Une fission plus propre

Gestion des matières fissiles et fertiles recyclables
L'Observateur de l'OCDE
L’énergie nucléaire gagne en popularité. Son exploitation ne produit pas d’émission de carbone ou presque et peut satisfaire un pourcentage important de la demande d’électricité dans de nombreux pays. Mais si elle paraît aujourd’hui acceptable à beaucoup, elle n’est pas pour autant aimée, et cela principalement à cause des déchets. Les traiter, les enfouir, ou en général, les rendre plus sûrs, restent des défis. Peut-on commencer par en limiter les quantités ?<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

Gestion des matières fissiles et fertiles recyclables dresse un inventaire des stocks de matières nucléaires recyclables dans le monde et étudie les solutions pour les recycler. Il s’agit de l’uranium appauvri qui sort des usines d’enrichissement, de l’uranium et du plutonium récupérés lors du retraitement du combustible usé, du plutonium et de l’uranium hautement enrichi déclarés excédentaires par rapport à leur sécurité par la Russie et les États-Unis ainsi que des stocks de thorium, un métal considéré comme une alternative à l’uranium. L’étude montre que la quantité de matières recyclables potentiellement récupérables accumulée aujourd’hui pourrait alimenter pendant 40 ans un parc de réacteurs à eau ordinaire de la génération actuelle, avec une puissance installée totale de 100 GWe, soit à peu près la l’intégralité des centrales nucléaires aux États-Unis.De plus, les systèmes nucléaires en service aujourd’hui pourraient produire 50 % d’énergie supplémentaire avec la même quantité d’uranium naturel si l’on adoptait le recyclage : le combustible usé est retraité et l’uranium et le plutonium ainsi récupérés sont recyclés. De plus, avec des technologies avancées comme les réacteurs surgénérateurs, l’énergie produite par unité d’uranium extrait pourrait être multipliée par 50, voire plus, et la quantité de combustible usé réduite d’autant !S’il n’existe pas de solution unique pour la gestion des matières recyclables, le souci de la sécurité d’approvisionnement énergétique ainsi que la volonté d’utiliser plus efficacement l’uranium naturel et de réduire au minimum les quantités de déchets produits, associés aux progrès de la technologie, ouvrent de nouvelles perspectives aux réacteurs surgénérateurs. Comme nous le rappelle Gestion des matières fissiles et fertiles recyclables, toutes les stratégies envisagées pour gérer ces matières nucléaires sensibles et/ou très radiotoxiques, exigent des mesures draconiennes pour garantir la sûreté, la protection radiologique et éviter la prolifération de matières susceptibles d’être converties en « armes ». Ces stratégies auront au moins l’avantage de produire des quantités de déchets nettement plus faibles.www.nea.fr
www.oecd.org/energie
ISBN : 9789264032569L’Observateur de l’OCDE nº 262, juillet 2007



Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019