AdStock RF. Licence accordée à Shutterstock.com

En juillet 2008, la province canadienne de Colombie britannique a créé, pour la première fois en Amérique du Nord, une taxe sur le carbone sans incidence sur les recettes. « The Political Economy of British Columbia’s Carbon Tax », document de travail de l’OCDE sur l’environnement rédigé par Kathryn Harrison, est consacré à cette taxe, de ses origines à ses perspectives d’évolution en passant par le rejet dont elle a un temps fait l’objet. 

Le Brésil est en passe de devenir l’un des premiers producteurs mondiaux de pétrole. Toutefois, l’enthousiasme suscité par la découverte de deux immenses champs pétroliers est tempéré par des difficultés d’accès et un coût d’extraction élevé. Pourtant, grâce à ces découvertes, le Brésil est désormais en bonne place dans la course mondiale à l’énergie. 

Cliquez pour agrandir

Toujours sensible, la question stratégique de l’énergie deviendrait-elle brûlante ? Les écarts de prix importants et persistants observés entre les régions, auxquels il faut ajouter le maintien du prix du baril à son plus haut niveau – une tendance inédite sur les marchés – ne sont pas pour rassurer les pouvoirs publics. 

Mazzzur. Licence accordée à Shutterstock.com

Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz à longue durée de vie. Près de la moitié du CO2 émis en 2013 sera encore présent dans l’atmosphère dans un siècle, de sorte que sa concentration – donc son potentiel de réchauffement – augmentera au fil du temps. 

©Jackie Naegelen/ReutersJ

L’automobile a été fort malmenée depuis le début de la récession en 2008. Même avant la crise, on percevait l’émergence de nouveaux modèles appelés à remodeler durablement tout le secteur. 

©Mischa Keijser/AFP

Depuis 1997, les Pays-Bas disposent d’un mécanisme de déduction fi scale pour encourager les investissements dans les technologies d’économie d’énergie et la production durable d’énergie. Ce dispositif (Energy Investment Tax Allowance, ou EIA) permet de réduire l’investissement initial des entreprises dans les technologies les plus récentes d’économie d’énergie et d’énergie durable.

Philip Noble/Reuters

Pour les pays du G20, certaines questions énergétiques sont très préoccupantes. Quatre, pourtant, appellent une attention particulière. 

Pour une [r]évolution énergétique

Cessons d’abriter derrière des termes comme « inclusive » et « verte » une économie dont la croissance est la seule finalité. Nous devons radicalement changer notre manière de réfléchir à la croissance – et ne pas laisser des intérêts particuliers entraver la création d’une économie juste, équitable et durable où l’énergie propre soit accessible à tous.

Lire la suite...

© Reuters / Enny Nuraheni

Le changement climatique n’attendra pas

Les difficultés économiques actuelles de l’Union européenne ne sauraient être prétexte à retarder la création d’une économie fondée sur une utilisation efficace des ressources et un développement à faible émission de carbone. Réduction des émissions de gaz à effet de serre, meilleure utilisation de l’énergie et des ressources, progression, stimulation de la croissance et de l’innovation : les avantages pourraient être considérables.

Lire la suite

REUTERS/Kyodo Kyodo

Le 11 mars 2011, un séisme d’une magnitude de 9 frappait l’est du Japon, suivi d’un gigantesque tsunami et d’un accident nucléaire. Ces événements conjugués provoquaient une catastrophe sans précédent, causant la mort ou la disparition de plus de 19 000 personnes et des dégâts matériels considérables.

©OECD/IEA 2008

Les perspectives mondiales de l’énergie (World Energy Outlook 2012) de l’AIE sont parues en novembre. Malgré des prix pétroliers plus élevés que jamais, l’avenir de l’énergie est prometteur, à condition que les politiques appropriées soient mises en place.

Si l’heure est à la protection de  l’environnement et aux stratégies de  croissance « verte », les décideurs publics  seraient bien inspirés de mettre aussi le cap  sur l’économie bleue.

Cliquer pour agrandir

Aujourd’hui, les gouvernements reconnaissent le rôle des énergies renouvelables, non seulement pour promouvoir le développement durable et combattre le changement climatique, mais aussi en tant que source potentielle d’innovation et de croissance économique.

