Il semble très difficile de concilier la préservation de l’environnement et les impératifs du développement dans un pays en développement comme le mien. Nous savons que l’homme tire son bien-être de la biosphère, et pour nous développer nous sommes obligés d’utiliser nos ressources, notamment naturelles.

Cliquer pour agrandir le graphique

La croissance et une stabilité sans précédent se sont installées dans quelques grands pays d’Amérique latine. Les raisons en sont plus originales qu’il n’y paraît.
Selon la cinquième édition des Perspectives économiques en Afrique du Centre de développement de l’OCDE, qui porte sur 29 pays, l’activité économique du continent a progressé de 5 % en 2005, dans le contexte de la flambée des marchés du pétrole et des minerais. Selon le rapport, l’activité économique globale du continent devrait se maintenir en 2006 et 2007, à respectivement 5,8 et 5,5 %. Mais ces chiffres cachent en réalité des disparités profondes, notamment selon les ressources naturelles des pays.
Avec un si grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté, pourquoi les pays en développement devraient-ils se soucier de l’environnement ? L’environnement est-il plus important pour les pays pauvres que pour les pays riches ? Les principales interactions entre la pauvreté, le développement et l’environnement ne sont pas toujours évidentes. Les neuf questions-réponses qui suivent montrent clairement que, dans la lutte contre la pauvreté, la préservation de l’environnement compte.

Cliquer pour agrandir le graphique

La responsabilité budgétaire n’est plus un sujet tabou en Amérique latine. Le Mexique, par exemple, autrefois en proie à des déficits budgétaires explosifs, est devenu un acteur économique stable sur la scène mondiale. Mais ce pays membre de l’OCDE n’est pas un cas unique. Les gouvernements nouvellement élus au Brésil et au Chili promettent la rigueur budgétaire.

©Jacques Brinon/OCDE

La semaine dernière, les dirigeants du monde entier se sont retrouvés au siège des Nations unies à New York. Les déclarations se sont succédées et, après maintes difficultés et contestations, un communiqué a été approuvé. Le cynisme gagne à l’égard des sommets internationaux. Que peuvent malgré tout tirer de celui-ci ceux qui désirent mettre un terme à la pauvreté dans le monde ?
L’Afrique prend-elle réellement un nouveau départ (n°249, mai 2005) ? Vous évoquez les conflits, mais comment pouvons-nous contribuer à empêcher les désastres humanitaires annoncés, comme celui qui semble inévitable au Darfour?

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le sommet mondial des Nations unies de 2005 représente une remarquable avancée dans le domaine du développement.
Les villes portuaires peuvent mettre à profit le tourisme de croisière pour stimuler leur économie, tout en évitant certains pièges et en protégeant l’environnement.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

L’annulation de la dette des pays pauvres est certes une avancée, mais il ne faut pas négliger le rôle des prêts à des conditions libérales dans la promotion du développement et la lutte contre la pauvreté.
Nous avons encore à apprendre du tsunami de 2004, notamment pour ce qui est d’honorer les promesses de dons et de contrôler l’aide d’urgence.
Lorsque l’OCDE a lancé en partenariat le projet MENA en février dernier, on a beaucoup parlé de changement et d’ère nouvelle. Peu de temps après les élections irakiennes, on pouvait nourrir cet espoir, mais pour les spécialistes de la région, c’est un discours rebattu, également concernant le projet MENA. Bien entendu, toute initiative doit intervenir au moment propice. Est-ce le cas pour ce projet ?
Depuis le désastre du tsunami, le financement du développement fait l'objet d'un contrôle de plus en plus rigoureux. Aussi le rapport sur la coopération pour le développement arrive-t-il à point nommé.

Il paraît évident que des interactions existent entre le développement et les changements climatiques, mais les spécialistes du climat et les experts du développement travaillent-ils pour autant de concert ? Si ce n’est pas le cas, il est temps d’agir, comme l’a souligné le forum mondial de l’OCDE sur le développement durable : développement et changement climatique, qui s’est tenu les 11 et 12 novembre 2004 à l’OCDE.

Données économiques

PIB +0.6% T2 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% août 2018
Chômage 5.3% août 2018
Mise à jour: 10 oct 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018