Peggy Hollinger

Dans de nombreux pays, la classe moyenne se sent prise en étau, et la crise n’a fait qu’aggraver cette situation. Qu’y a-t-il derrière ce sentiment, et comment y remédier ?

Mark Armstrong

En octobre 2011, une commission d’experts présidée par Michelle Bachelet, ancienne Présidente du Chili, a remis un rapport audacieux à Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU.

À l'épreuve des chocs ?

Au XXIe siècle, gérer les risques demandera sans doute plus de temps aux autorités. Comment s’y préparer ? 

En juillet 2010, la Russie a connu sa plus grave canicule depuis 130 ans, entraînant l’incendie  de 120 000 km2 de forêt et d’immenses terres céréalières et causant la mort de 34 personnes. Conséquence directe, le prix du blé a bondi de près de 20 %. Anticipant une pénurie, le gouvernement russe a interdit les exportations de céréales, et d’autres pays, se souvenant de la crise alimentaire de 2008, ont commencé à stocker le blé. Pariant sur une hausse supplémentaire des prix, certains agriculteurs russes peu scrupuleux sont allés jusqu’à annuler des contrats prépayés.

Lire la suite 

Depuis mars 2011, la tragédie de Fukushima a changé les perspectives de l’énergie nucléaire. Néé en 1954 avec la construction de la centrale d’Obninsk, près de Moscou, l’énergie nucléaire a connu une forte croissance dans les années 1960 et 1970. Elle a ensuite connu un net déclin dans les années 1980, en raison des coûts et des délais qu’elle requiert, ainsi que des inquiétudes quant à la sécurité soulevées par les accidents de Three Mile Island aux États-Unis, en 1979, et de Tchernobyl en Ukraine, en 1986.

©OCDE

Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre française de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et le professeur de l’université de Columbia Joseph Stiglitz, le 12 octobre 2011, lors de la conférence « Deux ans après le rapport Stiglitz-Sen- Fitoussi : quelles mesures du bien-être et de la soutenabilité ? », à l’occasion de la publication du rapport Comment va la vie ?, fruit de l’Initiative « Vivre mieux » de l’OCDE.

©Patrick Love

Le sept milliardième enfant de la planète est né aujourd’hui, ou il y a deux ans, ou naîtra peut-être dans deux ans. Les démographes ne peuvent dire précisément quand ce nombre fatidique sera atteint, alors Halloween 2011 fait aussi bien l’affaire. Or, de parole d’experts, il n’y aurait jamais eu pire époque pour être un enfant. Tous autant que nous sommes, nous enjolivons notre enfance. Le constat vaut pour toutes les périodes et, quelle que soit la vôtre, l’âge d’or se situe toujours une génération avant.

©Reuters/Stringer Shanghai

Faire appel au bon sens et aux bons acteurs contribuerait à débloquer les investissements dans le secteur de l’eau, particulièrement cruciaux pour les pays en développement.

©Reuters/Claro Cortes

L’eau est indispensable à la vie. Pourtant, des millions de personnes restent privées d’accès à un approvisionnement régulier en eau potable. Dans les années à venir, l’accroissement de la population mondiale ne fera qu’accentuer les pressions exercées sur cette ressource, qui n’est pas inépuisable. Comment faire meilleur usage de ce bien précieux ?

En 2008, l’économiste chinois Justin Yifu Lin est devenu le premier Économiste en chef de la Banque mondiale issu d’un pays en développement. M. Lin y est l’inventeur du concept de « nouvelle économie structurelle », qui vise à trouver un juste équilibre entre le rôle du marché et celui de l’État dans les économies des pays en développement.

Ayant enseigné au Texas pendant 25 ans, je pense bien connaître les questions abordées ici, en particulier à propos de l’enseignement public dans mon État (« Lessons in resilience from PISA » sur OECD insights). J’applaudis l’idée d’Andreas Schleicher selon laquelle, pour avoir des « élèves résilients », la meilleure chose à faire est d’accroître l’aptitude des enseignants à motiver les élèves.

