©KPG_Payless. Licence accordeé à Shutterstock.com

Le Japon représente l’une des plus belles réussites mondiales en matière d’éducation. Peut-il se maintenir à ce niveau ? Oui, avec de nouvelles approches.

©David Rooney

Des pressions budgétaires et démographiques exceptionnelles, alliées à la nécessité de gérer les risques, vont pousser la fonction publique japonaise à devenir plus performante et à renouveler ses modes de fonctionnement dans les années à venir.

Train ©Reuters

Il y a 50 ans, le Japon entrait dans une période de post-reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, consolidait les bases de sa croissance économique et faisait son retour sur la scène internationale. Dans ce contexte, son adhésion à l’OCDE fut un symbole fort, tout comme le furent les Jeux olympiques de Tokyo : le Japon avait transformé son image internationale grâce aux améliorations des infrastructures physiques, des transports et des services. Un nouveau réseau de voies rapides traversait Tokyo, la capitale était désormais à quatre heures d’Osaka grâce au fulgurant Shinkansen, et la télévision couleur faisait son apparition.

Haguiwara Toru et Thorkil Kristensen, signature du Traité de Protocole d’accord sur l’adhésion à l’OCDE ©OCDE

L’adhésion du Japon à l’OCDE a marqué le couronnement des efforts du pays pour se réintégrer à la communauté internationale après la Seconde Guerre mondiale, et contribué à rendre l’Organisation mondiale plutôt qu’européenne. Mais dans le contexte tendu de l’époque, cette adhésion n’allait pas de soi.

©REUTERS/Kyodo Kyodo

Le 11 mars 2011, un séisme d’une magnitude de 9 frappait l’est du Japon, suivi d’un gigantesque tsunami et d’un accident nucléaire. Ces événements conjugués provoquaient une catastrophe sans précédent, causant la mort ou la disparition de plus de 19 000 personnes et des dégâts matériels considérables.

L’économie mondiale est entreé dans le rouge à la suite de l’effondrement de Lehman Brothers en septembre 2008, et il apparaît de plus en plus clairement aujourd’hui que la crise est entrée dans une deuxième phase. Nous sommes maintenant confrontés à une faible croissance conjuguée à des difficultés dans le secteur financier, alors que les pouvoirs publics arrivent à court de solutions économiques. 

Le Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría exprime sa solidarité au peuple japonais

À la suite du tremblement de terre dévastateur qui a frappé le nord-est du Japon, le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, a déclaré : « J'ai écrit au Premier ministre Kan. C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le tremblement de terre et les tsunamis qui ont suivi, affectant de nombreuses régions côtières. En notre nom à tous, qui travaillons à l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques, je tiens à exprimer notre profonde solidarité et notre soutien dans ces circonstances difficiles. Nos pensées sont avec le peuple japonais et particulièrement tous ceux qui ont perdu leurs proches ».

Au nom du peuple japonais, je tiens à présenter mes sincères félicitations pour le 50e anniversaire de l’OCDE. En cette année marquante, je souhaite souligner les réalisations de l’OCDE et le rôle qu’elle me paraît devoir jouer à l’avenir.

Nobumori Otani (photo ©Gouvernement du Japon)

Le Japon est considéré comme l’un d’un des pays les plus innovants en matière environnementale. Nobumori Otani, Secrétaire parlementaire à l’Environnement du Japon, de passage à Paris début mai, nous explique pourquoi.

Le point bas de la grave récession déclenchée par la crise mondiale a été franchi, en partie grâce à un rebond des exportations, même si la production demeure nettement en deçà du niveau des capacités. En outre, les mesures de relance budgétaire compensent en partie les effets de la baisse de l’emploi et des salaires sur la demande intérieure. La croissance devrait se redresser progressivement pour s’établir aux alentours de 2 % en 2011, en partie du fait de l’augmentation des dépenses publiques prévue par le nouveau gouvernement. Néanmoins, le taux de chômage restera probablement de l’ordre de 5,5 % tout au long de l’année 2011, et la déflation perdurera.