L’affirmation de Thomas Edison, qui considérait que le génie est fait « de 1 % d’inspiration et de 99 % de transpiration » trouve un écho particulier dans le secteur de l’énergie solaire.

Maria van der Hoeven ©OCDE

En 2012, les marchés de l’énergie, comme l’économie en général, sont caractérisés par une grande incertitude. Les problèmes macroéconomiques mondiaux de 2011 ont détourné l’attention de la politique énergétique, et il pourrait en aller de même cette année.

©REUTERS/Ho New

Les Indiens Cris des alentours du lac Athabasca utilisaient les boules de goudron qu’ils y trouvaient pour imperméabiliser leurs canoës. La possibilité de tirer du pétrole de ce produit banal est mise à profit depuis le début du XXe siècle ; ainsi, l’Athabasca, dans la province canadienne de l’Alberta, est situé sur les ressources pétrolières les plus abondantes de la planète : plus de 2 000 billions de barils, soit autant que le total mondial des réserves récupérables restantes de pétrole conventionnel dans le monde.

©SkySails

Innover, c’est aussi trouver des manières originales d’utiliser des technologies déjà existantes. La voile en est un exemple, comme l’explique la société SkySails Gmbh & Co KG.

Pour s’adapter aux nouvelles réalités façonnées par les défis pétroliers, les secteurs d’activité devront innover en matière d’organisation et de gestion. Il en résultera une évolution des chaînes logistiques, notamment dans les transports.

Le 7 avril 2010, un avion léger d’une étonnante envergure décollait d’un petit aérodrome dans le canton de Vaud, en Suisse. Après une heure et demie de vol, il atteignait 1 200 mètres d’altitude et enchaînait virages, approches et atterrissages. Contrairement à la légende d’Icare, au lieu de fondre au soleil, ses ailes en captaient l’énergie, alimentant les moteurs de l’avion. Nous avons rencontré Bertrand Piccard, l’un des concepteurs et pilotes de cet avion, le Solar Impulse HB-SIA.

Kimberly White/Reuters

Alors que les ministres de l’énergie de plus de 50 pays se réunissent fin mars à l’occasion du Forum international de l’énergie à Cancún (Mexique), la nécessité – et la possibilité – du dialogue entre producteurs et consommateurs s’impose plus que jamais.

Radovan Stoklasa/Reuters

La réduction des émissions de gaz à effet de serre est, dans de nombreux pays, un objectif crucial des politiques énergétiques. Comme la consommation d’énergie continuera de croître à moyen et à long terme, même si la récente crise financière pourrait la freiner momentanément, tous conviennent de la nécessité de favoriser le développement et l’exploitation de toutes les solutions alternatives au carbone envisageables. Quel rôle peut jouer l’énergie nucléaire?

Malgré les avertissements répétés concernant ses effets sur le changement climatique ainsi que l’épuisement des gisements, les dernières estimations du World Energy Outlook 2009 montrent que le charbon restera la principale source d’énergie dans les prochaines décennies. Son utilisation devrait même doubler à l’horizon 2030, ce qui représente 5 % de plus par rapport aux estimations précédentes. Cet ajustement prend en compte une augmentation de 10 % prévue dans les pays d’Asie non-membres de l’OCDE, ainsi qu’une diminution de 8 % dans la zone OCDE. Aujourd’hui, une capacité additionnelle de 217 GW d’énergie à base de charbon est produite à travers le monde, dont 80 % hors zone OCDE, principalement en Chine.

L’efficacité de la combustion du charbon continue à s’améliorer, ce qui encouragera probablement son utilisation. Les technologies dites supercritiques ou ultrasupercritiques devraient faire augmenter les taux d’efficacité de la combustion de 35 % en 2007 à 40 % d’ici 2030. Cette amélioration entraînera une diminution relative des émissions de CO2. Et comme la gazéification et la liquéfaction du charbon pourraient être des sources alternatives de carburant, le charbon en devient une source d’énergie d’autant plus attractive.

Toutefois, bien que le caractère polluant du charbon soit susceptible de s’atténuer, le problème de fond demeure : les réserves de charbon accessibles, y compris en termes de coûts, s’amenuisent. D’après British Petroleum, si le taux d’exploitation actuel se maintient, les réserves mondiales pourraient être épuisées dans un peu plus d’un siècle. Si l’efficacité et l’utilisation du charbon augmentent encore, ce déclin pourrait s’accélérer.