J’ai décidé il n’y a pas fort longtemps d’arrêter de me connecter sur Facebook. J’ai désactivé mon compte, sans le supprimer pour autant. Quelquefois, j’ai encore envie d’y retourner, parce que je suis accro au nombre de notifications que j’ai pu avoir, aux commentaires d’amis sur mes photos de profil ou bien aux messages laissés dans ma boîte de réception ou sur mon mur. En bref, je suis complétement obsédée par ce que l’on me dit ou ce que l’on dit de moi.

©Suzanne Plunkett/Reuters

De nombreuses innovations phares doivent leur existence à des actifs immatériels. Quels sont-ils et que peuvent apporter les politiques publiques à leur égard ?

Discours de Mme Hillary Rodham Clinton, Secrétaire d’État des États-Unis et présidente de la réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres 2011, à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’OCDE, le 25 mai 2011

Cliquer pour agrandir

Le nombre de migrants dans les pays de l’OCDE a diminué d’environ 7 % en 2009, à 4,3 millions d’individus, contre environ 4,5 millions en 2008. Des données nationales récentes suggèrent que cette tendance s’est accentuée en 2010, selon les Perspectives des migrations internationales 2011.

Comme l’OCDE, la TVA est née il y a environ 50 ans. Est-ce le moment d’en remplacer les aspects les plus anciens et pesants par un système allégé, reposant sur une large base et à taux standard ?

©REUTERS/Daniel Munoz

La crise financière a prélevé un lourd tribut sur les finances publiques et les contribuables continuent de régler la note. Les investisseurs privés ne pourraient-ils pas contribuer davantage au règlement du problème ? C’est ce qu’estime Mohamed El-Erian, directeur général et co-directeur des investissements de la société de gestion de portefeuille PIMCO. Il s’en explique à L’Observateur de l’OCDE.

La récente crise financière a mis à mal les finances publiques de nombreux pays. Pourtant, mieux préparés, les pouvoirs publics auraient été mieux à même de combler ces déficits. Une leçon à méditer pour les futures stratégies anti-crise.

Nous célébrons le 50e anniversaire de l’OCDE alors que la pire crise financière et économique de notre génération touche à sa fin. Le temps est venu de faire le point et de nous poser les bonnes questions. Pourquoi n’avons-nous pas su éviter la crise ?

L’OCDE, pionnière de la mesure du progrès et du bien-être, lance une nouvelle initiative prometteuse comprenant Your Better Life Index (Votre indice « mieux vivre »). Un grand pas en avant pour évaluer le bien-être réel des citoyens, mais aussi pour les impliquer pleinement dans le processus.

Ralentissement en vue ?; Économie ; Verbatim ; Dépêches ; Travaux anti-corruption primés ; Lancement d'iLibrary ; Israël rejoint l'OCDE ; Le Secrétaire général reconduit ; Best of...

Alors qu’elle s’apprête à souffler ses 50 bougies, l’OCDE doit continuer à être toujours plus pertinente, utile et ouverte au sein de la nouvelle architecture de gouvernance mondiale, affirme Angel Gurría dans cet extrait des observations qu’il a formulées à l’occasion du renouvellement de son mandat de Secrétaire général.*

La crise est-elle enfin derrière nous? En ce début de deuxième semestre 2010, la question est sur toutes les lèvres. Selon les dernières Perspectives économiques, la zone OCDE connaîtra une croissance d’environ 2,7 % en 2010. Mais si l’économie mondiale n’est sans doute plus en soins intensifs, elle reste très fragile, comme le soulignent l’instabilité des marchés, l’augmentation de la dette publique et l’ampleur du chômage. Un facteur essentiel fait défaut : la confiance. Comment la restaurer? Les gouvernements des pays de l’OCDE sont confrontés au double défi de relancer la croissance tout en remettant de l’ordre dans les finances publiques. Ce sont les deux faces d’une même médaille, et seul un nouvel équilibre entre elles permettra une reprise durable.

