Internet représente dorénavant une part intégrante de nos vies ainsi qu’un élément essentiel de l’économie mondiale. 

©Anna Berkut/Alamy

Les internautes accordent une importance capitale à la protection de leur vie privée. Ils veulent profiter des avantages de l’accès à l’internet, sans pour autant sacrifier la confidentialité de leurs données ni courir le moindre risque de sécurité.

©Rooney

Dans la zone OCDE, trois personnes sur quatre utilisent internet chaque jour. Mais un tiers de ces utilisateurs n’achète pas encore en ligne. Pourquoi ? D’après une enquête auprès des consommateurs (2014), les acheteurs en ligne européens mentionnent deux inquiétudes : l’usage abusif des données personnelles et la sécurité des paiements en ligne.

©Alamy

La nouvelle génération d’appareils connectés intelligents – dénommés collectivement « internet des objets », ou IdO – est bien plus que la dernière vague numérique qui déferle sur les organisations de toutes tailles. L’IdO offre aux pouvoirs publics et aux entreprises de vastes possibilités d’améliorer les efficiences internes, de mieux servir leurs clients ou leurs usagers, d’accéder à de nouveaux marchés ou d’élargir leur offre de services, bouleversant au passage les modes de travail et de vie. Dans cet écosystème d’appareils connectés, une fonction devient essentielle : la sécurité à la source.

©David Rooney

Vous avez probablement déjà entendu parler de « l’internet ouvert ». Le terme est évocateur des nombreux bienfaits de « l’ouverture » dans différents contextes, et donne une impression positive. L’employer revient donc déjà à en faire l’éloge, en quelque sorte. Mais est-ce vraiment le cas et, le cas échéant, pourquoi ?

©Dennis MacDonald/Alamy Stock Photo

La connectivité est à la base de l’économie numérique. Internet relie déjà plus de trois milliards d’utilisateurs dans le monde, et quelque 14 milliards d’appareils.

Quelles mesures votre gouvernement prend-il pour tirer parti des avantages et faire face aux défis liés à l'économie numérique?

Pepper, le robot humanoïde, au Forum de l’OCDE 2016

Pour beaucoup de travailleurs, l’expression « technologies numériques » évoque une image consternante : celle d’un robot humanoïde assis à leur bureau, faisant leur travail ! C’est cette même crainte que ressentaient les cochers face à l’essor de la voiture dans les années 1920. À juste titre : l’automobile a effectivement remplacé la calèche. Toutefois, leurs enfants et petits-enfants ont pu exercer de nouveaux métiers souvent mieux rémunérés parmi la multitude d’activités créées grâce à la voiture : construction et réparation automobile, représentation commerciale, livraison à domicile, tourisme de masse, construction de routes, industrie pétrolière…

©David Rooney

Plus que jamais, l’économie se conjugue au numérique. Les technologies de l’information et des communications (TIC) dopent les échanges, l’innovation, l’entrepreneuriat, et, par ricochet, la croissance et le bien-être social. Ces avantages dépendent de l’ouverture, qui présente une dimension technique, économique et sociale – standards ouverts pour les technologies et protocoles fondamentaux, accès à des prix concurrentiels, respect des droits humains et de la vie privée, liberté d’expression. L’ouverture donne accès aux technologies numériques et ouvre le champ des possibles : lancer une entreprise en ligne, créer de nouveaux produits et processus ou révolutionner ceux en place, exprimer des opinions, lever des fonds, partager des connaissances et des idées, mener des recherches, dialoguer avec l’administration, améliorer les compétences, et bien plus encore.

Lorsque l’OCDE a adopté sa première Recommandation sur le commerce électronique en 1999, les dépenses en ligne ne représentaient pas 1 % des dépenses totales de consommation. Quinze ans plus tard, elles avoisinent 8 % dans l’UE et dépassent 11 % aux États-Unis. Il ne s’agit plus d’une tendance future : le commerce en ligne est devenu essentiel à l’économie, dans laquelle la consommation des ménages représente environ 60 % du PIB total de la zone OCDE.

Un affrontement entre robots et travailleurs est peu probable. Les technologies de rupture peuvent au contraire rendre les travailleurs plus efficients sans les remplacer et faire progresser les bénéfices des entreprises tout en maintenant ou en augmentant leurs effectifs.

