Partenariats pertinents

Courrier des lecteurs
C’est à juste titre que le Secrétaire général de l’OCDE, Donald J. Johnston, voit dans le manque de cohérence un obstacle aux stratégies internationales de développement (« Donner ses chances au développement », L’Observateur de l’OCDE, n° 245, novembre 2004). Mais à mon sens, il existe certains signes de progrès.
Nombre d’acteurs – institutions financières internationales, OMC, UE, pays donateurs et ONG – faisaient un travail remarquable, mais pour la plupart de façon isolée. Néanmoins, il semblerait que l’on progresse (enfin) vers une approche plus intégrée. Les donateurs coopèrent étroitement, ainsi qu’avec les bénéficiaires, pour mettre en oeuvre des programmes complémentaires et non concurrents.Le rapport publié récemment par la Commission économique pour l’Afrique témoigne de la détermination actuelle à envisager les stratégies de développement dans leur globalité. Dans les quelque 460 pages de ce rapport, l’amélioration de la gouvernance côtoie les stratégies de sécurité préventive, le démantèlement des barrières commerciales, les initiatives concernant la santé, l’éducation et l’exclusion, les mesures visant à encourager l’investissement et l’entrepreneuriat, l’accroissement notable de l’aide à la réduction de la pauvreté, et enfin une mise en oeuvre plus efficace de la part des institutions financières internationales et des institutions multinationales propres à l’Afrique.Pour répondre à Donald J. Johnston au sujet de l’exode des professionnels qualifiés du continent africain, soulignons que la Commission recommande aux donateurs de travailler en liaison étroite avec les gouvernements africains pour financer des programmes de revalorisation des salaires dans les secteurs cruciaux.Dans le même temps, Peter Mandelson, commissaire européen au Commerce, tout en promouvant une libéralisation plus poussée des échanges dans le cadre du Cycle de développement de Doha de l’OMC, plaide en faveur du renforcement des capacités des pays les plus démunis afin qu’ils puissent avoir une chance réelle de participer au système commercial international.Ce que toutes ces approches « holistiques » ont en commun, c’est une volonté nouvelle d’instaurer de véritables partenariats globaux entre les donateurs et les pays en développement, conjugués à des initiatives concrètes partant de la base – non dans un souci d’être « politiquement correct », mais parce que des approches menées en collaboration promettent davantage de résultats. Il faut espérer que nous pourrons passer sans tarder d’analyses communes et d’approches concertées à de réels plans d’action – dès le Sommet du G8 prévu au Royaume-Uni, en juillet, et la réunion des Nations unies qui sera spécialement consacrée, en septembre 2005, à l’examen des progrès accomplis vers les Objectifs du millénaire pour le développement.Maurice Fraser
Chargé de cours en politique Européenne
London School of Economics


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016