En bref - mars 2007

OCDE Observateur

Le rééquilibrage continue ; PIB à la hausse ; Inflation à la baisse ; Stabilisation du chômage ; Ralentissement des échanges ; Aide : encore des efforts ; Avancée fiscale ; Présidence espagnole ; Best of...

Le rééquilibrage continue
PIB à la hausse
Inflation à la baisse
stabilisation du chômage
ralentissement des échanges
Aide : encore des efforts
Avancée fiscale
Présidence espagnole
Best of...
Le rééquilibrage continue  Jean-Philippe CotisLa croissance américaine passe à la vitesse inférieure tandis que la robustesse de l’économie européenne se confirme. C’est le principal message de l’économiste en chef, Jean-Philippe Cotis, lors de son briefing du 13 mars sur l’actualisation des prévisions. M. Cotis a repris l’opinion exprimée dans les dernières Perspectives économiques de novembre, à savoir qu’un rééquilibrage global était en marche. L’évaluation intérimaire de mars prévoit également une poursuite de l’expansion au Japon, malgré une consommation des ménages molle. Le redressement allemand a été particulièrement vigoureux, et la croissance de la zone euro devrait rester au dessus de la tendance, avec un climat des affaires optimiste et des créations d’emplois qui soutiennent les revenus des ménages et la consommation.Les prix de l’énergie demeurent instables, a prévenu M. Cotis, mais sont beaucoup plus bas qu’il y a 6 mois, contribuant ainsi à l’allègement des pressions inflationnistes. Et malgré une certaine volatilité des prix des actions ces dernières semaines, les conditions financières restent généralement favorables.La croissance américaine est restée en dessous de son potentiel depuis le milieu de l’année 2006, et M. Cotis n’a pas jugé nécessaire pour le moment que la Réserve fédérale américaine resserre sa politique. Bien que les recettes fiscales de l’OCDE aient été plus généreuses que prévu, il reste urgent de mettre en place des réformes pour faire face au vieillissement de la population et aux pressions sur les retraites et les systèmes de santé, selon M. Cotis.Les prochaines Perspectives économiques de l’OCDE seront publiées le 24 mai.Pour plus d’information, consulter www.oecd.org/economie.PIB à la hausseSelon des estimations préliminaires, le produit intérieur brut (PIB) de la zone OCDE a augmenté de 0,9 % pendant le dernier trimestre 2006, contre 0,5 % au trimestre précédent. Parmi les pays du G7, la hausse du PIB pendant le quatrième trimestre 2006 est allée de 0,6 - 0,7 % en France à 1,2 % au Japon, soit le plus fort taux de croissance enregistré dans ce pays depuis le premier trimestre 2004. L’Italie a connu sa plus forte croissance trimestrielle en sept ans avec une hausse de 1,1 %. Le PIB américain a augmenté de 0,9 %, soit une légère hausse par rapport aux deux trimestres précédents.Pour tous les pays du G7, excepté le Canada pour lequel les données ne sont pas disponibles, le taux de croissance annuel était plus élevé qu’au trimestre précédent. L’Allemagne a connu la plus forte croissance annuelle, à 3,9 %.Voir www.oecd.org/statistiques Inflation à la baisse Cliquez iciL’inflation annuelle dans la zone OCDE est tombée à 1,9 % en janvier 2007. Les prix à la consommation ont augmenté de 1,9 % sur un an en janvier 2007, contre 2,2 % sur un an en décembre 2006. La hausse mensuelle de l’indice des prix était de 0,1 % en janvier 2007, contre 0,2 % en novembre et décembre 2006.Dans la zone OCDE, les prix de l’énergie se sont stabilisés en janvier, après une hausse de 3,8 % sur un an en décembre. Les prix de l’alimentation ont augmenté de 2,4 % sur un an en janvier, contre 2,5 % en décembre. Hors prix de l’alimentation et de l’énergie, les prix à la consommation ont augmenté de 2,1 % sur un an en janvier, contre 2 % en décembre.Stabilisation du chômageLe taux de chômage standardisé dans la zone OCDE est resté à 5,8 % en janvier 2007, stable par rapport au mois précédent et en baisse de 0,5 % par rapport à l’année passée.La zone euro, les États-Unis et le Japon ont tous connu une baisse de 0,1 % de leur taux de chômage par rapport au mois précédent. Au Canada, ce taux était en hausse de 0,1 % par rapport au mois précédent, mais en baisse de 0,4 % par rapport à l’année précédente.Voir www.oecd.org/statistiques.Ralentissement des échanges Les derniers chiffres du commerce de marchandises dans les pays du G7 montrent une baisse corrigée des variations saisonnières de 0,4 % pour les exportations au troisième trimestre 2006, comparée au trimestre précédent. Les importations ont stagné à 1,3 %. Malgré cette stagnation, les échanges du G7 en volume continuent d’augmenter en glissement annuel, avec une hausse de 10,4 % pour les exportations et de 6,4 % pour les importations.L’Allemagne a connu la plus forte croissance des échanges par rapport au trimestre précédent : ses exportations ont augmenté de 6,4 % et ses importations, de 3,1 %. En glissement annuel, l’Allemagne a également réalisé la plus forte hausse en volume du G7, à 16,9 % pour les exportations et, plus modestement, 3,9 % pour les importations.Aide : encore des efforts Pour honorer leur engagement de porter le volume de l’aide à 130 milliards USD et doubler l’aide à l’Afrique pour 2010, les donneurs devront accroître les financements affectés aux programmes d’aide plus rapidement que toutes les autres dépenses publiques, selon le Rapport de l’OCDE sur la coopération pour le développement. Pour atteindre les objectifs, l’aide devrait progresser de 11 % par an entre 2008 et 2010, contre 5 % actuellement. Le rapport examine les apports d’aide et indique les pays qui donnent le plus (les États-unis en volume, la Suède et la Norvège en pourcentage du RNB) et ceux qui reçoivent le plus (l’Irak avec 12,9 milliards USD par an en 2004-05 et le Nigeria avec 3,2 milliards USD, dans les deux cas sous l’effet de remise de dettes exceptionnelles). Le rapport rappelle que la dépendance à l’égard de l’aide peut diminuer l’incitation des gouvernements à répondre aux besoins de leurs citoyens et à lever des recettes intérieures. Il recommande aux donneurs d’encourager la représentativité des pouvoirs publics, de soutenir la société civile ainsi que l’indépendance du pouvoir judiciaire et des médias.En 2005, l’aide publique au développement (APD) a atteint le chiffre record de 106,8 milliards USD, bien que 20 % de cette somme ait financé les allégements de dette en faveur de l’Irak et du Nigeria. Bien que les 22 pays membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE restent à l’origine d’environ 95 % de l’APD mondiale, ce chiffre diminuera probablement sous l’effet de l’augmentation de l’aide provenant d’autres pays. En 2005, l’aide consentie par les donneurs non membres du CAD a totalisé 3,2 milliards USD, dont 1,7 milliards pour l’Arabie Saoudite. Voir www.oecd.org/cad. Avancée fiscaleAlors que la mondialisation accroît l’importance de l’élaboration de règles du jeu en matière de fiscalité internationale, une nouvelle mesure enrichit désormais les mécanismes à disposition des entreprises et des particuliers impliqués dans des différends fiscaux transfrontaliers. Le Comité des affaires fiscales de l’OCDE a convenu de modifier le Modèle de Convention fiscale, à la base de la plupart des négociations entre les pays sur les questions fiscales, en prévoyant la possibilité d’un arbitrage des différends s’ils restent non résolus pendant plus de deux ans. Les différends fiscaux transfrontaliers peuvent se produire lorsque deux États invoquent des droits contradictoires d’imposer un particulier ou une société, situations qui peuvent aboutir à une double imposition. La poursuite de la libéralisation des marchés de capitaux et le renforcement de la mobilité transfrontalière des capitaux et des investissements ont encouragé les grandes sociétés et les institutions financières à mettre en oeuvre des stratégies mondialisées. Cette modification est importante aussi bien pour les sociétés qui investissent en dehors de leur pays d’origine que pour les particuliers qui vivent et travaillent dans plusieurs pays.Avec l’accroissement du nombre de différends transfrontaliers et la complexité des affaires, on attend des nouvelles techniques qu’elles améliorent l’efficacité du règlement des différends fiscaux transfrontaliers. Pour plus de précisions, consultez la récente étude de l’OCDE intitulée Améliorer la résolution des différends en matière de conventions fiscales, disponible sur www.oecd.org/fiscalite ou sur demande à ctp.contact@oecd.org.Présidence espagnole Pedro SolbesPedro Solbes, vice-Premier ministre et ministre de l’Économie et des finances de l’Espagne, présidera cette année la Réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres à Paris, les 15 et 16 mai. La RCM est le sommet du calendrier ministériel de l’OCDE ; la Grèce a présidé l’événement en 2006. Parmi les principaux sujets traités cette année : mondialisation, croissance et équité ; innovation et croissance ; l’élargissement de l’OCDE et les relations avec certains pays non membres ; et les échanges. Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/mcm2007-fr et www.oecd.org/mcm2006-fr.Best of…« Ce qui semble être une augmentation peut simplement signifier que les systèmes de contrôle et de surveillance fonctionnent bien et que des écarts de conduite qui, auparavant, étaient discrètement ignorés ou dissimulés dans le secret des administrations apparaissent aujourd’hui en plein jour. »Sally Washington, “L’éthique et le service public”, N°204, février/mars 1997.©L’Observateur de l’OCDE N°260, mars 2007         


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016