Table ronde

Ce que font les ministres

Alfonso Pecoraro Scanio, ministre italien de l’Environnement et président de la
Réunion des ministres de l’environnement de l’OCDE 2008 ©Reuters/Alessandro Bianchi

Le changement climatique est un défi pressant, qui demande de la volonté et une action résolue. Par ailleurs, le public craint que les politiques mises en oeuvre ne lui causent un préjudice économique, ou ne réduisent inutilement son bien-être.

Les pouvoirs publics peuvent-ils répondre à ces inquiétudes? Le Comité des politiques d’environnement de l’OCDE se réunit au niveau ministériel les 28-29 avril 2008, sur le thème de la compétitivité mondiale. Certains pays en développement non membres de l’OCDE participeront, de même que des acteurs du monde des affaires, du travail et de la société civile.

Italie
Danemark
France
Japon
Mexique

À l’ordre du jour figurent plusieurs discussions sur les tendance et projections environnementales, la coopération mondiale, l’éco-innovation. Mais le changement climatique et l’économie seront sans aucun doute les préoccupations centrales des ministres.

Pour notre sixième table ronde ministérielle dans L’Observateur de l’OCDE, nous avons demandé aux ministres de certains pays de l’OCDE de répondre à cette question :

« Quelles sont les mesures prises par votre gouvernement pour lutter contre le changement climatique en préservant la compétitivité économique ? »

Leurs réponses montrent que des progrès sont possibles, bien qu’il reste beaucoup à faire, notamment sur la scène mondiale.

Pour plus d’informations sur la prochaine Réunion au niveau ministériel du Comité des politiques d’environnement de l’OCDE : Environnement et compétitivité mondiale, consulter : www.oecd.org/envmin2008-fr.

ITALIE
Cinq piliers pour l’action

Alfonso Pecoraro Scanio, Ministre de l’Environnement et président de la
Réunion des ministres de l’Environnement de l’OCDE 2008

Le changement climatique et le réchauffement planétaire résultent des activités humaines émettrices de gaz à effet de serre. Les preuves scientifiques en sont claires et indiscutables. En outre, les études et rapports récents sur l’économie du changement climatique (notamment le rapport Stern et les travaux de l’OCDE) nous avertissent des coûts financiers gigantesques que l’inaction représenterait à long terme pour l’économie mondiale, ainsi que les efforts considérables qu’il faudrait déployer pour remédier aux conséquences.

La conscience publique des risques liés au changement climatique et à la pollution, ainsi que de la nécessité de parvenir à un développement mondial durable, rendent inévitable une profonde réforme de l’ensemble du processus de production pour sauvegarder la compétitivité. Indépendamment des politiques nationales et internationales, ou des incitations et contre-incitations destinées à atténuer le changement climatique, les entreprises privées doivent répondre à la demande des consommateurs, qui réclament de plus en plus des produits respectueux de l’environnement. La politique italienne en matière de lutte contre le changement climatique repose sur cinq piliers :

Une profonde réforme du système de production énergétique, en réduisant l’impact des émissions grâce à la réorientation du bouquet énergétique vers une moindre production de carbone. Nous avons créé un système d’incitations économiques favorable aux énergies renouvelables, en instaurant un mécanisme d’échange de certificats verts. Et nous renforçons les incitations en faveur des sources renouvelables, principalement en développant les aides à la production d’énergie photovoltaïque.

L’efficience dans le secteur des transports et le développement d’une mobilité urbaine durable.

L’efficacité énergétique des bâtiments neufs ou restaurés, y compris des bâtiments publics ; et la mise en place de nouvelles exigences de performance minimale pour les appareils à usage domestique, professionnel et industriel.

La conservation de la biodiversité, la lutte contre la désertification, la stimulation du développement local et la promotion d’une gestion des forêts durable. Une éducation environnementale qui sensibilise le public au changement climatique et à la consommation énergétique responsable. Des mesures favorisant les achats écologiques, pour le secteur public, puis le secteur privé.

Ces mesures actuelles et futures constituent la contribution de l’Italie à la politique de l’UE sur le changement climatique, qui instaure des objectifs ambitieux de réduction des GES, et une part croissante d’énergies renouvelables, biocarburants durable compris.

Le niveau local joue également un rôle essentiel : les autorités locales sont responsables de secteurs qui contribuent largement à la hausse du niveau des émissions de GES, et disposent d’une réelle autonomie d’action. Elles peuvent obtenir d’importants résultats en termes de durabilité environnementale, notamment par le biais des agendas 21 locaux. Le ministère italien de l’Environnement, suite à une proposition du Département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, organisera fin 2008 en Italie le « Forum mondial sur la mise en oeuvre des agendas 21 locaux et des programmes locaux sur le changement climatique ».

Cette initiative réunira des représentants de 6 000 autorités locales du monde entier. Elle représentera une occasion unique d’aborder les questions du changement climatique et des énergies propres, en particulier l’innovation et la compétitivité. L’objectif du Forum mondial sera de sceller un accord concret pour la durabilité entre les administrations nationales, les autorités locales et le secteur privé, sur la base de l’Agenda 21 et des pratiques exemplaires déjà mises en oeuvre par les autorités locales pour atteindre les objectifs de Kyoto.

