© OCDE

Les pires années de la crise mondiale sont derrière nous et, pour la communauté internationale dans son ensemble, la Turquie fait partie des pays qui ont réussi à renouer rapidement avec une forte croissance.

L’année 2012 marquera-t-elle un nouveau départ pour nos économies ? Apportera-t-elle de meilleures perspectives à nos concitoyens ? Embarquonsnous vers une nouvelle ère de croissance plus forte, plus verte et plus inclusive ? Tel est sans doute le souhait du plus grand nombre, et aussi l’objectif des décideurs rassemblés à la réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres (RCM) sur le thème « Tous à bord : des politiques en faveur d’une croissance inclusive et de l’emploi », suivie en juin par le sommet des dirigeants du G20 de Los Cabos, au Mexique, et par la Conférence des Nations unies « Rio+20 » sur le développement durable.

Cliquer pour agrandir

Les économies émergentes ont fait récemment des progrès appréciables dans le domaine de la couverture maladie. Cependant, la part des versements directs des ménages dans le total des dépenses de santé y demeure beaucoup plus importante que dans la plupart des pays avancés.

Mario Pezzini ©OCDE

L’augmentation du revenu moyen et la diminution du niveau de pauvreté absolue, en particulier ces dix dernières années, suggèrent qu’une proportion croissante de la population mondiale n’est ni riche ni pauvre par rapport aux normes nationales mais se situe dans le milieu de l’échelle des revenus.

Les efforts de la Turquie dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités de revenu donnent d’excellents résultats. Aujourd’hui, le pays fait figure d’exemple dans la région et au-delà. Le Premier ministre turc, M. Recep Tayyip Erdogan, revient sur ces réussites et sur le rôle du pays dans la coopération internationale.

Danilo Türk ©OCDE

Le cycle actuel de 30 ans de déréglementation et de croyance absolue en la « main invisible » du marché touche à sa fin. Cette évolution intervient au milieu d’une grave crise économique et financière qui est souvent comparée à la Grande dépression des années 1930. Les tensions sociales s’étendent.

Cliquer pour agrandir

Le taux de pauvreté constitue généralement un indicateur du revenu des personnes. Mais comment les services publics peuvent-ils influer sur la pauvreté relative, si l’on tient compte de la valeur monétaire de ces services pour calculer ce qu’on appelle le « revenu élargi » ?

Charles Fadel ©OCDE

Les besoins de main-d’oeuvre évoluant avec le progrès technologique, les compétences doivent s’adapter au même rythme pour que les économies restent compétitives.

Maria van der Hoeven ©OCDE

En 2012, les marchés de l’énergie, comme l’économie en général, sont caractérisés par une grande incertitude. Les problèmes macroéconomiques mondiaux de 2011 ont détourné l’attention de la politique énergétique, et il pourrait en aller de même cette année.

Cherie Blair ©OCDE

Les discriminations à l’encontre des femmes nous pénalisent tous. Comme l’explique Cherie Blair, fondatrice de la Cherie Blair Foundation for Women, les femmes chefs d’entreprise sont une ressource économique que les pays, riches ou pauvres, ne devraient pas négliger.

Comment sortir de la crise de l’euro ? Pour David McWilliams, économiste irlandais et auteur à succès, la réponse réside probablement dans une Europe monétaire à deux vitesses. 

REUTERS/Paulo Whitaker

L’expansion du secteur financier au Brésil témoigne du positionnement du pays comme l’un des marchés émergents les plus lucratifs au monde. 

Yukon Huang

Les déséquilibres du modèle de croissance chinois inquiètent, mais sont rarement bien compris. Comment les autorités chinoises peuvent-elles rééquilibrer investissement et consommation ? 

Cliquer pour agrandir

Les gouvernements du monde entier s’efforcent de maîtriser leur déficit et de ramener leur endettement à un niveau viable, mais dans quels domaines intervenir pour faire des économies ? Ils doivent se livrer à un délicat numéro d’équilibrisme en tentant d’instaurer une véritable discipline budgétaire sans porter un coup fatal aux services publics, qui se trouvent souvent dans une situation politique précaire. 

Pier Carlo Padoan OCDE

L’histoire de la politique économique est marquée par une succession de « paradigmes » définissant les objectifs de cette politique et les instruments à utiliser pour les réaliser. Pier Carlo Padoan, Chef Économiste de l’OCDE, ébauche les évolutions à l’oeuvre. 