©Droits réservés

Le Mexique a accueilli, du 21 au 23 juin, la Réunion ministérielle de l’OCDE sur l’économie numérique. La première ministérielle consacrée à ce thème (on parlait alors de « commerce électronique ») a eu lieu au Canada en 1998, et la deuxième en Corée en 2008. Le Mexique est donc l’hôte de la troisième réunion du genre, et le premier pays d’Amérique latine à l’organiser et à la piloter. C’est pour nous une importante responsabilité, ainsi qu’une occasion de montrer au monde la profonde transformation engagée par notre secteur des télécommunications depuis deux ans.

Cliquer pour agrandir

Les échanges entre la Corée et l’Afrique ont plus que quadruplé depuis la fin des années 1990. Avec un total d’importations et d’exportations de 26,5 milliards USD en 2014, la Corée est l’un des partenaires commerciaux du continent qui s’est imposé le plus vite au cours des dix dernières années. 

©Serprix

L’économie numérique est un processus de transformation émanant des avancées des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui ont rendu la technologie moins coûteuse et plus puissante, modifiant les processus d’entreprise et stimulant l’innovation dans tous les secteurs économiques, y compris les plus traditionnels. Aujourd’hui, la diffusion rapide du numérique touche des domaines aussi variés que la distribution, les médias, l’industrie et l’agriculture. Dans le secteur des médias et de l’audiovisuel, par exemple, le rôle grandissant des contenus créés par les utilisateurs et des réseaux sociaux a permis à internet d’éclipser la télévision comme principal support publicitaire.

Cliquer pour agrandir

Vu les prouesses de la Corée en matière de services numériques, il n’est pas surprenant que le pays soit le chef de file de la gouvernance électronique. Son avance, notamment dans le domaine des données ouvertes, doit beaucoup aux efforts des pouvoirs publics et aux investissements dans les infrastructures et les systèmes liés à la gouvernance électronique depuis les années 1990. En 2014, plus de 70 % des Coréens ont déclaré avoir utilisé internet au moins une fois au cours des 12 derniers mois pour interagir avec les autorités, que ce soit pour obtenir des informations sur un site du gouvernement ou télécharger et remplir un formulaire. C’est bien plus que la moyenne de l’OCDE qui s’élève à 55 %.

©Thomas Peter/Reuters

Depuis les années 1970, la croissance économique coréenne a été largement insufflée par de grandes entreprises telles que Samsung, Hyundai et LG. Ces chaebols ont connu une réussite remarquable, mais ont dominé l’économie sans guère laisser de place à l’essor des petites et moyennes entreprises (PME).

Serprix.com

Si les politiques publiques et l’adhésion à l’OCDE expliquent pour beaucoup les réussites coréennes des vingt dernières années, les grandes entreprises ont également joué un rôle important. La Corée est même systématiquement associée à plusieurs grandes marques. C’est la forte demande de produits comme les télévisions incurvées Samsung, les voitures hybrides Hyundai ou les titres à succès comme Gangnam Style qui a fait bondir le Pays du Matin calme au 6e rang des exportateurs mondiaux. Mais si la productivité de nombreux grands fabricants a permis à la Corée de figurer parmi les dix plus grands producteurs de voitures, navires, téléphones portables et DVD, elle est contrebalancée par celle des entreprises plus petites et du secteur des services : la productivité globale est moitié moins élevée que dans les pays de l’OCDE les plus avancés.

Qu’ont donc en commun des produits aussi courants que les crèmes solaires, déodorants, batteries de smartphone et raquettes de tennis ? La probabilité de contenir des nanomatériaux. Les applications industrielles, commerciales et médicales de ces très petits objets – de 1 nm à 100 nm – sont en plein essor. Entre 2006 et 2011, le nombre de produits contenant des nanoparticules a quintuplé. La nanotechnologie est peut-être révolutionnaire, mais elle n’est pas sans risques.

