La bonne formule

©Henry Romero/Reuters

Qu’y a-t-il de commun entre les chaussures de sport, les automobiles, les aliments transformés, les ustensiles de cuisine, les bâtiments, les routes, les médicaments, les téléphones mobiles et l’ordinateur sur lequel a été écrit cet article ? La chimie, tout simplement.

Les produits chimiques sont partout, des principaux processus industriels aux produits pharmaceutiques, en passant par les peintures. Le secteur représente deux billions de dollars, et les trois quarts de la production vient des pays de l’OCDE. Mais cette proportion devrait baisser aux alentours de 60 % d’ici à 2030 avec l’importance grandissante d’acteurs comme la Chine, le Brésil et la Russie. L’American Chemistry Council prévoit 3,5 % de croissance moyenne annuelle de la production mondiale de produits chimiques pendant la prochaine décennie, principalement dans la région Asie- Pacifique.

La chimie chinoise, largement tirée par des investissements américains et japonais, a maintenant dépassé en chiffre d’affaires celle de l’Allemagne. L’OCDE, dont les projections sont similaires, appelle les pouvoirs publics à réagir en urgence, et réclame davantage de données, de gestion et de surveillance à mesure que la mondialisation s’accélère. Pourquoi ?

Presque tous les produits fabriqués par l’homme font appel à la chimie ; elle est indispensable à nos sociétés modernes. Mais les composés chimiques ne restent pas confinés à l’intérieur des produits ; des fuites peuvent advenir au cours de la production ou de l’utilisation des produits, ou lorsqu’ils sont jetés au rebut ; leur utilisation peut nuire à la santé ; et leur production émet du CO2. L’industrie chimique est aussi l’une des plus grosses consommatrices d’énergies fossiles, tout comme la métallurgie et d’autres industries lourdes.

Il y a également les polluants organiques persistants (POPs). Ils demeurent intacts dans l’environnement pendant de longues périodes, se dispersent géographiquement, s’accumulent dans les tissus adipeux des organismes vivants et sont toxiques pour les humains et la faune. Par exemple, les polychlorobiphényles (PCB) ont été largement utilisés dans les liquides de refroidissement, liquides isolants, adhésifs, papiers autocopiants, etc. Le dichlorodiphenyltrichloroéthane (DDT) est un hydrocarbure chloré qui fut beaucoup utilisé dans l’agriculture comme pesticide. La Convention de Stockholm a interdit la production et l’utilisation mondiales de ces substances en 2001, mais le DDT est encore utilisé dans certains pays pour contrôler les moustiques porteurs de paludisme.

Personne ne doute que le rejet de substances comme les PCB ou le DDT a porté gravement atteinte à la santé humaine et animale, ainsi qu’à l’environnement. Les substances chimiques traversent les frontières et s’attaquent à la vie marine. Il est prouvé que le système endocrinien des poissons est perturbé notamment par certains alkylphénols entrant dans la composition des détergents, certains polymères utilisés comme additifs, et certains lubrifiants. On constate toutefois certaines tendances positives, avec une nette diminution des émissions de susbstances dangereuses par les usines chimiques dans la zone OCDE. Au Japon, par exemple, l’industrie chimique a fait état d’une baisse, entre 2000 et 2004, de 54 % des émissions de 354 substances recensées dans une loi nationale. L’UE a également noté une nette diminution des agents responsables des pluies acides et de la déterioration de la couche d’ozone, tandis que les États-Unis et le Canada ont enregistré une baisse des rejets et des transferts de plus de 150 produits chimiques contrôlés dans ces deux pays.

Comment poursuivre sur cette lancée ? Plus d’information et de coopération sont nécessaires. Il existe toujours un étonnant déficit d’information quant aux effets sanitaires et environnementaux de nombreuses substances chimiques sur le marché, ainsi que des produits dans lesquels elles sont utilisées. Plusieurs initiatives ont été lancées, telles que la Déclaration de Dubaï de 2006 sur la Gestion internationale des produits chimiques, la Stratégie politique globale ou, sous l’égide de l’ONU, la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, le Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone ou encore la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants. Depuis quarante ans, l’OCDE mène des travaux sur les politiques en matière de produits chimiques, au niveau de la prévention, de la préparation et de l’intervention en matière d’accidents chimiques, des registres des rejets et des transferts de polluants et de gestion des déchets, sans oublier ses lignes directrices pour les essais de produits chimiques, grâce auxquelles les pouvoirs publics et les entreprises économisent des millions de dollars en tests d’application.

Plusieurs pays membres ont également engagé des programmes de réglementation, notamment sur les pesticides et sur les produits chimiques produits en grandes quantités, qui représentent l’essentiel de la production. Nous devons chercher à mieux comprendre les sources d’exposition et à mieux gérer les effets environnementaux des substances chimiques à l’échelle mondiale. L’un des défis est d’élargir aux pays non membres de l’OCDE le Système d’acceptation mutuelle des données de l’OCDE, pour que tous les pays qui contrôlent et évaluent l’industrie chimique travaillent à partir des mêmes références.

Autres pistes à explorer, une fiscalité tenant compte de l’impact environnemental des produits, et des incitations à la recherche et aux options plus écologiques. Les pratiques volontaires sont également importantes, notamment l’échange d’informations et la communication entre gouvernements, entreprises et grand public. Les obstacles culturels et législatifs peuvent compliquer la tâche, mais les initiatives volontaires supervisées par les pouvoirs publics peuvent être extrêment fructueuses. En Corée, par exemple, quelque 160 entreprises ont volontairement accepté de réduire leurs rejets chimiques de 30 % avant 2007, et de 50 % avant 2009, par rapport aux niveaux de 2004.

Il faut également récompenser l’innovation et inciter à l’adoption de meilleures technologies. Les pouvoirs publics peuvent publier des modèles de référence pour les entreprises, afin de trouver des substances moins nocives ou d’adopter des solutions alternatives lors de la conception. Ils peuvent aussi inciter l’industrie chimique à faire des économies d’énergie. Avec les nouvelles technologies viennent aussi de nouveaux défis. Ainsi, les nanotechnologies, notamment les matériaux légers, les encres et les revêtements de protection, sont précieuses pour l’industrie, mais peuvent poser des risques sanitaires et environnementaux, et nécessitent donc davantage de surveillance. Voici un autre domaine où l’OCDE a pris l’initiative.

L’industrie chimique progresse rapidement, tant géographiquement que technologiquement ; c’est pourquoi davantage de données et de coopération dont nécessaires. Ce sera l’un des grands défis politiques mondiaux, avec l’extension de cette industrie aux marchés émergents. Alors que de nombreux projets d’investissements vont voir le jour, il faut agir maintenant, dans l’intérêt des bonnes pratiques.  RJC


Références

©L’Observateur de l’OCDE n° 266, Mars 2008




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016