©Gouvernement norvégien

La crise économique concerne avant tout des hommes et des femmes. Le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques est donc fondamental dans la recherche des solutions multilatérales dont nous avons plus que jamais besoin. 

©Guri Dahl/Scanpix–Office of the Prime Minister

Répondre aux défis

Comment renforcer l’emploi et la cohésion sociale ? Le Premier ministre norvégien estime que des actions urgentes sont nécessaires pour éviter l’exclusion du marché du travail de toute une génération de jeunes. Il faut également s’attaquer à la question de la répartition des revenus...

Lire la suite

© OECD/Herve Cortinat

Parler de dignité, c’est parler des hommes. La dignité est une valeur intrinsèque de l’homme, elle lui est innée. La dignité naît aussi des relations entre les hommes. Nous n’y pensons pas ou n’y prêtons guère attention au quotidien parce que nos familles, nos amis, ont la chance de mener une vie relativement privilégiée. D’autant qu’il est difficile de savoir vraiment combien de personnes ont des conditions de vie difficiles – sans compter que leurs voix sont moins souvent entendues.

©Rune Kongsro

La féminisation de la main-d’œuvre a un  impact décisif sur les résultats d’un pays,  comme le démontre la Norvège.

Torgeir Haugaar, Norwegian Defence Media Centre

Au lendemain de la crise financière, les gouvernements doivent à la fois répondre aux pressions à court terme qui s’exercent sur les budgets de la santé et remplir leurs obligations à long terme, afin de fournir au public des services de santé de plus en plus performants. Trouver le juste équilibre entre ces deux exigencies n’est pas chose facile.

La reprise économique a déjà commencé en Norvège, l’important programme de relance budgétaire et monétaire dopant la consommation et soutenant l’emploi. Le rebond des prix de l’immobilier montre que cette relance encourage les ménages à dépenser plutôt qu’à assainir leurs bilans. L’investissement privé augmentera l’an prochain, une fois que la progression de la consommation sera bien établie, et que les marchés du crédit reviendront à la normale. Le chômage n’a que très légèrement augmenté, grâce en partie à des mesures spécifiques de l’État, mais aussi en raison d’une inversion des flux migratoires, dont l’ampleur reste à déterminer.

Compte tenu de l’important écart observé par rapport à la « règle des 4 % » en 2009 et 2010, un resserrement budgétaire important et soutenu dans le temps est souhaitable, à la fois pour des raisons de gestion macroéconomique et pour assurer la viabilité budgétaire à moyen terme. Le resserrement de la politique monétaire a déjà commencé et devrait se poursuivre pendant quelque temps, à mesure que l’économie se redresse, que le marché du travail se tend, et que les anticipations d’inflation dérivent à la hausse. Les politiques visant à améliorer l’effi cacité des dépenses publiques devraient être poursuivies, contribuant à l’assainissement budgétaire dans les années à venir.


©L'Observateur de l'OCDE N° 276-277, décembre 2009-janvier 2010

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Combattre l'évasion fiscale par les multinationales: "Le projet BEPS a pour objet de réécrire les règles fiscales internationales, de manière à réaligner l’endroit où sont localisés les profits et celui où sont réalisées les activités".
  • L'indicateur du vivre mieux: selon vous, quelle est la recette d'une vie meilleure ? Créez votre propre indicateur en utilisant notre outil interactif et découvrez ce qui importe le plus aux gens suivant leur pays.

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

n° 298 T1 2014

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2014