La Banque du Japon devrait lutter contre cette déflation en s’engageant fermement à maintenir les taux d’intérêt à leur très bas niveau actuel et à agir efficacement par des mesures quantitatives, jusqu’à ce que l’inflation sous-jacente soit solidement ancrée en territoire positif. De nouvelles mesures de relance budgétaire ne se justifient pas, compte tenu du redressement attendu de la croissance de la production, ainsi que de l’ampleur du déficit budgétaire du Japon et du niveau élevé de son ratio d’endettement public. Le gouvernement devrait donc financer l’augmentation prévue des dépenses publiques en pratiquant des coupes dans d’autres programmes de dépenses. Il est essentiel d’élaborer un programme d’assainissement budgétaire à moyen terme qui soit crédible et précis, et de le mettre en oeuvre une fois que la reprise sera fermement engagée. Un tel programme devrait inclure une refonte de la fiscalité, accompagnée de réformes structurelles, en particulier dans le secteur des services, afin d’améliorer les niveaux de vie malgré la diminution de la population d’âge actif.

Malgré les progrès réels des politiques et des législations vertes, les pays de l'OCDE auront du mal à tenir leurs grands engagements et objectifs environnementaux. Plusieurs raisons expliquent cet écart entre les intentions et les faits. Le respect des exigences environnementales est rarement - sinon jamais - absolu. Fixer le degré d'exigence souhaitable peut être difficile, et en déceler les manquements, puis les sanctionner, s'avérer complexe et coûteux. De plus, les institutions qui veillent au respect des réglementations environnementales doivent être indépendantes et capables de résister aux pressions politiques et à la corruption.

Cliquer pour agrandir

La productivité avait commencé à chuter dans les pays de l'OCDE quelques années avant l'éclatement de la crise financière. Selon des statistiques récentes de l'OCDE, ce recul révèle plusieurs choses.

Cliquer pour agrandir

Tandis que le changement climatique oblige les gouvernements à s'intéresser de nouveau à l'énergie nucléaire, la plupart des pays ont réduit leurs financements dans la recherchedéveloppement nucléaire.

Mari Kiviniemi, Ministre finlandaise des collectivités publiques et des collectivités locales ©Gouvernement finlandais

La crise économique touche des familles et des communautés dans le monde entier. Les régions étant les premières concernées, les politiques régionales peuvent jouer un grand rôle dans la recherche de solutions.

Avec l'urgence accrue de barrer la route au changement climatique, l'encouragement des populations à utiliser les transports publics se répand partout dans le monde. Une stratégie globale incitant à délaisser voitures et camions au profit du train et des tramways électriques peut vraiment contribuer à réduire la pollution, les embouteillages et les émissions de gaz à effet de serre.

©Reuters/Issei Kato

Alors que l’économie mondiale est en proie à de nombreuses et diverses turbulences, les pays de l’OCDE s’appliquent à rechercher des solutions face à ces défis.

Alfonso Pecoraro Scanio, ministre italien de l’Environnement et président de la
Réunion des ministres de l’environnement de l’OCDE 2008 ©Reuters/Alessandro Bianchi

Le changement climatique est un défi pressant, qui demande de la volonté et une action résolue. Par ailleurs, le public craint que les politiques mises en oeuvre ne lui causent un préjudice économique, ou ne réduisent inutilement son bien-être.

Les pouvoirs publics peuvent-ils répondre à ces inquiétudes? Le Comité des politiques d’environnement de l’OCDE se réunit au niveau ministériel les 28-29 avril 2008, sur le thème de la compétitivité mondiale. Certains pays en développement non membres de l’OCDE participeront, de même que des acteurs du monde des affaires, du travail et de la société civile.

Aujourd’hui, la sécurité énergétique est un thème incontournable. Pour assurer une croissance économique durable, il est primordial de se procurer les ressources énergétiques nécessaires.

Données économiques

PIB +0,43% T1 2017
Échanges exp +3,0% ; imp +4,0% T1 2017
Inflation annuelle 2,4% avril 2017
Chômage 6,008% mars 2017
Mise à jour: 22 juin 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017