Les perspectives économiques sont très différentes pour 2012 de ce qu’elles étaient il y a un an. Face au regain d’incertitude sur l’état de l’économie mondiale et au malaise qu’inspire l’avenir, l’optimisme prudent du premier semestre 2011 s’est évanoui. Le chemin de la reprise est semé d’embûches ; pour enclencher une dynamique de progrès en 2012, il faut une solide impulsion et un engagement collectif énergique. Nous ne pouvons nous permettre de sombrer dans un pessimisme impuissant, nous devons de nouveau susciter espoir et confiance. 

Nous restons aux prises avec la pire crise économique du dernier demi-siècle. Face aux sombres perspectives à court terme, l’opinion publique mondiale est en droit de s’interroger sur l’aptitude des dirigeants politiques à trouver une voie de sortie.

Cliquer pour agrandir

Malgré deux décennies d’externalisation et de mondialisation, l’industrie manufacturière des États-Unis était encore en 2009 la plus importante au monde. Cependant, sa part dans la valeur ajoutée mondiale avait diminué, passant de 22,7 % en 1990 à moins de 20 % en 2009.

Personne ne dira le contraire : Steve Jobs a été un génie du marketing, qui est arrivé à persuader les masses crédules d’acheter à des prix extravagants toutes sortes d’objets brillants et colorés simplement parce qu’ils sont brillants et colorés. Bien qu’on le compare souvent à Thomas Edison, Jobs, lui, n’a électrocuté aucun pachyderme. En effet, en 1903, Edison avait fait griller Topsy, l’éléphante vedette du parc d’attraction de Coney Island, et immortalisé l’événement sur pellicule.

Elinor Ostrom, Prix Nobel d’économie, est intervenue devant l’OCDE en juin dernier.
À l’heure où de nouveaux modèles sont nécessaires, ses idées sur les ressources collectives et la gouvernance pourraient ouvrir des pistes utiles.

Nous restons aux prises avec la pire crise économique du dernier demi-siècle. Face aux sombres perspectives à court terme, l’opinion publique mondiale est en droit de s’interroger sur l’aptitude des dirigeants politiques à trouver une voie de sortie.

Cliquer pour agrandir

Alors que les économies de l’OCDE sont plongées dans le marasme, la tendance mondiale des fusions et acquisitions a rarement été aussi dynamique. Au 21 octobre, ces opérations représentaient 822 milliards de dollars. Si ce dynamisme se confirme, les 1000 milliards de dollars seront atteints avant la fin de l’année, soit une progression de 32 % par rapport à 2010.

Cliquer pour agrandir

Si les défaillances des marchés financiers ont été l’une des principales causes de la crise économique, les marchés de l’immobilier, et particulièrement du logement, ont également joué un rôle majeur.

Cliquer pour agrandir

Qu’elles aient été suffisamment réformées ou non, peu d’institutions ont été autant passées au crible que les banques pendant la crise économique actuelle. Mais quelles sommes contrôlent-elles réellement, et comment leur comportement peut-il avoir un tel impact sur nos économies ?

Les perspectives économiques se sont assombries au cours des six derniers mois, une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui recherchent un emploi. Des mesures ciblant les jeunes et les chômeurs de longue durée peuvent – et doivent – être prises.

Un minimum de culture financière peut permettre aux non-spécialistes, sinon de rivaliser avec les professionnels de Wall Street, du moins de mieux gérer leur argent.

En 2008, l’économiste chinois Justin Yifu Lin est devenu le premier Économiste en chef de la Banque mondiale issu d’un pays en développement. M. Lin y est l’inventeur du concept de « nouvelle économie structurelle », qui vise à trouver un juste équilibre entre le rôle du marché et celui de l’État dans les économies des pays en développement.

Israël est un lieu de villégiature apprécié, grâce à ses attractions culturelles et historiques, mais aussi pour les loisirs. Certains défis demeurent néanmoins.

À bien des égards, l’histoire brève mais mouvementée d’Israël a débouché sur une conjonction de circonstances économiques, sociales, démographiques et politiques unique parmi les autres pays de l’OCDE. Quelques-unes de ces caractéristiques sont présentées ici ; elles sont examinées plus en détail dans la première Étude économique de l’OCDE sur Israël, publiée en 2010.

L’innovation est un moteur majeur de productivité, de croissance économique et de développement. De nombreux pays de l’OCDE cherchent à gagner en productivité en investissant dans la science, la technologie et la recherche-développement (R-D). Quelles leçons peut-on tirer de l’expérience d’Israël, ce « pays de startups », selon l’essai éponyme de Dan Senor et Saul Singer ?

Données économiques

PIB +0,43% T1 2017
Échanges exp +3,0% ; imp +4,0% T1 2017
Inflation annuelle 2,4% avril 2017
Chômage 6,008% mars 2017
Mise à jour: 22 juin 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017