Lors de ma présentation de l’Étude économique 2011 de l’Irlande par l’OCDE, l’économie irlandaise connaissait les affres d’une profonde récession. Depuis deux ans, les perspectives se sont éclaircies. Je suis ravi aujourd’hui de voir à quel point et à quelle cadence le pays a su rebondir.

©AFP ImageForum

La reprise de l’économie irlandaise est bien engagée. En réponse aux défis budgétaires, économiques et financiers auxquels elle a été confrontée, l’Irlande a pris avec détermination des mesures qui commencent à porter leurs fruits, et son économie devrait connaître l’une des croissances les plus rapides de l’OCDE cette année et la prochaine.

©DR/www.JoanBurton.ie

Le marché du travail irlandais s’est considérablement amélioré, notamment grâce à de solides mesures en faveur des nouvelles compétences susceptibles de répondre à l’évolution de la demande, et au soutien accordé aux demandeurs d’emploi. 

Le Premier ministre irlandais, Enda Kenny ©Eric Piermont/AFP

Après trois années de sacrifices, de dur labeur et de réformes difficiles, l’Irlande s’est libérée des profondeurs de la crise financière pour devenir l’une des économies européennes les plus florissantes  et l’un des pays les plus accueillants pour les entreprises. 

La vague d'Aileen ©George Karbus Photography/AFP

La récession irlandaise a été longue et profonde, mais suivie d’une reprise marquée. Comment expliquer un tel essor ?

Cliquer pour agrandir

L’Irlande possède des entreprises renommées, comme Guinness pour les bières et boissons, Ryanair pour les transports aériens, les papeteries Smurfit Kappa, sans parler des laiteries, des élevages bovins et de la pêche. Cependant, l’Irlande, pourtant devenue un pôle florissant pour les produits pharmaceutiques et les technologies de l’information, ne possède guère de marques d’envergure mondiale dans ces domaines, alors que la Suède a par exemple Ericsson et la Finlande, Nokia. Il y a bien Airtricity, mais cette société innovante spécialisée dans l’éolien appartient désormais à une entreprise étrangère.

L’Irlande a résolument tourné le dos à la crise pour devenir l’une des économies les plus dynamiques de l’OCDE. Grâce notamment au flot continu des investissements étrangers, elle a conforté sa position de plaque tournante européenne dans les domaines de l’informatique, de la finance, des produits pharmaceutiques, de l’ingénierie, et bien d’autres encore. Si elle a été des décennies durant une destination mondiale de choix pour les investissements à forte valeur ajoutée, son système d’innovation accuse néanmoins un retard vis-à-vis d’autres pays de l’OCDE de taille comparable. Combler ce retard lui permettrait d’améliorer ses perspectives à long terme, mais comment y parvenir?

©Cathal McNaughton/REUTERS

Même dans une économie mondiale de l’immatériel, la situation géographique d’une entreprise conserve toute son importance. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les Silicon Docks, pôle technologique de Dublin, ont vu le jour en Irlande.

©Shaun Murphy

En 2015, l’Irlande affichait le taux de croissance le plus élevé de l’UE. D’après Shaun Murphy, directeur général associé de KPMG Irlande, la reprise remarquable de l’économie irlandaise est largement due au dynamisme des exportations, à l’amélioration de l’emploi et aux conditions favorables aux investissements directs étrangers (IDE).

L’Irlande a été sévèrement touchée par les chocs économiques après la crise de 2007. Resserrement du crédit, hausse de la fiscalité personnelle, réduction des dépenses publiques : autant de difficultés auxquelles ont été exposées l’économie et les entreprises. Confrontés au redressement de l’économie et à la restauration de la réputation internationale du pays, le gouvernement irlandais et tous les acteurs concernés sont parvenus à rétablir notre crédibilité. En 2016, le PIB de l’Irlande devrait afficher la plus forte croissance de l’UE. Le flux ininterrompu d’investissements directs étrangers (IDE) a permis à l’Irlande de renouer avec la croissance à long terme et la stabilité.

©2010 ERSI

Dans un atlas ou sur un globe, l’Irlande est une petite île verte proche de la côte atlantique de l'Europe. En fait, son territoire est presque aussi grand que celui de l’Allemagne, et majoritairement bleu.

©Paul Faith/AFP

Le Brésilien Jobert Marinho devant la salle de sport où il s’entraîne à Gort, dans le comté de Galway, en novembre 2014.

