Vers un ciel plus propre

Directeur pour l’Environnement, EUROCONTROL*

©Reuters/Kai Pfaffenbach

L’amélioration du contrôle des vols et de la gestion du trafic aérien peut être bénéfique pour l’environnement, mais il faut trouver des solutions pour répondre à la demande future.

Au cours d’une seule journée chargée de l’été 2007, 3,2 millions de passagers, sur 33 000 vols, ont parcouru 34 millions de kilomètres en Europe. Cela représente, en une seule journée de trafic européen, 42 milliards de passagers/kilomètres. Ce chiffre laisse déjà rêveur, mais il faut savoir en plus que, si les prévisions de la demande se réalisent et qu’une solution est trouvée aux problèmes de capacité du système aérien européen, le trafic devrait doubler peu après 2025.

Quel sera l’impact sur l’environnement ? À ce stade, nous n’avons pas de réelle certitude, mais il est difficile d’imaginer qu’il puisse s’atténuer d’ici là. En revanche, il n’y pas de raison que cet impact s’accentue au même rythme qu’augmente la demande.

Autrement dit, nous prévoyons un découplage régulier de l’impact environnemental et de la croissance du trafic. Nous misons pour cela sur une combinaison de mesures techniques, opérationnelles et économiques susceptibles d’améliorer sensiblement les performances environnementales de l’aviation.

L’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (EUROCONTROL), basée à Bruxelles, a reçu pour mandat de ses 38 pays membres de trouver des solutions d’exploitation qui aideront à réduire le bruit du transport aérien, son impact sur la qualité de l’air au voisinage des aéroports ainsi que ses émissions de gaz contribuant au réchauffement de la planète. Le bruit et la qualité de l’air constituent certes des enjeux d’importance primordiale à l’échelle locale, mais l’aviation est de plus en plus sensible aux préoccupations que suscite sa contribution au changement climatique.

Le rôle de la gestion du trafic aérien (ATM, pour air traffic management) consiste à veiller à ce que les avions évoluent à leur niveau de vol optimal et que leur trajet soit le plus court possible, de façon à limiter au minimum la consommation de carburant et les émissions de CO2.

Notre objectif est de réduire les émissions de 10 % par vol d’ici 2020. Cette ambition complète notre démarche technologique dynamique pour développer des fuselages et des moteurs devant nous permettre, d’ici à 2020, de réduire de 40 % les émissions des nouveaux appareils.

Guidés par un système ATM amélioré, ces appareils produiraient 50 % d’émissions de moins que 20 ans auparavant, et atteindraient ainsi les objectifs fixés par le Conseil consultatif pour la recherche aéronautique en Europe en 2000. Les principaux programmes élaborés pour atteindre cet objectif global du système de transport aérien sont le projet de réalisation du système européen de nouvelle génération pour la gestion du trafic aérien (SESAR), piloté par la Commission européenne, EUROCONTROL et l’industrie, qui vise à améliorer le système de gestion du trafic aérien en Europe, ainsi que l’Initiative technologique conjointe « Ciel propre » financée par la Commission pour stimuler la R-D sur les technologies de fuselages et de moteurs.

Les progrès sont nombreux. L’efficacité du système ATM paneuropéen s’est systématiquement améliorée au cours des 15 dernières années, absorbant un trafic croissant tout en respectant des paramètres stricts de sécurité et de ponctualité. Ces améliorations ont été bénéfiques pour l’environnement, notamment en optimisant les profils de vol.

L’entrée en activité de l’Organisme central de gestion des courants de trafic aérien d’EUROCONTROL a considérablement amélioré l’organisation du flux dans le dispositif. La pratique consistant à retenir les avions à la porte de départ jusqu’à ce que l’espace aérien soit disponible pour l’ensemble du vol permet d’éviter les retards en route et de réduire les émissions de CO2.

L’introduction de six nouveaux niveaux de vol en 2002 et l’évolution vers une gestion plus dynamique de l’espace aérien européen, prenant notamment mieux en compte les besoins des usagers militaires et civils, ont amélioré la capacité, la sécurité et les performances environnementales.

En mai 2007, EUROCONTROL, sur recommandation de sa Commission d’examen des performances, s’est fixé comme objectif de réduire la distance supplémentaire moyenne parcourue (actuellement de 49 km) de 2 km par an entre 2007 et 2011.

Afin de réduire le bruit, la consommation de carburant et les émissions, EUROCONTROL pilote également la mise en oeuvre de l’approche en descente continue, qui permet d’éviter les segments de niveau de vol au voisinage des aéroports, et examine les moyens d’améliorer les trajectoires de départ afin d’optimiser la phase de montée. Globalement, EUROCONTROL estime que les mesures prises pour améliorer l’efficacité du système ATM ont déjà permis de réduire les émissions de gaz d’environ 3,4 millions de tonnes par an, ce qui correspond à 1,1 million de tonnes de carburant, et elle prévoit une baisse d’encore 2 millions de tonnes par an sous peu.

Nous avons également mis en place des systèmes de prévision et de suivi des améliorations des performances environnementales. Notre logiciel PAGODA est notamment largement utilisé pour produire des indicateurs de l’efficacité des vols, de la consommation de carburant et des émissions de gaz à effet de serre. Il sert aussi aux membres et aux organisations qui veulent disposer d’un inventaire exact des émissions aux niveaux national et international, ainsi qu’aux organisations opérationnelles et réglementaires pour analyser les modalités d’intégration des émissions de CO2 de l’aviation au système d’échange de droits d’émission de l’UE.

EUROCONTROL joue donc un rôle croissant dans la maîtrise de l’impact environnemental de l’aviation. Elle dispose des systèmes et des compétences techniques et opérationnels nécessaires pour appuyer l’industrie du transport aérien dans ses efforts pour répondre à la demande de mobilité de la société et en même temps réduire l’impact environnemental que cette demande va générer.

* EUROCONTROL est l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. Elle a été créée en 1963. Voir www.eurocontrol.int

©L’Observateur de l’OCDE n° 267, mai-juin 2008




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016