Parmi les plus singuliers monuments du monde, les gigantesques moai de l’Ile de Pâques sont les vestiges, comme les pyramides d’Égypte, de ce qui fut un jour une société innovante et complexe – mais aussi une société peu soucieuse de la durabilité de ses ressources, et qui finit par détruire son écosystème.

Cliquer pour agrandir

La conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Poznan, en Pologne, s’est soldée par un bilan mitigé. Les participants ont reconnu qu’il était temps de passer à l’étape suivante des négociations, et des éclaircissements ont été apportés sur certaines questions, mais sur le fond, les choses n’ont guère avancé.

Améliorer la diversité des habitats biologiques et des écosystèmes est un objectif vital, pourtant les mesures encourageant la biodiversité ont leurs défenseurs et leurs opposants. Les limitations sur l’usage des sols pour protéger la biodiversité peuvent parfois réduire les revenus, mais présentent de larges bénéfices pour le grand public.

©Reuters/Nikola Solic

La navigation internationale rejette autant de CO2 que certains des plus grands pays du monde. Que faire ?

©Reuters/Kai Pfaffenbach

L’amélioration du contrôle des vols et de la gestion du trafic aérien peut être bénéfique pour l’environnement, mais il faut trouver des solutions pour répondre à la demande future.

©RJC

Si les émissions de CO2 dues au transport provoquent le changement climatique, pourquoi ne pas encourager le cyclisme ? C’est exactement ce que commencent à faire Bruxelles, Copenhague, Vienne et Berlin, entre autres. On parle aussi beaucoup de Paris. On pourrait penser que les habitants du pays du Tour de France ont toujours aimé pédaler. Pourtant, jusqu’à l’année dernière, les vélos et pistes cyclables étaient plutôt rares dans la capitale.

©Reuters/Gregg Newton

Devant la croissance du transport aérien en termes du nombre d’appareils ou de passagers, l’industrie a engagé avec franchise un important dialogue sur la manière de continuer à croître de manière responsable tout en réduisant encore son impact sur l’écosystème mondial.

©Sébastien Pirlet/Reuters

Il est urgent de réduire les consommations de carburant, alors que le transport va connaître un développement considérable dans les deux prochaines décennies, notamment dans les pays en développement. Chaque instrument doit être mobilisé. Dans la panoplie disponible, voici « l’écoconduite ».

©Reuters/Josa Manuel Ribeiro

Les modèles de croissance actuels ne sont pas viables, et il est urgent de changer de cap en adoptant une trajectoire sobre en carbone. Pour les syndicats, cela suppose aussi une transformation du monde du travail.

©Reuters/Hardi Baktuantoro

La déforestation doit-elle faire partie du marché du carbone ? De nombreux experts répondent par l’affirmative. Voici pourquoi.

Voiture solaire de l'Université de Stanford, 2005 ©Reuters/Stefano Paltera/handout

Les nouvelles technologies automobiles peuvent contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais à quel prix ? Peut-être moins que ce qu’on pense.
Pour mesurer le déclin de la biodiversité, on devrait s’intéresser à l’expansion des terres cultivables. De 1950 à 1980, il y a eu plus de terres transformées en champs que de 1700 à 1850, soit une période 5 fois plus longue.

©David Rooney

La dure réalité financière met souvent les bonnes intentions à la trappe quand il est question des comptes d’une entreprise ou d’un État. Le changement climatique ne fait pas exception. Il suscite l’inquiétude partout dans le monde, mais on s’inquiète également de savoir combien il va coûter et qui va payer.

©Gouvernement finlandais

Les transports contribuent très largement aux émissions de CO2. Les décideurs publics peuvent-ils faire évoluer les choses ? Anu Vehviläinen, ministre des Transports de Finlande et Présidente du premier Forum international des transports à Leipzig en mai 2008, nous répond.

©Charles Platiau/Reuters

Face au défi du changement climatique, l’année 2008 sera décisive. J’espère qu’elle permettra de bâtir un consensus international afin d’aboutir à un accord à Copenhague en 2009, propre à approfondir les acquis de Kyoto.

©Reuters/Issei Kato

Alors que l’économie mondiale est en proie à de nombreuses et diverses turbulences, les pays de l’OCDE s’appliquent à rechercher des solutions face à ces défis.

Pour un graphique plus grand cliquez ici ©OCDE

Activité économique, technologie, évolution démographique, mondialisation et urbanisation : il est essentiel de comprendre les facteurs qui influent sur l’environnement mondial et les liens qui les unissent pour définir des plans d’action efficaces. À cet égard, villes et bâtiments constituent un excellent point de départ.