©David Rooney

La crise dans les pays de l’OCDE a été une épreuve pour de nombreux pays et particulièrement douloureuse pour l’Irlande, qui était en plein essor depuis plus d’une décennie. Les cicatrices sont toujours là, mais les opportunités aussi. Des politiques sociales bien ciblées et réactives peuvent produire de bons résultats.  

©Phil Crean /Alamy Stock Photo

Fort de la solide croissance économique que connaît désormais l’Irlande et du regain de confiance dans son avenir, son gouvernement s’est engagé dans une démarche audacieuse en direction des expatriés et de la diaspora. 

Des Argentins exécutent une danse irlandaise pour la Saint-Patrick à Buenos Aires ©Daniel Garcia/AFP

James Joyce était quelqu’un d’unique à maints égards mais, lorsqu’il a quitté l’Irlande en 1904, il n’a fait que se conformer à la tradition d’expatriation des écrivains irlandais. 

La croissance économique implique une augmentation des besoins en bureaux, logements et infrastructures. L’Irlande a-t-elle les moyens de faire face à la demande ?

L’Irlande sort aujourd’hui du plan d’aide de trois ans de l’UE et du FMI. La croissance est là, les finances publiques sont stabilisées et le chômage recule. Notre stratégie fonctionne et les Irlandais retrouvent le chemin du travail. 

©Eric Piermont/AFP

L’Irlande a assuré la présidence de l’Union européenne pendant la première moitié de 2013. Des progrès importants ont été accomplis dans des domaines clés, tels que l’union bancaire et la gouvernance économique, mais il reste beaucoup à faire pour rétablir la confiance envers l’Union européenne, en particulier celle des citoyens.

L’Irlande sort aujourd’hui du plan d’aide de trois ans de l’UE et du FMI. La croissance est là, les finances publiques sont stabilisées et le chômage recule. Notre stratégie fonctionne et les Irlandais retrouvent le chemin du travail.

©Gouvernement irlandais

La crise bancaire a été endiguée, mais à un coût très élevé pour les deniers publics.

Luke MacGregor/Reuters

Depuis le milieu des années 1990, la croissance de l’Irlande a été l’une des plus rapides de la zone OCDE. Elle connaît aujourd’hui l’une de ses plus sévères récessions. Qu’est-ce qui explique ce basculement ? Comment l’économie irlandaise se redressera-t-elle ?

Ces 18 derniers mois ont été difficiles pour l’économie mondiale, mais peu de pays de l’OCDE ont ressenti l’impact de la crise aussi brutalement que l’Irlande. En à peine quelques années, ce pays considéré par beaucoup comme un modèle de croissance rapide et de prospérité confiante est devenu une économie engluée dans la récession et saisie par le doute.

Un désenchantement brutal. Depuis le milieu des années 1990, les performances économiques du pays étaient remarquables : une croissance du PIB par habitant avoisinant les 5 % entre 1995 et 2007 ; un niveau de vie amélioré d’un tiers en une décennie ; une croissance spectaculaire de l’emploi, attirant massivement les travailleurs étrangers. Les Irlandais qui avaient émigré les années précédentes sont revenus au pays et, pour la première fois, on a observé une forte immigration nette : en quelques années, la proportion de travailleurs de pays alors candidats à l’adhésion à l’UE, comme la Pologne, a atteint 8 % de la population active.

Ce rythme d’expansion est pratiquement sans précédent dans les pays de l’OCDE. Le pays que les économistes surnommaient « l’homme malade de l’Europe » dans les années 1980 affichait une santé resplendissante. La vitesse de son développement rappelant certains pays émergents, l’Irlande était devenue le « tigre celte ».

D’autres pays de l’OCDE se tournaient vers l’expérience irlandaise pour renforcer leurs performances économiques. Comment l’Irlande était-elle parvenue à élever si rapidement son niveau de vie ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, même si la capacité à attirer l’investissement direct étranger (IDE) a été un moteur décisif. Les entrées d’IDE avoisinent aujourd’hui 80 % du revenu national, et les entreprises sous contrôle étranger assurent la majorité des exportations et une proportion substantielle des emplois. Les multinationales ont été attirées par cette économie ouverte, flexible et orientée vers le marché. Autres atouts, une fiscalité favorable et la présence d’une main-d’oeuvre anglophone qualifiée. L’appartenance à l’Union européenne, et donc à l’union monétaire et au marché unique, s’est également révélée cruciale. La montée en puissance de secteurs tels que les technologies de l’information et des communications, les produits pharmaceutiques et les services financiers internationaux favorisait particulièrement cette petite économie ouverte et dynamique. Si ce dynamisme a éclos au bon moment, l’Irlande n’a pas connu le succès du jour au lendemain. Celui-ci a résulté d’années d’efforts des décideurs publics, des chefs d’entreprise et des autres partenaires sociaux pour réorganiser le pays et y instaurer un cadre favorisant l’entrepreneuriat, l’investissement et la croissance de l’emploi.

