L’innovation est un moteur majeur de productivité, de croissance économique et de développement. De nombreux pays de l’OCDE cherchent à gagner en productivité en investissant dans la science, la technologie et la recherche-développement (R-D). Quelles leçons peut-on tirer de l’expérience d’Israël, ce « pays de startups », selon l’essai éponyme de Dan Senor et Saul Singer ?

Incertitudes face à l’avenir, désir de trouver de nouvelles manières de gérer nos économies et de participer au débat sur la mise en oeuvre de politiques meilleures pour une vie meilleure : tel était l’état d’esprit perceptible des participants au Forum de l’OCDE, les 24 et 25 mai derniers. 

Une nouvelle Afrique semble voir le jour, plus confiante et plus sûre d’elle. Comme l’indiquent les Perspectives économiques en Afrique 2011, cette nouveauté se reflète aussi dans les relations entre le continent et les économies émergentes.

©OCDE

Il y a un an, à la réunion 2010 du Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres, Israël a été formellement invité à devenir membre de l’OCDE, au terme de trois ans de négociations d’adhésion. Peu après, en septembre 2010, Israël est officiellement devenu le 33e pays membre de l’organisation. L’Observateur de l’OCDE a recueilli le point de vue du ministre israélien des Finances, Yuval Steinitz, sur les défis économiques de son pays. 

La Semaine du 50e anniversaire de l’OCDE a été un événement majeur et régénérateur. Dans un contexte de reprise fragile de l’économie mondiale, 21 chefs d’État et de gouvernement et vice-premiers ministres, 86 ministres et secrétaires d’État, et plus de 2 000 représentants des entreprises, des syndicats et de la société civile se sont réunis pour définir des politiques porteuses de croissance et d’emplois plus inclusives et plus respectueuses de l’environnement. Des actions gouvernementales concrètes pour tirer parti de nouvelles sources de croissance, comme la croissance verte, l’innovation au service de l’emploi, les compétences, les échanges et l’adoption d’une stratégie de développement élargie, ont été examinées.

Discours de Mme Hillary Rodham Clinton, Secrétaire d’État des États-Unis et présidente de la réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres 2011, à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’OCDE, le 25 mai 2011

Le marché du travail canadien a été préservé des soubresauts les plus violents de la crise économique. Pourquoi ?

©Gary Hershorn/Reuters

Les grands événements sportifs peuvent à la fois stimuler l’économie et la société. C’est ce qu’ont fait les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, en 2010, qui ont été largement applaudis malgré d’importantes difficultés au départ. Pourquoi un tel succès, et quelles leçons en ont tiré les organisateurs ? Réponses de John Furlong, président du comité d’organisation des Jeux de 2010.

©REUTERS/Lucas Jackson

Suite aux avanies environnementales et économiques subies par le secteur de la pêche, le Canada met en oeuvre d’importantes réformes. Une renaissance s’annonce, mais certains défis demeurent.

©REUTERS/Chris Wattie

Certaines entreprises de hautes technologies bien connues siègent au Canada. Mais le pays innove-t-il suffisamment ? Le tableau est contrasté, une certaine autosatisfaction figurant parmi les défis à relever.

©BIS

Pourquoi certaines entreprises, organisations, économies et même nations parviennent-elles à atteindre leurs objectifs et d’autres pas ? Un angle intéressant est de considérer chacune de ces entités comme un système adaptatif complexe, soumis aux mêmes processus d’évolution que les organismes vivants.

©Gouvernement du Canada

L’Observateur de l’OCDE : Au moment où le monde sort d’une crise prolongée, comment caractériseriez-vous l’état actuel de l’économie canadienne ?

REUTERS/Kacper Pempel

En 2008, l’économiste chinois Justin Yifu Lin est devenu le premier Économiste en chef de la Banque mondiale issu d’un pays en développement. M. Lin y est l’inventeur du concept de « nouvelle économie structurelle », qui vise à trouver un juste équilibre entre le rôle du marché et celui de l’État dans les économies des pays en développement. Avant la Conférence annuelle de la Banque sur l’économie du développement (ABCDE), qui s’est tenue cette année à l’OCDE, M. Lin a accordé un entretien à Brian Keeley.*

Cliquer pour agrandir

Renforcer les capacités des administrations fiscales est essentiel pour stimuler le développement de l’Afrique. Selon une nouvelle étude, des actions sont déjà engagées, mais il faut faire davantage.

Comme l’OCDE, la TVA est née il y a environ 50 ans. Est-ce le moment d’en remplacer les aspects les plus anciens et pesants par un système allégé, reposant sur une large base et à taux standard ?

©Gouvernement irlandais

La crise bancaire a été endiguée, mais à un coût très élevé pour les deniers publics.

Comment tirer toutes les leçons d’une crise ? Si les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui ne sont pas totalement inattendues, elles ne peuvent que décevoir. Les gouvernements qui ont pris des mesures audacieuses et décisives pendant la crise financière, en 2008-2009, pour renflouer les banques et sauver les marchés financiers, sont ceux-là même que ces marchés s’apprêtent aujourd’hui à châtier sévèrement. Comment en sommes-nous arrivés là ?