©David Rooney

À part les quelques optimistes qui espèrent par exemple que le réchauffement climatique permettra de faire de la viticulture dans la vallée de la Tamise, rares sont les écrits sur l’environnement qui incitent à se réjouir.
Hausse de 50 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, élévation des températures, multiplication des sécheresses et des tempêtes dévastatrices ; expansion des espaces urbains et agricoles entraînant l’extinction d’un nombre croissant d’espèces animales et végétales ; épuisement des ressources naturelles ; 1 milliard de personnes en plus vivant dans des zones pauvres en eau d’ici 2030 et recrudescence de la pollution, des maladies et des décès prématurés. Comment rester indifférent à ce scénario du pire, exposé dans l’édition 2008 des Perspectives de l’environnement de l’OCDE ?

Alfonso Pecoraro Scanio, ministre italien de l’Environnement et président de la
Réunion des ministres de l’environnement de l’OCDE 2008 ©Reuters/Alessandro Bianchi

Le changement climatique est un défi pressant, qui demande de la volonté et une action résolue. Par ailleurs, le public craint que les politiques mises en oeuvre ne lui causent un préjudice économique, ou ne réduisent inutilement son bien-être.

Les pouvoirs publics peuvent-ils répondre à ces inquiétudes? Le Comité des politiques d’environnement de l’OCDE se réunit au niveau ministériel les 28-29 avril 2008, sur le thème de la compétitivité mondiale. Certains pays en développement non membres de l’OCDE participeront, de même que des acteurs du monde des affaires, du travail et de la société civile.

©ITF/DR

Pour le secteur des transports, très important émetteur de gaz à effet de serre, réduire les émissions constitue un immense défi, surtout lorsque la plupart des prévisions annoncent le doublement, voire le triplement, des transports au cours des 30 prochaines années.

©Henry Romero/Reuters

Qu’y a-t-il de commun entre les chaussures de sport, les automobiles, les aliments transformés, les ustensiles de cuisine, les bâtiments, les routes, les médicaments, les téléphones mobiles et l’ordinateur sur lequel a été écrit cet article ? La chimie, tout simplement.

©Philippe Lorenson/Reuters

Parmi les menaces environnementales actuelles, quatre requièrent une action urgente : le changement climatique ; la perte de biodiversité ; la rareté de l’eau ; les impacts sanitaires de la pollution. Voici des messages clés examinés dans l’édition 2008 des Perspectives de l’environnement de l’OCDE.

Cliquer pour agrandir

Il est facile d’appeler à une action urgente dans le domaine de l’environnement, mais encore faut-il savoir par où commencer. Une approche pragmatique consisterait à regrouper les différentes mesures possibles au sein de programmes cohérents et adaptés aux priorités et objectifs publics.

Cliquer pour agrandir

L’investissement dans les technologies propres peut contribuer à atteindre un large éventail d’objectifs environnementaux, de l’atténuation du changement climatique à la maîtrise de la pollution de l’air et de l’eau, en passant par l’optimisation de l’exploitation des ressources en général.
La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, à Bali en décembre 2007, fut chargée en enjeux politiques et en émotions. Mais a-t-elle donné des résultats, et que reste-t-il à faire ? L’ambassadeur de Nouvelle-Zélande pour le Changement climatique nous donne son point de vue.

Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, devant la Conférence de Bali sur les changements climatiques, en décembre 2007
©L’Observateur de l’OCDE n° 264/265, décembre 2007-janvier 2008

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, à Bali en décembre 2007, fut chargée en enjeux politiques et en émotions. Mais a-t-elle donné des résultats, et que reste-t-il à faire ? L’ambassadeur de Nouvelle-Zélande pour le Changement climatique nous donne son point de vue.

Cliquer pour agrandir

Les crédits fondés sur le marché sont l’un des moyens de maîtriser les émissions de CO2. Mais il faut perfectionner ce dispositif… Et lui donner du temps.
Le Secrétaire général Angel Gurría a participé, à la tête d’une mission de haut niveau composée d’économistes et d’experts de l’environnement de l’OCDE, à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, en décembre à Bali. Dans cet extrait de l’une de ses interventions, M. Gurría évoque quelques raisons pour lesquelles l’économie et les marchés doivent être au coeur de toute stratégie de lutte contre le changement climatique.
La Conférence de l’ONU sur le changement climatique à Bali début décembre 2007 a pu susciter de nouveaux espoirs de progrès mais il faudra plus que de la bonne volonté politique pour résoudre le problème.

Données économiques

PIB +0.6% T2 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% août 2018
Chômage 5.3% août 2018
Mise à jour: 10 oct 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018