Voir www.minambiente.it et www.pecoraroscanio.it.

DANEMARK
Indépendance à l’égard des combustibles fossiles

Connie Hedegaard, Ministre du Changement climatique et de l’Énergie

 

Le Danemark est le pionnier européen en matière de développement durable. Notre expérience montre qu’il est possible de stimuler la croissance économique tout en réduisant la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et en préservant l’environnement.

Ces 25 dernières années, le Danemark a enregistré une croissance économique de 75 %, avec une consommation énergétique quasiment stable. Nos émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 16 %. Et ce n’est qu’un début. À terme, notre objectif est de devenir totalement indépendants des combustibles fossiles.

Récemment, un nouvel accord sur la politique énergétique a été approuvé par une large majorité des partis représentés au Parlement danois.

En premier lieu, les énergies renouvelables devront couvrir une part toujours croissante de nos approvisionnements énergétiques. De 15 % aujourd’hui, cette part devra passer à 20 % en 2011, puis à 30 % au moins en 2025. Le nouvel accord prévoit notamment la construction de deux nouveaux parcs d’éoliennes en mer, d’aérogénérateurs terrestres supplémentaires et une augmentation de la production d’électricité et de chaleur à partir de biomasse.

En second lieu, il faudra réduire la consommation d’énergie et accroître l’efficacité énergétique. Selon l’accord sur la politique énergétique du 21 février 2008, la consommation brute d’énergie devra avoir diminué de 2 % en 2011 et de 4 % en 2020. Pour y parvenir, nous mettrons notamment l’accent sur l’efficacité énergétique des bâtiments : en 2020, les nouvelles constructions ne consommeront plus qu’un quart de l’énergie consommée actuellement. De plus, toutes les entreprises du secteur de l’énergie se voient imposer des objectifs pour réduire leur consommation d’électricité, de chaleur et de gaz.

Je suis convaincue que ces mesures ambitieuses ouvriront la voie à une plus grande durabilité, en ce qui concerne aussi bien l’atténuation du changement climatique que la sécurité énergétique. Nous devons réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles provenant de régions politiquement instables, et protéger nos économies des prix durablement élevés des énergies fossiles.

Il est temps d’agir de façon concertée au niveau international. Les technologies et les moyens d’action existent. Chaque nation responsable doit prendre les bonnes décisions au niveau national et agir au niveau mondial.

Voir www.denmark.dk/fr.

FRANCE
Une rupture en politique énergétique

Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire

La réaction vigoureuse de la France lors des premiers chocs pétroliers lui permet d’être l’une des économies industrialisées les plus sobres en carbone, avec des émissions de GES par habitant inférieures de 25 % à la moyenne européenne et inférieures de 30 à 40 % à celles de ses grands voisins. Des investissements considérables ont été consentis pour développer une production d’électricité à 90 % sans émission de CO2. De plus, le parc automobile français est l’un des moins émetteurs en Europe.

La hausse du prix des énergies fossiles et le changement climatique imposent une rupture majeure dans nos politiques énergétiques autour de deux priorités : le renforcement de l’efficacité énergétique et le recours massif aux énergies renouvelables. Ces deux priorités ont été placées au coeur du « Grenelle environnement » annoncé par le Président de la République en octobre 2007, à l’issue d’importants travaux de concertation. Elles constituent de formidables opportunités de développement économique pour notre pays.

Certaines mesures du plan d’action, comme le « bonus écologique » qui favorise les voitures les plus propres, ont été mises en place avec succès et les comportements sont déjà en train de changer. La France privilégie également les mesures économiquement efficaces comme les instruments de marché (quotas CO2 depuis 2005, certificats d’économie d’énergie depuis 2006). La réglementation de performance énergétique est étendue au bâtiment existant. L’objectif de réduction de 30 à 40 % des consommations unitaires à horizon 2020 offre des perspectives considérables au secteur du bâtiment.

Des mesures, notamment d’aménagement du territoire et d’adaptation, prennent également en compte de façon structurelle les différents risques auxquels la France sera fréquemment soumise.

La France est en voie d’honorer ses engagements au titre de l’annexe 1 du protocole de Kyoto : alors que l’application du protocole a débuté le 1er janvier 2008, la France est l’un des rares pays industrialisés dont les émissions se situent d’ores et déjà en deçà de son engagement international. Ses émissions 2006 sont en effet inférieures d’environ 4 % au plafond fixé par le protocole de Kyoto pour la période 2008-2012.

L’ensemble des dispositions du « Grenelle environnement » permettront à la France de respecter l’objectif européen de réduction de 20 % des émissions de GES en 2020.

Voir www.legrenelle-environnement.fr.

