Débat énergétique

Courrier des lecteurs
Angel Gurría estime à juste titre que les « subventions (…) devraient profiter à l’innovation et aux pratiques peu polluantes, et non protéger ou fausser des marchés » (N° 258/259, décembre 2006). Malheureusement, en dehors de quelques milliards de dollars consacrés à la R-D, ce qui caractérise le domaine des biocarburants, ce sont précisément les distorsions et les marchés protégés
Certes, les biocarburants peuvent être considérés comme une voie à suivre dans le climat actuel, mais c’est un discours lénifiant qui nous est servi. Ainsi, le gouvernement américain a proposé qu’en 2017, les besoins annuels en carburants du pays soient couverts à hauteur de 132,5 milliards de litres par des « carburants de substitution », sous-entendant que cela contribuerait grandement à l’indépendance nationale vis-à-vis des importations de pétrole. En revanche, le coût de réalisation de cet objectif a été passé sous silence.Aujourd’hui, l’éthanol vendu aux États-Unis bénéficie d’une défiscalisation de 0,135 USD par litre, parmi une kyrielle d’autres mesures de soutien adoptées par le gouvernement fédéral et différents états ainsi que des autorités locales. Ce système de crédit d’impôt expire en principe fin 2010, mais il sera vraisemblablement prorogé.Dans l’hypothèse où l’essentiel de l’objectif fixé pour 2017 serait atteint uniquement au moyen de l’éthanol et où le crédit d’impôt serait prorogé, le coût total pour le Trésor américain serait d’au moins 118 milliards de dollars sur 11 ans.L’introduction du biodiesel dans le calcul ne ferait qu’augmenter ce coût, car il bénéficie de subventions unitaires plus élevées que l’éthanol. Et des mesures de soutien au niveau des états pourraient alourdir la facture de 50 %. C’est indéniablement ce qui s’appelle « miser sur le bon cheval » ! D’autant que cette stratégie ne s’attaque pas vraiment à l’autre côté de l’équation, à savoir la demande.Les États-Unis appliquent des droits de douane très élevés de 2,5 % plus 0,143 dollar par litre aux importations d’éthanol en provenance du Brésil et de beaucoup d’autres pays, et ils ne sont pas les seuls à protéger ainsi leur industrie nationale. Les droits NPF de l’UE sont plus lourds encore, à 0,192 € (environ 0,25 USD) par litre. L’Australie, qui taxe généralement peu voire pas du tout les importations de produits agricoles, applique à celles d’éthanol des droits de douane de 5 % plus 0,38143 AUD (environ 0,30 USD) par litre – le double de ceux des États-Unis.Si l’éthanol est un carburant tellement bénéfique pour l’environnement et que sa production en dehors du Moyen-Orient réduit le risque géographique, comment se fait-il qu’autant de pays de l’OCDE fassent tout leur possible pour en empêcher les échanges ?
Ronald Steenblik Directeur de la recherche,Initiative mondiale sur les subventions (IMS) de l’Institut international du développement durable, Genève et Winnipeg. L'Observateur de l'OCDE N°260, mars 2007


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016