De plus en plus utilisé, le microcrédit permet de financer des petites entreprises et des projets de développement locaux, particulièrement dans les pays pauvres. Économiste, écrivain, fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, Jacques Attali est aussi le fondateur de PlaNet Finance, qui développe des programmes de microfinance dans plus de 80 pays. Invité au Forum de l’OCDE en mai, il a répondu aux questions de L’Observateur de l’OCDE.

©REUTERS/Daniel Munoz

La crise financière a prélevé un lourd tribut sur les finances publiques et les contribuables continuent de régler la note. Les investisseurs privés ne pourraient-ils pas contribuer davantage au règlement du problème ? C’est ce qu’estime Mohamed El-Erian, directeur général et co-directeur des investissements de la société de gestion de portefeuille PIMCO. Il s’en explique à L’Observateur de l’OCDE.

La récente crise financière a mis à mal les finances publiques de nombreux pays. Pourtant, mieux préparés, les pouvoirs publics auraient été mieux à même de combler ces déficits. Une leçon à méditer pour les futures stratégies anti-crise.

Nous célébrons le 50e anniversaire de l’OCDE alors que la pire crise financière et économique de notre génération touche à sa fin. Le temps est venu de faire le point et de nous poser les bonnes questions. Pourquoi n’avons-nous pas su éviter la crise ?

L’OCDE, pionnière de la mesure du progrès et du bien-être, lance une nouvelle initiative prometteuse comprenant Your Better Life Index (Votre indice « mieux vivre »). Un grand pas en avant pour évaluer le bien-être réel des citoyens, mais aussi pour les impliquer pleinement dans le processus.

Comment les gouvernements peuvent-ils rétablir les finances publiques tout en favorisant une croissance économique solide ? Avec l’augmentation des déficits publics et les niveaux historiques de la dette publique, la tâche sera rude. Mais pour l’OCDE, une bonne combinaison de politiques déterminées peut susciter d’importants progrès.

« Si c’est un rêve, alors nous pouvons le réaliser », a lancé Jean- Marc Vittori, éditorialiste du quotidien Les Échos, à la suite des orateurs prestigieux réunis à la conférence d’ouverture des Journées de l’économie 2010. Celles-ci ont rassemblé à Lyon les 9, 10 et 11 novembre, quelque 6 000 citoyens soucieux de mieux comprendre les mécanismes économiques de notre temps.

Pendant plus de deux décennies, la croissance économique mondiale et le développement ont été largement alimentés par la mondialisation – l’ouverture des marchés financiers et de produits, ainsi que l’intégration d’économies émergentes, comme la Chine, l’Inde et le Brésil, à l’économie mondiale. Ce processus a été bouleversé par la crise financière de 2008, « la première crise de la mondialisation » selon certains.

L’échange animé entre Paul Krugman, économiste à Princeton, et Niall Ferguson, historien de l’économie à Harvard, a été le temps fort et l’une des sessions les plus suivies du 11ème World Knowledge Forum*, organisé à Séoul (Corée) du 12 au 14 octobre 2010.

La dette publique dans l’ensemble de la zone OCDE approche 100 % du PIB, la crise financière et économique ayant fortement dégradé les budgets publics. Une action concertée visant des budgets plus équilibrés est nécessaire, tout en oeuvrant à la croissance économique.

La pire crise économique de l’époque contemporaine est-elle vraiment finie ? Bien qu’il existe des risques baissiers, les dernières Perspectives économiques de l’OCDE indiquent que la reprise s’installe. Si la croissance a légèrement vacillé au second semestre 2010, c’était en partie à cause du ralentissement des échanges mondiaux après des taux de croissance exceptionnellement élevés plus tôt dans l’année.

C’est un moment historique pour le Chili et l’Amérique latine. Ayant rejoint tardivement la révolution industrielle du XIXème siècle, nous nous sommes retrouvés à la traîne du développement. Nous ne pouvons être en retard pour cette nouvelle révolution, la révolution du XXIème siècle, celle de la société du savoir, de la technologie et de l’information.

©OECD

Le Président Nicolas Sarkozy célèbre le 50ème anniversaire de l’OCDE au Palais de l’Élysée, le 13 décembre 2010.

Au cours des 50 dernières années, l’OCDE s’est profondément transformée pour prendre en compte l’émergence de nouvelles puissances et surtout de nouveaux défis. En 1989, avec la chute du mur de Berlin, puis la disparition de l’Union Soviétique, l’OCDE a tissé de nouveaux liens avec les pays nouvellement libérés du joug communiste.

Données économiques

PIB +0,43% T1 2017
Échanges exp +3,0% ; imp +4,0% T1 2017
Inflation annuelle 2,4% avril 2017
Chômage 6,008% mars 2017
Mise à jour: 22 juin 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017