La bosse des sciences

Cliquer pour agrandir

La Finlande est arrivée première de l’enquête PISA 2006 de l’OCDE, une enquête internationale très complète et largement reprise qui mesure les performances des élèves du secondaire.
Venaient ensuite Hong Kong-Chine, le Canada, le Taipei chinois, l’Estonie, le Japon et la Nouvelle-Zélande. L’Australie, les Pays-Bas, la Corée, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la République tchèque, la Suisse, l’Autriche, la Belgique et l’Irlande étaient également au-dessus de la moyenne de l’OCDE. Le Mexique se classe dernier.Après s’être intéressé aux compétences en compréhension de l’écrit en 2000 et en mathématiques en 2003 – la Finlande figurant à ces occasions également parmi les meilleurs – PISA 2006 actualise ces évaluations et se penche plus particulièrement sur les sciences. Plus de 400 000 jeunes de 15 ans, de 57 pays (représentant ensemble environ 90 % du PIB mondial) ont été soumis à des tests afin d’évaluer leurs connaissances scientifiques générales et leur aptitude à appliquer ces connaissances face aux problèmes quotidiens. Ces tests comprenaient des questions très diverses, sur des thèmes allant des gaz à effet de serre aux avantages de l’exercice physique et d’une bonne alimentation. Voici un exemple :La température dans le Grand Canyon varie de moins de 0°C à plus de 40°C. Bien que la zone soit désertique, les fissures de la roche contiennent parfois de l’eau. Comment ces changements de température et l’eau dans les fissures accélèrent-ils l’effritement de la roche ? A. L’eau gelée dissout les roches chaudes. B. L’eau cimente les roches entre elles. C. La glace polit la surface des roches. D. En gelant, l’eau se dilate dans les fissures de la roche.Bien que 67,6 % des élèves aient donné la bonne réponse (D), l’avenir des sciences reste un sujet de préoccupation dans de nombreux pays. Alors que 93 % des élèves reconnaissent l’importance des sciences, 37 % seulement pensent éventuellement y faire carrière (voir l'article de l'Observateur  "Où sont les scientifiques de demain"). Les élèves ayant les meilleurs résultats en sciences sont les mieux informés des questions environnementales, mais sont aussi plus pessimistes : moins d’un sur six pense que des problèmes tels que la pollution de l’air et l’élimination des déchets nucléaires s’atténueront au cours des 20 prochaines années.En Australie, au Canada, en Finlande, au Japon et en Nouvelle-Zélande, au moins un élève sur sept a atteint l’un des deux premiers niveaux en culture scientifique. En Grèce, en Espagne, en Italie, au Mexique, au Portugal et en Turquie, en revanche, le rapport était inférieur à un sur vingt.En ce qui concerne les tests en compréhension de l’écrit, les cinq pays ayant obtenu les meilleurs scores étaient la Corée, puis la Finlande, Hong Kong, le Canada et l’Irlande. En culture mathématique, la Finlande occupe encore la première place devant la Corée, Hong Kong, l’Azerbaïdjan et le Canada. Étant donné ces performances, le classement global n’est pas surprenant, la Finlande, Hong Kong et le Canada se situant parmi les cinq premiers dans les trois évaluations. Bien que plusieurs pays aient amélioré leur classement depuis 2000, les résultats de l’ensemble de l’OCDE aux tests du PISA ont peu progressé. Pourtant, les dépenses d’éducation dans les pays de l’OCDE ont augmenté de 39 % en moyenne entre 1995 et 2004.Les élèves obtenant de bons résultats viennent en général de milieux socioéconomiques favorisés. Cependant, certains pays affichant un PIB par tête plutôt élevé n’ont pas obtenu les meilleures performances. D’après l’enquête, les élèves scolarisés dans des établissements où l’autonomie, la responsabilité et la concurrence sont grandes obtiennent aussi des résultats supérieurs à la moyenne, quel que soit leur milieu d’origine. Des dépenses élevées par élève jouent un rôle clé, bien que les pays qui dépensent le plus ne soient pas nécessairement les plus performants. Cela étant, l’un des membres les moins riches de l’OCDE, le Mexique, arrive en dernière position aux trois évaluations. DKPour commander le rapport : www.oecd.org/librairie. En savoir plus : www.oecd.org/pisa.©L’Observateur de l’OCDE No. 264/265, décembre 2007-janvier 2008


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016