Couverture anti-terrorisme

Aspects fondamentaux des assurances : Assurance du terrorisme
Les polices d’assurance comportent de plus en plus souvent des clauses précisant si les pertes dues au terrorisme sont couvertes ou non.
Les actes de mégaterrorisme, comme les attentats du 11 septembre ou les explosions à Bali ou à Madrid, ont mené à des demandes d’indemnités extrêmement lourdes pour les compagnies d’assurance. Depuis, les assureurs renoncent à assumer seuls les conséquences de ces risques. Assurance du terrorisme examine si la couverture des actes terroristes à grande échelle doit être obligatoire, et dans quelle mesure les pouvoirs publics doivent intervenir.En réalité, les actes terroristes sont relativement rares et sont extrêmement difficiles à prévoir, mais leurs dommages sont lourds de conséquences. En outre, leurs effets vont au-delà des dommages indemnisables : il peut être nécessaire d’évacuer des populations ou des activités économiques d’une zone touchée. De surcroît, les terroristes pourraient s’appuyer sur de vastes réseaux, comme pour le bacille du charbon, ou mettre au point des bombes dites « sales » ou des armes de destruction massive : des sinistres catastrophiques peuvent largement dépasser la capacité des marchés financiers à y faire face. Et les pouvoirs publics eux-mêmes n’en ont guère les moyens.Il n’existe aucune solution évidente. Selon Assurance du terrorisme, l’intervention des pouvoirs publics est la condition du fonctionnement du marché privé : les pouvoirs publics ne se substitueront pas aux marchés, mais interviendront en complément des opérateurs privés pour couvrir des risques extrêmes. Après les attentats du World Trade Center, les États-Unis ont mis en place, avec le Terrorism Risk Insurance Act, un dispositif temporaire qui sera réévalué fin 2005. Il prévoit l’indemnisation publique et privée des dommages corporels et économiques. Au niveau international, le Comité européen des assurances a proposé un système similaire, avec le concours négocié de fonds européens.L’assurance – un mécanisme de transfert et de partage du risque – est par définition une activité socioéconomique. Lorsque le marché de l’assurance ne peut faire face aux nouveaux défis, les citoyens se tournent vers le gouvernement. Plus le risque sera sérieux, plus les citoyens chercheront une solution du côté des pouvoirs publics. Pour commander l’ouvrage, voir www.ocdelibrairie.orgL’Observateur de l’OCDE n° 249, mai 2005



Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019