour prévenir ce risque, le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, et le Président du Comité d'aide au développement de l'OCDE, Eckhard Deutscher, ont appelé les pays donneurs à honorer leurs engagements en matière d'aide.

« Employons-nous à ne pas répéter les erreurs que nous avons pu commettre dans le passé à la suite de la récession du début des années 1990, lorsque les gouvernements de nombreux pays de l'OCDE n'ont pas su éviter un recul de l'effort d'aide, avec les conséquences qui pouvaient en découler pour les pays en développement en termes de production agricole, d'infrastructures, de bienêtre social et de stabilité politique, » ont-ils prévenu.

Les pays devraient écouter ces mises en garde, même si les montants d'aide programmés laissent entrevoir de modestes augmentations en 2009 et 2010. Aujourd'hui, la situation reste particulièrement critique en Afrique, où les avancées récentes sont fragiles. De fait, les prévisions de l'OCDE pour l'Afrique sont largement revues à la baisse.

Cependant, l'OCDE a rappelé que les pays pétroliers africains devraient moins parier sur un cours élevé des produits de base, et privilégier la diversification de leurs économie ainsi que la lutte contre la corruption. En six mois, les prix pétroliers ont plongé.

D'autres organisations internationales appellent également au respect des engagements, en particulier en Afrique, qui commence à ressentir l'onde de choc de la crise.

« Même si la crise a été longue à atteindre les rivages africains, nous savons tous qu'elle arrive - et que son impact sera considérable, » a prévenu Dominique Strauss-Kahn, le Directeur général du FMI, lors d'une conférence en Tanzanie en mars. À défaut de nouvelles mesures, la récession mondiale pourrait mener à une catastrophe humanitaire en Afrique. Car la crise ne menace pas seulement de ralentir la croissance du continent et d'y fragiliser les finances publiques, mais surtout de faire retomber des millions de personnes dans la pauvreté.

Les Perspectives économiques en Afrique 2009 de l'OCDE, qui seront publiées en mai, feront écho à ces mises en garde, avec des prévisions de croissance révisées nettement à la baisse par rapport à l'édition 2008.

Certes, l'Afrique est moins touchée par la crise que d'autres régions, mais maintenir les progrès récents sera une gageure, par exemple dans les programmes de lutte contre la pauvreté et d'investissement dans les infrastructures, ou encore en matière de gouvernance et d'innovation. L'aide financière représente en effet une part essentielle de ces programmes.

En outre, la crise économique fragilise les progrès visant à réduire l'extrême pauvreté de moitié d'ici 2015, l'un des Objectifs du millénaire pour le développement. En 2005, les donneurs présents au sommet du G8 de Gleneagles et au sommet des Nations unies se sont engagés à augmenter leur aide publique au développement de 50 milliards de dollars en 2010 par rapport à 2004, dont 25 milliards pour l'Afrique.

Les donneurs semblent déterminés. Selon les derniers chiffres du CAD de l'OCDE, le montant des projets et programmes bilatéraux de développement a augmenté de 12,5 % en termes réels en 2008 par rapport à 2007, signe que les donneurs intensifient substantiellement leurs principaux programmes d'aide. En 2008, les donneurs les plus importants, en volume, ont été les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France et le Japon. Seuls cinq pays ont dépassé l'objectif des Nations unies de consacrer 0,7 % du revenu national brut à l'aide : le Danemark, le Luxembourg, les Pays- Bas, la Norvège et la Suède. L'Irlande devait rejoindre ce groupe d'ici quelques années, mais les graves difficultés économiques qu'elle traverse rendent cette perspective incertaine.

Une nouvelle enquête sur les projets de dépense des donneurs laisse entrevoir une progression de 11 % de l'aide entre 2008 et 2010, y compris du fait des versements de certaines organisations multilatérales. Les allégements de dettes pourraient également augmenter légèrement. Cela dit, malgré l'augmentation de 2008 et les hausses prévues jusqu'en 2010, 10 à 15 milliards de dollars supplémentaires d'aide seront encore nécessaires si les donneurs veulent honorer les engagements pour 2010, et le retard est plus important encore au regard de l'objectif souscrit en 2005 vis-à-vis de l'Afrique. Par exemple, l'APD consentie en 2008 par l'Autriche, l'Italie et la Grèce, hors allégement de dette, est bien en-deçà de l'objectif que s'étaient fixé ces trois pays pour 2010. Et, alors que la crise augmente encore les besoins en aide, notamment pour ses vertus d'amortisseur contra-cyclique, la récession provoque une baisse de la valeur monétaire de l'APD, libellée en dollars.

L'aide est une priorité politique de plus en plus urgente. Non seulement pour conserver l'espoir de réduire la pauvreté de moitié d'ici 2015, mais aussi pour éviter que la crise actuelle ne compromette gravement les perspectives de développement.

Références

 

©L'Observateur de l'OCDE n° 272, avril 2009




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016