JAPON
Une vision Commune

Ichiro Kamoshita, Ministre de l’Environnement

Le Japon est un pays relativement petit, densément peuplé et à forte concentration d’activités économiques. Nous dépendons des importations pour l’énergie et les matières premières. Notre pays a connu de graves problèmes de pollution ainsi que des flambées des prix du pétrole. Dans ces conditions, le Japon ne ménage aucun effort pour améliorer l’efficacité énergétique et la qualité de l’environnement depuis plusieurs décennies. Je pense que le progrès technologique et le soutien constant des citoyens sont les principaux moteurs de la lutte contre le changement climatique.

Je voudrais insister sur trois points. Premièrement, la mise en place de mesures environnementales et le développement de technologies propres sont essentiels pour la protection du climat, mais aussi pour le progrès économique. Comme l’a souligné le Premier ministre, M. Fukuda, à Davos cette année, le Japon prône le plafonnement des émissions mondiales de GES dans 10 à 20 ans, et leur réduction de moitié à l’horizon 2050.

Deuxièmement, une approche sectorielle peut constituer un outil puissant au service de la compétitivité économique, comme le suggèrent les travaux de l’OCDE. L’évaluation objective des possibilités d’atténuation est indispensable pour parvenir à un consensus mondial, et une approche sectorielle peut y contribuer grandement. Le Japon étudiera cette approche en profondeur avec d’autres pays, sur la base du principe de « responsabilités partagées mais différenciées, et des capacités de chacun », posé dans la Convention-cadre sur les changements climatiques.

Troisièmement, nous devons reconnaître le coût élevé de l’inaction. Les coûts environnementaux peuvent être évités si l’on prend des mesures préventives, ainsi que nous l’enseigne l’intoxication au mercure à Minamata. De plus, l’investissement dans la protection de l’environnement contribue à améliorer notre compétitivité économique, comme en témoigne l’amélioration des performances des véhicules automobiles suite au durcissement de notre réglementation. Les instruments économiques comme les échanges de droits d’émission comptent également pour réduire les émissions de façon efficace et économe. Enfin, les mesures de lutte contre le changement climatique peuvent atténuer d’autres problèmes environnementaux, comme la pollution de l’air.

La réalisation d’objectifs à long terme nécessite une vision commune. Sinon, nous ne pourrons développer les bonnes stratégies et technologies propres. Le Japon a travaillé avec le Royaume-Uni à l’élaboration d’un projet de société sobre en carbone. Il nous reste très peu de temps. Nous devons à présent avancer tous ensemble et concrétiser un projet que nous serons fiers de transmettre aux générations futures.

Site Internet du Ministère de l’Environnement du Japon : www.env.go.jp/fr/.


MEXIQUE
Une réponse coordonnée

Juan Elvira Quesada, Ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles

Le changement climatique est l’un des plus grands défis du XXIème siècle pour la communauté internationale. Il exige des mesures novatrices et une volonté politique au plus haut niveau. Le système multilatéral sous l’égide des Nations unies devrait être le cadre principal de l’engagement mondial en ce sens. Les organisations comme l’OCDE ont un rôle complémentaire à jouer en conseillant les gouvernements et en édifiant un consensus.

Face au changement climatique, le Mexique s’est engagé notamment à concevoir et à appliquer des moyens d’action efficaces et économes qui favorisent la compétitivité et le développement économiques tout en protégeant l’environnement.

La planification stratégique est primordiale pour bâtir un cadre d’action solide. Nous avons ainsi présenté en 2007 notre Stratégie nationale sur le changement climatique et publierons cet été notre Programme national sur le changement climatique. Ces documents sont au fondement de notre politique climatique, qui prévoit des mesures d’atténuation et d’adaptation efficaces et économes de 2008 à 2012.

La mise en oeuvre de politiques climatiques efficaces requiert des informations précises, le renforcement des capacités nationales et des mécanismes solides pour assurer des réponses coordonnées. Les capacités et systèmes d’information de notre pays continueront de progresser avec l’établissement de notre quatrième Communication nationale à la CCNUCC. L’architecture institutionnelle a également été consolidée grâce à la création de la Commission interministérielle sur le changement climatique, organe de coordination des politiques auquel participent sept ministères fédéraux.

Les gouvernements doivent bien sûr jouer un rôle moteur dans la riposte au changement climatique, mais le maintien de la compétitivité n’est possible qu’avec l’engagement du secteur privé dans des actions d’atténuation économes. Au Mexique, cet engagement a été favorisé par la création d’un bureau du changement climatique, chargé de promouvoir des projets dans le cadre du Mécanisme pour un développement propre et d’autres dispositifs internationaux. Nous avons également établi le fonds carbone mexicain (FOMECAR), un instrument qui apporte un appui technique et financier aux entreprises et organismes publics nationaux pour faciliter leur participation aux marchés du carbone.

Nous encourageons l’industrie à participer aux initiatives volontaires de déclaration des émissions et d’amélioration des marchés du carbone. D’ailleurs, depuis 2004, plusieurs entreprises mexicaines ont adopté le « Protocole GES » afin de calculer leurs émissions, de les présenter de façon transparente et de trouver des moyens de les réduire.

Consulter www.semarnat.gob.mx.

©L’Observateur de l’OCDE, No 266 avril 2008




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016