Bio-social

Politiques de la biodiversité : Impacts socio-économiques, enjeux et stratégies d’action des pouvoirs publics
Améliorer la diversité des habitats biologiques et des écosystèmes est un objectif vital, pourtant les mesures encourageant la biodiversité ont leurs défenseurs et leurs opposants. Les limitations sur l’usage des sols pour protéger la biodiversité peuvent parfois réduire les revenus, mais présentent de larges bénéfices pour le grand public.
Dans les pays en développement où les ressources naturelles représentent un important moyen de subsistance, la biodiversité peut aussi être dommageable pour les revenus. Tenant compte des études sur la gestion des ressources locales en Laponie ou sur la faune et la flore au Zimbabwe, Politiques de la biodiversité indique comment additionner coûts et bénéfices sociaux et développer les bonnes pratiques.Prenons le parc naturel de Kakadu dans le nord de l’Australie, classé au patrimoine mondial, où la cogestion et le partage des ressources s’épanouissent dans la communauté locale. La moitié des terres environ appartient de façon inaliénable aux groupes aborigènes, présents dans la région depuis 50 000 ans sans interruption. Suite à la loi australienne sur la protection de l’environnement et de la biodiversité de 1999, les Aborigènes exercent leurs droits traditionnels d’activités cérémonielles et de chasse, et coopèrent avec le gouvernement sur les niveaux acceptables de chasse des différentes espèces.Une autre étude analyse la manière dont la conversion de mangroves publiques en zones privées d’agriculture et d’aquaculture au Vietnam affecte la répartition des revenus entre deux villages. Les régimes de propriété commune apparaissent plus favorable à la répartition des revenus et au développement durable. Par ailleurs, au Bangladesh, pays sujet aux inondations, les études montrent comment les mesures de gestion des zones inondables réduisent la prise de poissons, dont dépendent les populations pauvres. À paraître, ISBN 9789264034334©L’Observateur de l’OCDE n° 267, mai-juin 2008


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016