World Energy Outlook 2009 est disponible sur www.oecd.org/librairie, ISBN 978-92-64-06130-9


©L'Observateur de l'OCDE N° 278 mars 2010

La production de biocarburants a quadruplé entre 2000 et 2008, mais les critiques à leur encontre semblent avoir suivi le même rythme. Selon de nombreux experts, la production de ces carburants, à base de cultures comme les céréales, la canne à sucre et les huiles végétales, concurrence les cultures alimentaires et en augmente le prix. De plus, le défrichement et les moyens employés pour cultiver les biocarburants pourraient aboutir à accroître plutôt qu’à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Cheryl Ravelo/Reuters

Salués il y a peu comme successeurs imminents des combustibles fossiles, les biocarburants traversent une passe difficile. Le temps de freiner est-il venu ?

Plus que jamais, les énergies renouvelables restent à l’ordre du jour malgré les résultats mitigés du sommet de Copenhague. Comment optimiser leur installation, favoriser leur extension et améliorer leur rendement énergétique ? Piste récemment privilégiée des chercheurs : les villes.

Selon les estimations de l’OCDE, la demande mondiale d’électricité a diminué en 2009 pour la première fois depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. La demande d’électricité a augmenté tout au long de la seconde moitié du XXème siècle, et a été à peine ralentie par les crises pétrolières des années 1970, le krach d’octobre 1987 et l’éclatement de la bulle Internet en 2000. Mais la crise de 2008 l’a fait baisser de 1,6 %, selon les chiffres de l’OCDE dérivés des dernières prévisions du FMI sur la croissance du PIB en 2009.

Cliquer pour agrandir.

Les politiques de l’environnement peuvent changer nos habitudes quotidiennes. C’est ce que montre une enquête de l’OCDE.

Les pays producteurs de pétrole du Moyen- Orient et d'Afrique du Nord (MENA) peuvent s'attendre à voir leurs balances courantes chuter fortement en 2009, du fait de la chute des prix du pétrole brut et d'une demande mondiale freinée par la crise économique. D'après des statistiques récentes, les balances courantes des pays non-producteurs devraient demeurer négatives, mais plus stables.

La région MENA est l'une des premières productrices de pétrole et de gaz naturel. Deviendra-t-elle aussi un réservoir mondial d'énergies renouvelables ? C'est possible, à condition de réaliser certains investissements majeurs.

Le 2 novembre, le Maroc a lancé un programme d'énergie solaire de 9 milliards de dollars. Le programme inclut cinq centrales qui devraient produire une capacité totale de 2000 MW d'ici 2020, l'équivalent d'environ 40 % de la production d'électricité du pays.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Vous avez manqué la rencontre entre le président de la République française François Hollande et les dirigeants des organisations économiques internationales ? Cliquez sur la photo pour en lire le compte-rendu !
  • Combattre l'évasion fiscale par les multinationales: "Le projet BEPS a pour objet de réécrire les règles fiscales internationales, de manière à réaligner l’endroit où sont localisés les profits et celui où sont réalisées les activités".
  • L'indicateur du vivre mieux: selon vous, quelle est la recette d'une vie meilleure ? Créez votre propre indicateur en utilisant notre outil interactif et découvrez ce qui importe le plus aux gens suivant leur pays.
  • Et vous, quelle définition donneriez vous du "vivre mieux"? Dans cette vidéo produite par des étudiants de la Sorbonne, vous découvrirez l'avis de jeunes personnes venant des quatre coins du monde.
  • En Afrique, l'investissement dans le secteur énergétique peut être le moteur d'un développement économique et social rapide dans toute la région. Découvrez l'édition spéciale de l' Africa Energy Outlook publié par l'Agence internationale de l'énergie en cliquant sur la couverture.
  • Lutter contre la crise actuelle du chômage des jeunes: voilà en substance le message d'Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, lors de son allocution au Women's Forum. Retrouvez son discours sur le site du huffingtonpost en cliquant sur l'image !
  • L'OCDE encourage le Gouvernement français à continuer ses réformes structurelles: plus d'informations en cliquant sur la photo.

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

n° 298 T1 2014

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2014