À Bali

Le Secrétaire général Angel Gurría a participé, à la tête d’une mission de haut niveau composée d’économistes et d’experts de l’environnement de l’OCDE, à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, en décembre à Bali. Dans cet extrait de l’une de ses interventions, M. Gurría évoque quelques raisons pour lesquelles l’économie et les marchés doivent être au coeur de toute stratégie de lutte contre le changement climatique.

«Les politiques ambitieuses et globales qui doivent être menées pour faire face au changement climatique sont connues, elles existent et elles sont abordables. C’est l’une des conclusions des travaux consacrés depuis près de vingt ans par l’OCDE aux aspects économiques du changement climatique. (…)D’après les conclusions de nos Perspectives de l’environnement, publiées en mars prochain à Oslo, stabiliser la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à environ 450 parties par million d’équivalent CO2 ne réduirait que d’environ un dixième de point de pourcentage par an (en moyenne) la croissance mondiale entre aujourd’hui et 2050. C’est tout-à-fait abordable. (…)Le dispositif sur le climat pour après 2012 ne pourra réussir que s’il repose sur des bases économiques solides. (…) Il s’agit d’être précis et d’agir sur la base de données solidement étayées. Par exemple, dans le cadre de leur politique climatique, un certain nombre de pays s’attachent avant tout à subventionner les “bonnes” solutions au lieu de taxer les “mauvaises”. C’est une démarche peu efficiente, car elle tend à rendre plus coûteuse la réduction des émissions de GES. Subventionner les “bons” comportements risque de figer des choix technologiques qui pourraient s’avérer obsolètes ou inefficients. En revanche, taxer les “mauvais” comportements (émissions) crée une incitation cohérente à l’efficience et à l’innovation. (…)Comment mener cette transition vers un monde à faible intensité de carbone de manière économiquement efficiente et socialement responsable ? Bien qu’elle constitue une solution fréquemment avancée, nos travaux montrent qu’une taxe mondiale uniforme pourrait entraîner des pertes de PIB nettement plus importantes pour de nombreux pays en développement que pour les pays industrialisés. Dans le scénario de stabilisation à 450 ppm, par exemple, cette perte s’élèverait à deux dixièmes de point de pourcentage en 2030 et à 1,1 point en 2050 dans l’OCDE, mais elle pourrait être cinq fois supérieure au Brésil, en Russie, en Inde et en Chine. (…)L’OCDE étudie les moyens de répartir la charge des coûts de l’action de façon juste et équitable, tout en assurant que les actions d’atténuation sont entreprises là où elles coûtent le moins cher. (…) Par rapport à l’instauration d’une taxe mondiale uniforme, la mise en place d’un système mondial d’échange de permis d’émission pourrait permettre d’atteindre d’ambitieux objectifs de réduction des émissions planétaires avec un impact bien moindre sur les pays en développement. On peut y parvenir par l’allocation de permis d’émission et la définition d’objectifs différenciés. Ainsi, les pays développés pourraient assumer une responsabilité financière comparativement plus élevée que les pays en développement en matière de réduction des émissions. »Le texte complet de cette allocution et d'autres interventions prononcées à Bali sont disponibles sur www.oecd.org/discours.©L’Observateur de l’OCDE n° 264/265, décembre 2007-janvier 2008


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016