Le 30% Club est un groupe de présidents, présidentes et PDG dont l’objectif est d’obtenir, par des actions volontaires, un meilleur équilibre entre hommes et femmes à tous les niveaux de leurs entreprises.

©David Rooney

Dans tous les pays, il est difficile de concilier activité professionnelle et vie de famille, mais cela est d’autant plus vrai au Japon. Encore plus qu’ailleurs dans l’OCDE, les Japonais et les Japonaises doivent choisir entre famille et travail. Les hommes choisissent le travail, les femmes moins, mais dans l’ensemble, les naissances sont rares et l’emploi des femmes est trop faible. Ces défaillances sont de plus en plus importantes et doivent être redressées.

Le Forum de l’OCDE coïncide cette année avec le 20e anniversaire de la Déclaration de Beijing, qui marque une étape importante en faveur de l’égalité entre hommes et femmes dans le monde. De nombreux progrès ont été accomplis depuis 1995, mais il reste malheureusement beaucoup à faire pour réduire les discriminations et accroître la participation économique et sociale des femmes.

De toutes les ressources mises à la dispositions de l’humanité, quelle est la plus sous-utilisée ? Les femmes, assurément !

©Photosensitive/Reuters

Les Objectifs de développement durable des Nations Unies pourraient réellement changer la donne pour les femmes, car ils intègrent des avancées dans des domaines sensibles comme les droits reproductifs. Il faut s’attendre à des obstacles et à des résistances dans les années à venir.

©Reuters/Thomas Mukoya

Consommatrices, créatrices et dirigeantes d’entreprises, agricultrices, salariées : les femmes dépendent des mécanismes du marché et doivent avoir accès aux financements nécessaires à leurs activités.

Cliquer pour agrandir

Le problème des inégalités de salaires entre hommes et femmes continue de se poser, malgré des décennies de lois telles que le Equal Pay Act américain et l’égalité de salaires stipulée par le Code du travail français depuis un demi-siècle. Non seulement les femmes gagnent toujours moins que les hommes à travers le monde, mais l’ONU prévoit un maintien de cette situation pendant encore 70 ans.

©Droits réservés

L’inégalité hommes-femmes compte parmi les formes d'inégalités les plus anciennes et les plus primitives. Hélas, elle sévit encore presque partout dans le monde. Dans de nombreux pays, les femmes accèdent plus difficilement que les hommes à l'éducation, à la santé, à la sécurité, au travail et aux responsabilités politiques.

Un rôle de composition : l’actrice Judy Davis dans le film tiré de Ma brillante carrière en 1979 AFP/Kobal/The Picture Desk

L’une des priorités du G20 consiste à accroître le taux d’emploi des femmes. L’OCDE, l’OIT et d’autres organisations ont recensé plusieurs moyens pour surmonter les obstacles liés aux inégalités entre hommes et femmes.

©Rune Kongsro

La féminisation de la main-d’œuvre a un  impact décisif sur les résultats d’un pays,  comme le démontre la Norvège.

©Dinodia Photos/Getty Images

La crise a révélé de nombreux défauts du modèle économique et social actuel dans la zone OCDE, et a mis en lumière l’un des défis les plus ardus : celui des inégalités entre les sexes. Tandis que 40 % des femmes, contre 31 % des hommes, sont diplômées de l’enseignement supérieur, seules 65 % des femmes participent au marché du travail, contre 79 % des hommes. Et les femmes qui travaillent sont moins bien payées, font davantage d’heures non payées et sont peu nombreuses à accéder aux postes à hautes responsabilités.

La moitié de la main-d’oeuvre mondiale, soit 1,5 milliard de travailleurs et de travailleuses, occupe des postes vulnérables. Avec la crise, plus de 100 millions de personnes, principalement des femmes, sont venues gonfler les rangs des « travailleurs pauvres », ceux dont le salaire ne suffit pas à satisfaire les besoins essentiels.

Cherie Blair ©OCDE

Les discriminations à l’encontre des femmes nous pénalisent tous. Comme l’explique Cherie Blair, fondatrice de la Cherie Blair Foundation for Women, les femmes chefs d’entreprise sont une ressource économique que les pays, riches ou pauvres, ne devraient pas négliger.