L’élévation du niveau de vie a fini par récompenser les judicieuses décisions de cette époque. L’enseignement secondaire n’est devenu gratuit en Irlande qu’à la fin des années 1960. D’où une progression tardive mais considérable du niveau d’instruction. Ceci n’a pas eu de retombées visibles pendant la période de résultats macroéconomiques médiocres des années 1980, mais le vaste gisement de productivité ainsi créé a porté ses fruits à partir du milieu des années 1990. La main-d’oeuvre irlandaise jeune et instruite reste d’ailleurs très appréciée des sociétés étrangères.

L’économie avait aussi gagné en résilience. Avec l’éclatement de la bulle informatique au début des années 2000, l’activité a ralenti, mais le PIB national ne s’est jamais réellement contracté en termes annuels, contrairement à beaucoup d’autres pays de l’OCDE, et le chômage n’a que très légèrement augmenté. La vigoureuse reprise qui a suivi s’est traduite par une croissance moyenne du PIB supérieure à 5 % entre 2002 et 2007.

Alors pourquoi la machine s’est-elle enrayée ? La récession irlandaise est l’une des plus sévères de la zone OCDE. Selon les prévisions de l’OCDE, la baisse du revenu national brut, du pic au creux, sera probablement proche de 13 %. Le taux de chômage est passé d’un peu plus de 4 % à 13 % en moins de deux ans. Comment la situation a-t-elle pu se détériorer si brutalement ?

Un élément de réponse tient au fait que, ces dernières années, l’expansion a été beaucoup plus tirée par la demande intérieure que ce n’était le cas avant 2000. Après avoir rapidement augmenté, les exportations se sont modérées. La croissance de la productivité a aussi fortement ralenti, alors que l’inflation, les salaires et les coûts de main-d’oeuvre ont augmenté plus vite. En bref, l’Irlande perdait de sa compétitivité, et le déficit de la balance courante se creusait.

Le marché immobilier a été au coeur de cette récente poussée de la demande : au pic du cycle, les prix des logements en termes réels étaient près de quatre fois plus élevés qu’en 1995. Alors que ces prix étaient bas au milieu des années 1990, et que la demande de logements était stimulée par la hausse des revenus et l’accroissement de la population, une décennie plus tard les prix des logements avaient atteint des niveaux non-viables à long terme. Ils étaient en outre alimentés par l’expansion du crédit, le montant total des emprunts ayant augmenté de 20 % par an en moyenne au cours de ces dernières années. L’immobilier commercial était lui-même en plein essor : sur Grafton Street, à Dublin, les loyers privés sont rapidement devenus parmi les plus chers du monde, rivalisant avec la Cinquième Avenue, Bond Street et les Champs-Élysées.

Le boom immobilier a eu un puissant effet sur l’ensemble de l’économie irlandaise. La construction de logements s’est envolée pour atteindre 13 % du revenu national, proportion plus élevée même qu’en Espagne, et ce secteur a attiré un grand nombre de travailleurs. La valorisation du patrimoine immobilier a soutenu la consommation. Les banques prêtaient à tour de bras, et les prêts liés à des opérations immobilières sont devenus une composante majeure de leurs engagements globaux.

Les prix des logements ont culminé en 2007. Depuis, ils ont chuté de 25 %, et de nouvelles baisses sont à prévoir. Avec le retournement du marché immobilier, l’activité économique a commencé à ralentir, la construction de logements se contractant fortement. Il était déjà difficile de rééquilibrer l’économie irlandaise en réduisant le poids de la construction au profit des exportations et d’un niveau de demande plus gérable. Mais la crise financière a rendu cette correction encore plus malaisée en érodant les marchés d’exportation et en exerçant de nouvelles tensions sur le système financier. Il en a résulté un effondrement spectaculaire de la demande, l’activité économique accusant l’une de ses plus fortes contractions depuis des décennies.

