Bibliothécaires au XXIème siècle

Au XXIème siècle, les bibliothécaires sont destinés à devenir plus importants que jamais.
Centre de documentation et d'information de l'OCDE

©André Faber

Carl Sagan, le célèbre astronome et conteur aujourd’hui disparu, s’est un jour demandé combien de livres il était possible de lire au cours d’une vie. « D’ici à là », a-t-il estimé en marchant le long du rayonnage, relativement court, d’une bibliothèque américaine. Il voulait montrer que notre capacité de lecture était minime, comparée à l’immense volume de livres contenus dans une bibliothèque quelconque.
Aujourd’hui, avec Internet, les bibliothécaires ont encore davantage de travail de triage et d’orientation. Les informations sur papier n’ont pas été remplacées, il y a même plus de papier imprimé qu’il y a 20 ans, mais le réel changement a été apporté par la « révolution numérique ».Heureusement pour les bibliothécaires, si l’évolution des technologies de l’information a mené à une explosion des informations disponibles, elle est également venue à leur secours en révolutionnant le stockage de l’information et son accès. La création de bases de données bibliographiques, de catalogues numériques pour compléter les fiches Kardex et l’utilisation de codes barres pour ranger les livres ne sont que quelques précieuses innovations. Le défi est de gérer et de réduire le problème, bien connu des chercheurs, de la « surabondance d’informations ». Les moteurs de recherche comme Google ou Yahoo ont apporté des solutions pour trier et récupérer des informations à la maison, mais les recherches plus approfondies demandent de la patience. Étant donné la pléthore d’informations disponibles, Internet a augmenté le besoin de bibliothécaires nombreux et bien formés pour séparer le bon grain de l’ivraie.A côté des portails d’information plus traditionnels tels que les catalogues de bibliothèque, les bibliothécaires ont maintenant recours à des systèmes comme RSS (Really Simple Syndication), qui utilise le format XML pour acheminer directement les informations d’actualité vers la machine de l’usager – PC, téléphone mobile ou assistant numérique. L’ édition en ligne de L’Observateur de l’OCDE utilise ce service, qui sert beaucoup à envoyer les dernières nouvelles vers la machine de l’usager, ou faire circuler des spams. C’est pourquoi les éditeurs aussi utilisent le RSS pour informer les clients des nouveaux titres ou diffuser des bulletins d’information.Le Centre de documentation et d’information (CDI) de l’OCDE, par exemple, conserve plus de 55 % de son fonds sous forme numérique, avec plus de 55 000 titres électroniques et 29 000 titres sur papier. Cette bibliothèque virtuelle permet aux chercheurs de consulter à partir de leur ordinateur, via l’intranet de l’OCDE, les catalogues et autres ressources électroniques offertes par le CDI. Le centre fournit également à ses clients un accès à des sites Internet importants où ils peuvent télécharger des articles de périodiques et des travaux académiques, consulter les bases de données et même imprimer des monographies complètes. Les demandes de prêt ou de recherche bibliographique peuvent aussi se faire d’un seul clic, qui génère automatiquement un courriel au CDI.Les bibliothécaires doivent aussi faire face au marché du WiFi, dont certains estiment qu’il atteindra 44 milliards de dollars US en 2008. Les bibliothèques réagissent aujourd’hui en rendant leurs catalogues et portails accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sous des formats compatibles avec les téléphones mobiles, les assistants numériques et autres appareils portables.Compte tenu de l’abondance d’informations disponibles, le rôle pédagogique des bibliothécaires va sans doute continuer à se développer au XXIème siècle. Par exemple, le CDI de l’OCDE, en plus de fournir sur le site intranet des guides et des informations sur ses services, organise pour ses clients des sessions d’information personnalisées et des séances de démonstration. Les bibliothèques qui ont une clientèle plus large, comme les bibliothèques universitaires, ont créé ce genre de cours en ligne. Le tutorat de maîtrise de l’information de l’Université de Sussex dénommé « InfoSuss » en est un exemple.Les modèles de l’édition sont en pleine évolution ; certains établissements académiques ont déjà commencé à constituer leurs propres services d’archives et offrent un accès gratuit en ligne à des articles approuvés par les collègues, qui auraient été auparavant publiés dans des journaux commerciaux. Des sites comme le Directory of Open Access Journals permettent à tout abonné Internet d’accéder à des articles librement téléchargeables. Même certains éditeurs commerciaux ont accepté de publier des articles pour lesquels les institutions auxquelles appartiennent les auteurs paient les droits de publication ; l’article est alors mis en ligne gratuitement. La Commission européenne a récemment publié un rapport jugeant que les bibliothèques devraient recevoir des fonds pour s’abonner aux revues payantes, et que les publications à compte d’auteur devraient être soutenues financièrement. Le rapport insiste également sur l’importance d’un accès pérenne aux archives numériques. Un récent rapport de l’OCDE sur les publications scientifiques en ligne prévoit une période d’expérimentation dans l’édition, avec la progression, face aux modèles traditionnels, des publications en libre accès. Le papier va continuer à jouer un rôle important pour les chercheurs et les utilisateurs de bibliothèques. Une enquête récente sur l’utilisation de manuels en ligne a montré que les étudiants préféraient utiliser la version imprimée et ne considéraient la version en ligne que comme un complément. Les bibliothèques réelles vont continuer à prospérer et à s’adapter, avec leurs salles de lecture permettant aux usagers de s’installer, de feuilleter, de consulter et d’emprunter.Si vous voulez trouver le meilleur chemin dans le labyrinthe de l’information, adressez-vous à votre bibliothécaire. Références
  • OCDE (2004), Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE, Paris, pour des statistiques sur le marché du WiFi.
  • Commission européenne (2006), Etude sur l’évolution économique et technique du marché de la publication scientifique en Europe. Rapport final, Bruxelles.
  • OCDE (2005), Digital Broadband Content : Scientific Publishing, disponible (en anglais) sur http://www.oecd.org/dataoecd/42/12/35393145.pdf.
  • Carlson, S. (2005), “Online textbooks fail to make the grade”, Chronicle of Higher Education, vol.51, n° 23, 11 février.
L'Observateur de l'OCDE, N°257, octobre 2006


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016