Le chemin qui mène de la guerre à la paix et de la destruction au développement n’est pas sans embûches : des études montrent que la moitié des pays ravagés par des conflits le sont à nouveau en moins de dix ans.

La croissance repart dans la zone de l’OCDE – à des rythmes différents selon les régions – et semble plus dynamique que les prévisions de la dernière édition des Perspectives économiques. Elle s’appuie dans une large mesure sur le dynamisme de la croissance des pays émergents. Cependant, les risques entourant la reprise mondiale émergent, paraissant plus élevés aujourd’hui, en raison de la rapidité et de l’ampleur des mouvements de capitaux vers les économies émergentes et de l’instabilité des marchés de la dette souveraine.

Le 7 avril 2010, un avion léger d’une étonnante envergure décollait d’un petit aérodrome dans le canton de Vaud, en Suisse. Après une heure et demie de vol, il atteignait 1 200 mètres d’altitude et enchaînait virages, approches et atterrissages. Contrairement à la légende d’Icare, au lieu de fondre au soleil, ses ailes en captaient l’énergie, alimentant les moteurs de l’avion. Nous avons rencontré Bertrand Piccard, l’un des concepteurs et pilotes de cet avion, le Solar Impulse HB-SIA.

Le Club des investisseurs de long terme, de gauche à droite : Ulrich Schröder (PDG de KfW Bankengruppe), Philippe Maystadt (Président de la BEI), Augustin de Romanet (Directeur général du Groupe Caisse des Dépôts et Président du Club), Franco Bassanini (PDG de la Cassa Depositi e Prestiti )

La Caisse des Dépôts a développé avec l’OCDE un partenariat autour du rôle des investisseurs de long terme et fondé, avec trois autres grandes institutions financières publiques européennes – la Cassa depositi e prestiti italienne, la KfW allemande et la Banque européenne d’investissement –, le Club des investisseurs de long terme.

L’un des effets secondaires de la crise mondiale a été une réduction temporaire des déséquilibres des balances des opérations courantes entre les principaux pays et les principales zones économiques du monde. C’est une évolution positive, mais durera-t-elle ? Certaines mesures politiques s'imposent sans doute.

©Faber

Les politiques actuelles sont-elles en train de faire le lit de la prochaine crise ? Ce n’est pas exclu. Certains déséquilibres doivent être corrigés.

L’aide au développement destinée à l’approvisionnement en eau et à son assainissement a augmenté ces dernières années, après un déclin à la fin des années 1990. Cette augmentation pourrait ne pas être suffisante, au regard de l’importance de l’enjeu. En 2007-2008, les pays membres du Comité d’assistance au développement de l’OCDE ont fourni en moyenne 5,1 milliards de dollars d’aide bilatérale annuelle à l’approvisionnement en eau et à son assainissement, 50 % de plus qu’en 2003- 2004. Aide des organismes multilatéraux comprise, le montant total était de 6,6 milliards de dollars. Entre 2003 et 2008, l’aide bilatérale pour l’eau a augmenté de 15 % par an en moyenne, alors que l’aide multilatérale a augmenté de 3 % par an. Toutefois, dans les pays du CAD, l’aide pour l’approvisionnement en eau et pour son assainissement ne représentait que 7 % de toutes les promesses d’aide en 2007- 2008, à peine plus que les 6 % de 2003-2004.

La production de biocarburants a quadruplé entre 2000 et 2008, mais les critiques à leur encontre semblent avoir suivi le même rythme. Selon de nombreux experts, la production de ces carburants, à base de cultures comme les céréales, la canne à sucre et les huiles végétales, concurrence les cultures alimentaires et en augmente le prix. De plus, le défrichement et les moyens employés pour cultiver les biocarburants pourraient aboutir à accroître plutôt qu’à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017