Comment l’économie irlandaise se rétablirat- elle ? Les pouvoirs publics ont peu de leviers pour étayer la demande. Dans un petit pays intégré à la zone euro, les réductions des taux d’intérêt et les mesures de soutien monétaire prises par la Banque centrale européenne ont été utiles, mais ne peuvent pas être poussées plus loin. Afin d’éviter un effondrement financier systémique, il a fallu s’attaquer en priorité aux pertes massives des banques. Entre autres mesures, les autorités ont créé l’Agence nationale de gestion d’actifs (National Asset Management Agency), qui a pour mission de replâtrer le système bancaire en sortant des bilans des banques un portefeuille d’actifs immobiliers frappés par la crise, pour un montant total évalué à 40 % du revenu national brut.

Tandis que d’autres pays ont lancé des plans de relance budgétaire, le solde budgétaire irlandais, excédentaire en 2007, accusera un déficit d’environ 12 % du PIB cette année, ce qui reflète le poids excessif des recettes liées au secteur immobilier. Ce niveau d’emprunts publics contribue déjà fortement à soutenir les dépenses, mais il exclut toute possibilité d’assouplir davantage la politique budgétaire. De fait, la gravité de la situation a imposé un durcissement de la politique budgétaire qui représente à ce jour quelque 7,5 % du revenu national, et de nouvelles mesures d’assainissement sont programmées pour les prochaines années.

Cette contrainte de politique économique signifie que la voie de la reprise passera surtout par un ajustement de l’économie privée, dans les ménages comme dans les entreprises. En particulier, l’Irlande doit infléchir ses prix pour restaurer sa compétitivité sur les marchés internationaux. C’est ce qui est déjà en train de se produire : l’indice harmonisé des prix à la consommation a reculé de près de 3 % entre novembre 2008 et novembre 2009. Fait remarquable, les salaires nominaux sont en train d’être abaissés, des données partielles faisant état de réductions généralisées de 5 à 10 %. Cette déflation des salaires est sans précédent en Irlande et dans les autres pays de l’OCDE. Elle montre à quel point le marché du travail irlandais sait se montrer flexible et incite à penser que son économie s’ajuste très rapidement. Toutefois, cette déflation comporte des risques, notamment parce que la baisse des revenus permettra plus difficilement d’alléger l’encours des dettes.

Mais si l’on observe des signes d’ajustement économique positif, la récession va probablement persister pendant quelque temps. L’OCDE prévoit une reprise lente. Il est crucial de savoir si des politiques publiques peuvent être mises en place pour éviter que le taux de chômage élevé ne se pérennise. Compte tenu de la déflation, les prestations sociales devront baisser en termes monétaires, juste assez pour conserver la même valeur réelle par rapport au coût de la vie. En même temps, pour les travailleurs faiblement rémunérés, les indemnités chômage atteignent des niveaux élevés par rapport aux salaires. Ce facteur, auquel s’ajoutent les carences des programmes d’activation des sans-emploi, entraîne un risque réel de chômage élevé et durable, à moins que les politiques publiques ne s’ajustent pour encourager davantage le retour à l’emploi en même temps que la reprise.

L’économie est en pleine récession, dans un contexte marqué par la correction des importants déséquilibres intérieurs, mais la contraction de l’activité donne depuis peu des signes de ralentissement. L’Irlande devrait profiter de la reprise du commerce mondial et d’un regain de compétitivité résultant de l’ajustement à la baisse des salaires et des prix. L’ajustement en cours au plan intérieur sera néanmoins prolongé, et le redressement économique peu marqué.

Le déficit budgétaire a enflé, et la dette publique a augmenté énormément. D’importantes mesures d’assainissement budgétaire sont déjà en place, mais il faudra aller plus loin sur une période plus longue, ce qui requerra à la fois de nouvelles augmentations des recettes et de nouvelles compressions des dépenses publiques. Avec l’Agence nationale de gestion d’actifs (National Asset Management Agency), le gouvernement cherche à remettre le système bancaire sur des bases saines en comptabilisant les pertes et en y remédiant rapidement, contribuant ainsi à la reprise. Il faudrait en même temps mettre en oeuvre les nécessaires mécanismes de partage des risques afin de protéger le contribuable.

©Jo Yong-hak/Reuters

Chute record du PIB ; Économie ; Verbatim ; Matières sexuées ? ; Discipline fiscale ; Comité d'aide au développement ; Chômage des jeunes ; Aide irlandaise ; Best of...

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016