Les milieux d’affaires sont loin de tirer pleinement parti de la diversité hommes-femmes au travail. Mais certaines entreprises trouvent des moyens innovants pour changer la situation. 

La longue route vers l’égalité des sexes a permis une élévation du niveau d’éducation et du taux d’activité des femmes ainsi que des avancées dans le monde politique et le monde des affaires. Mais il reste encore du chemin à parcourir. 

Cliquer ici pour agrandir

Pour la plupart des gens, emploi féminin et congé maternité sont liés. Mais saviez-vous que le taux d’emploi des femmes n’est pas forcément le plus élevé dans les pays où le congé maternité rémunéré est le plus long ?

Marie Curie fut l’une des plus grands scientifiques du XXème siècle. Avec la découverte du radium, cette scientifique franco-polonaise a ouvert la voie à la physique nucléaire et au traitement du cancer. En 1903, elle obtint avec deux autres personnes le prix Nobel de physique et fut la première femme en Europe à obtenir un doctorat dans cette même discipline.

Cliquer pour agrandir.

Aujourd’hui, plus de femmes travaillent qu’il y a 40 ans, mais leurs salaires n’ont pas suivi ceux des hommes. Alors qu’environ 45 % des femmes de la zone OCDE travaillaient en 1970, elles étaient 58 % en 2008, de 70 % dans les pays du Nord à moins de 50 % en Grèce, en Italie, au Mexique et en Turquie.

Quelques pionnières de la région MENA favorisent des évolutions progressives dans l'entreprise et dans la société. Comment développer le potentiel de la moitié féminine de la population ?

Cliquez ici

Les dirigeantes politiques restent une espèce rarissime dans les pays de l’OCDE. Certes, il y a la Chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Helen Clark, et des femmes très connues sont candidates aux élections présidentielles en France et aux États-Unis. Mais savez-vous que dans les parlements du monde entier, les femmes restent sous-représentées ?

©ACJA-Fonds Curie & Joliot-Curie

Marie Curie fut l’une des plus grands scientifiques du XXème siècle. Avec la découverte du radium, cette scientifique franco-polonaise a ouvert la voie à la physique nucléaire et au traitement du cancer. En 1903, elle obtint avec deux autres personnes le prix Nobel de physique et fut la première femme en Europe à obtenir un doctorat dans cette même discipline. Huit ans plus tard, elle reçut le prix Nobel de chimie. Plusieurs autres distinctions lui furent également attribuées, notamment aux États-Unis. Un siècle plus tard, la réussite de Marie Curie semble vraiment exceptionnelle, notamment en matière d’égalité des sexes.

Cliquer pour agrandir le graphique

« La tradition est un guide, pas un geôlier », écrivait W. Somerset Maugham. Se pourrait-il pourtant que certaines traditions, issues d’histoires et de cultures illustres, enferment désormais des pays dans la pauvreté ? Cela semble être le cas, à en juger par l’influence des règles sociales et culturelles sur la condition de la femme.
L’égalité des sexes a connu des progrès indéniables depuis la première célébration de la journée internationale de la femme en Europe, le 8 mars 1911. Mais s’il y a beaucoup à célébrer, il reste aussi beaucoup à faire. La base de données Égalité homme-femme, Institutions et Développement (EID) de l’OCDE, créée récemment (voir lien ci-dessous), peut aider à indiquer la voie à suivre. Elle montre que, dans de nombreux pays, des traditions et des normes sociales profondément ancrées entravent l’émancipation économique des femmes.Des pratiques discriminatoires à l’égard des femmes, comme les mariages forcés, les mutilations génitales ou les restrictions en matière d’héritage ou de droit de propriété, font obstacle à l’égalité entre les sexes et au développement économique. Grâce à des outils tels que l’EID, nous parvenons enfin à avoir une idée de l’ampleur d’une discrimination qui n’est pas seulement indéfendable moralement, mais représente également un véritable gaspillage économique et social.
Les obstacles à l’égalité hommes-femmes sont bien enracinés, et culturellement difficiles à bousculer. Cependant, les dirigeants, le monde des affaires et la société civile ont un rôle à jouer dans l’évolution des mentalités. Le bénéfice pourrait en être considérable.
Qui précède l’autre : les mères au travail ou les crèches ? La présence accrue de mères dans la population active encourage généralement la mise en place de services de garde d’enfants.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016