Pressions alimentaires au Sahel

Plusieurs pays du Sahel et d’Afrique de l’Ouest ont subi une hausse des prix des produits agricoles depuis septembre 2007 et jusqu’au premier trimestre 2008, comparé à 2006. Ceci donne lieu à des tensions, notamment au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal.
Par ailleurs, les chiffres montrent que la région a connu une faible baisse de sa production de céréales depuis 2006-07, malgré une hausse de 16 % de la moyenne sur 5 ans. Le déclin est dû aux effets cumulés des inondations et de la fin précoce des pluies d’hiver (en septembre). L’insuffisance de la production enregistrée au nord du Nigeria pourrait notamment avoir des répercussions majeures sur les autres pays du Sahel, en particulier le Niger, car elle intervient à un moment de forte demande de céréales de la part des industries agroalimentaires, pour le brassage et l’alimentation du bétail notamment.La pression sur les marchés est manifeste, et est aggravée par la hausse mondiale des prix des denrées alimentaires. Certains pays ont pris des mesures pour contrer cette hausse en supprimant des taxes (notamment à l’importation) sur certains produits, ou en libérant les stocks officiels à des prix subventionnés, mais ces dispositions n’ont pour l’instant eu qu’un effet limité. Il existe maintenant aussi une incertitude sur la capacité des stocks à répondre à la demande pendant cette période difficile, ce qui alimente des échanges spéculatifs de la part des opérateurs privés. La pression sur les marchés pourrait bien être de longue durée.Consulter www.westafricaclub.org.
Club du Sahel Le Club du Sahel a été créé en 1976 à l’initiative des pays membres de l’OCDE pour développer une prise de conscience et un soutien international lors de la sécheresse touchant les pays de la région du Sahel. En 2001, le Club a élargi son champ d’action à toute l’Afrique de l’Ouest, comprenant 17 pays et environ 290 millions d’habitants. Le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) a développé avec ses partenaires africains une démarche prospective pour l’Afrique de l’Ouest qui, tout en reconnaissant ses problèmes et ses défis, privilégie l’identification et la promotion des dynamiques de transformation et de ceux et celles qui les portent. Aujourd’hui, la mission du CSAO consiste à identifier et aborder des questions stratégiques relatives au développement à moyen et à long terme de l’Afrique de l’Ouest.Aux côtés des gouvernements, des institutions régionales et des organisations de la société civile et du secteur privé, le CSAO appuie la formulation et la mise en oeuvre de politiques orientées vers l’action, encourageant l’investissement et valorisant les complémentarités entre les échelles locale, nationale et régionale.©L’Observateur de l’OCDE n° 267, mai-juin 2008



Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019