©Randstad

« Nous sommes les enfants d’une ère technologique. Nous avons rationalisé l’exécution de la plupart de nos tâches quotidiennes. Le tirage papier n’est plus l’unique mode de reproduction des livres. Leur lecture, néanmoins, n’a pas changé. » Lawrence Clark Powell

Prendre la mesure du Ben Nevis ©John MacPherson/Alamy Stock photo

Le Ben Nevis, en Écosse, est le point culminant du Royaume-Uni. Il a récemment gagné un mètre, passant de 1 344 à 1 345 mètres d’altitude. Bien sûr, la montagne n’a pas, en réalité, grandi : l’équipe d’experts de l’Ordnance Survey (service cartographique de l’État) chargée de la remesurer pour la première fois depuis 1949 dispose aujourd’hui de technologies plus évoluées, notamment du GPS, pour procéder à une évaluation plus précise.

Cliquer pour agrandir

L'économie numérique est une réalité. Elle gagne chaque jour un peu plus de terrain, parfois avec des résultats surprenants. À l’heure où se tiennent des réunions ministérielles majeures, à Paris et à Cancún, les dirigeants ne doivent pas douter de leur rôle décisif dans la concrétisation du potentiel de l’économie numérique au service de la productivité et de l’inclusivité.

©Droits réservés

Depuis quelques années, les start-up s’intéressent de plus en plus aux cyberplateformes pour trouver un large éventail de ressources – financement, main-d’œuvre, conception ou idées. Cette approche est-elle efficace ?

©Hello Ruby

Le code est le prochain langage universel. Dans les années 1970, le punk rock a été le moteur de toute une génération, remplacé par l’argent dans les années 1980. Aujourd’hui, l’interface entre notre imagination et le monde est le logiciel. C’est pourquoi il faut qu’un nombre croissant de personnes variées cessent de considérer les ordinateurs comme des objets ennuyeux, machinaux et solitaires pour les voir comme des choses qu’ils peuvent manipuler, bricoler et tourner dans tous les sens.

Avec l’expansion de l’utilisation d’internet et des technologies, les données foisonnent. Tant de données sont collectées et stockées chaque jour que l’on assiste à l’émergence de nouveaux emplois et de secteurs entiers pour les traiter. Le rapport Data-Driven Innovation examine les usages potentiels et les problématiques de cette ère des « mégadonnées », dressant un tableau complet et recensant les promesses ainsi que les risques de ces données pour le bien-être et la productivité. 

Cliquer pour agrandir

Il y a dix ans, acheter en ligne était la nouvelle mode, aujourd’hui, ce serait devenu la routine. Qu’en est-il réellement ? 

©David Rooney

Les nouvelles entreprises innovantes sont indispensables pour intensifier la lutte contre le changement climatique. Il faut donc de nouvelles politiques favorisant le dynamisme des entreprises, en particulier dans le secteur de l’énergie.

©Charlotte Moreau/OCDE

P. –L. Vézina et H. Melin décrivaient récemment, dans L’Observateur de l’OCDE, la façon dont les plateformes en ligne abaissaient les barrières commerciales et permettaient aux microentreprises et PME de mener des opérations internationales, contrairement au commerce traditionnel, où l’exportation est réservée aux plus grosses entreprises. La technologie remodèle le paysage commercial international de façon réelle et quantifiable, accentuant le rôle potentiel du commerce international dans la promotion du développement durable. 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Des études de cas sur des produits spécifiques, notamment électroniques, montrent une tendance à une inégale répartition de la création de valeur entre les activités d’une chaîne de valeur. 

©Reuters/CDIC

L’essor du programme spatial de la Chine est à la mesure de  l’expansion de son économie sur la scène mondiale. Dix ans après  être devenue le troisième pays au monde à placer des êtres humains  sur orbite, la Chine a lancé en juin sa cinquième mission spatiale  habitée, la plus longue à ce jour. Trois « taïkonautes » (astronautes  chinois) ont passé deux semaines en orbite dans le module spatial  Tiangong 1. 

D’autres voies sont possibles ©Christopher Furlong/Getty Images/AFP

De plus en plus de décideurs s’intéressent à l’apprentissage comme moyen de renforcer le marché du travail et d’améliorer les perspectives d’emploi des jeunes. Mais toutes les formes d’apprentissage ne se valent pas.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016