Depuis 2006, la Suède a alloué 1 % de son revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD). En 2017, elle était, en pourcentage du RNB, le plus grand fournisseur d’APD parmi les pays du Comité d’aide au développement de l’OCDE, dépassant l’objectif de 0.7% fixé par les Nations Unies.

Pour reprendre le célèbre océanographe Jacques-Yves Cousteau, « [t]oute vie fait partie d’une relation complexe dans laquelle chacun dépend des autres, prenant, donnant à et vivant avec tous les autres. » L’image est on ne peut plus vraie dans le cas de l’eau. La gestion de l’eau douce, des mers et des écosystèmes marins est intimement liée à la quasi-totalité des autres questions environnementales et humanitaires.

Selon vous, quelles initiatives faut-il privilégier pour promouvoir l’intégration régionale en Afrique et quelles mesures de coopération internationale faut-il encourager ?

Hajer Sharief, Jeune Ambassadrice et Fondatrice de Coardaid et de Together we build it en Libye, au Forum de l’OCDE pour le développement ©Andrew Wheeler all rights reserved

« Je veux vous rappeler dans quel monde nous vivons au-delà de ces murs. Des millions de gens ne font plus la différence entre le tonnerre et les frappes militaires. La communauté du développement comprend-elle le monde réel ? Le développement ‘économique’ comprend-il que nous ne naissons pas pauvres mais dans la pauvreté ? Je suis pessimiste quant à la capacité de la communauté internationale à changer tout ça. Mais je suis optimiste quant au potentiel de ces quatre millions de femmes et de jeunes sur notre planète. » 

L’accès au commerce numérique mondial peut donner le coup de pouce nécessaire au programme pour le développement, écrit Jorge Moreira da Silva, Directeur de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE (DCD).

Après une période prolongée de croissance relativement forte, les pays d’Eurasie ont subi récemment une série de puissants chocs économiques externes*. La baisse des cours mondiaux des produits de base, la récession en Russie, la croissance modérée en Chine et les perspectives économiques dégradées dans de nombreuses économies d’Europe de l’Ouest ont toutes durement touché l’Eurasie. Le PIB global de la région a reculé en 2015 pour la deuxième fois seulement en deux décennies (la première remontant à 2009), et la croissance a été faible en 2016, selon les estimations du Fonds monétaire international, avec des accélérations enregistrées dans quelques pays, compensées par les fléchissements observés ailleurs. La reprise semble s’être poursuivie en 2017, mais elle est inégale et modeste au mieux, et le taux de croissance est nettement inférieur à ceux atteints au cours des années 2000.

L’aide au développement a reculé de 4 %, en termes réels, en 2012, après avoir subi une contraction de 2 % en 2011. Ce mouvement doit absolument être inversé, mais ce n’est pas le seul problème à résoudre. La question de la mesure de l’aide fait également débat. Comme l’explique Jon Lomoy, il est grand temps de redéfinir le concept d’aide publique au développement, et l’issue de cette discussion aura des conséquences sur l’efficacité des politiques de développement au cours de la prochaine décennie et au-delà.

La Nouvelle frontière de la performance

En contribuant à mettre en lumière l’importance du « vivre mieux » comme élément incontournable du progrès des sociétés, l’OCDE a considérablement œuvré au cours des dernières années pour faire rayonner un courant de pensée qui place le bien-être des individus au cœur du développement économique. Après avoir abordé la question de la croissance et des gains de productivité, et après avoir reconnu la question du passif environnemental de notre activité économique, il est temps en effet d’avancer sur un sujet tout aussi crucial : celui d’une économie plus humaine.

La crise que nous traversons témoigne des limites de notre modèle.

Lire la suite

©Vanderlei Almeida / AFP

La croissance ne suffit pas

Les leaders syndicaux au Brésil affirment depuis longtemps que la croissance économique ne doit pas être une fin en soi. Selon eux, l’important n’est pas tant la taille du « gâteau » économique, mais la manière dont il est partagé. Depuis quelques années, les appels à la justice sociale ont de plus en plus influencé les politiques publiques, donnant lieu à une véritable « révolution » de l’économie au Brésil.

Lire la suite

L’humain avant tout : emploi, égalité et confiance

Plus de cinq ans après le début d’une crise économique baptisée successivement crise des subprimes, crise financière, puis grande récession, aucune expression ne reflète la conséquence principale de ces bouleversements économiques : la souffrance des gens.

Les dégâts causés par la crise seront très difficiles à réparer. La plupart des gouvernements doivent se concentrer sur la restauration des finances publiques, tout en relançant la croissance et l’emploi. Pour y parvenir, les responsables politiques doivent engager un programme de réformes structurelles et investir dans de nouvelles sources de croissance, comme l’innovation, les compétences, les actifs intellectuels et la croissance verte. Les dirigeants doivent faire clairement comprendre que les individus, qui sont les vraies victimes de la crise, sont au cœur de leur action.

Lire la suite

©OECD/Benjamin Renout

Résoudre la crise alimentaire

Mettre un terme à la faim et à la malnutrition, et plus généralement garantir la sécurité alimentaire mondiale, constitue l’un des problèmes les plus insolubles de l’humanité. Si de nombreux pays autrefois pauvres se développent rapidement aujourd’hui, l’atteinte du premier objectif du Millénaire pour le développement, à savoir diviser par deux la proportion de la population souffrant de la faim au cours de la période 1990-2015, est peu probable. La malnutrition a globalement reculé, mais cette évolution s’est ralentie et les chiffres restent élevés en valeur absolue. En outre, certains pays – principalement en Afrique et en Asie de l’Est – n’ont enregistré aucune amélioration.

Lire la suite

©Reuters/Jason Lee

Les défis de l’Asie

Les moteurs de la croissance rapide de l’Asie – nouvelles technologies, mondialisation et réformes favorisant les mécanismes de marché – accroissent également les inégalités. Un essor économique rapide s’accompagne inévitablement de certaines disparités de revenus, mais l’on ne saurait s’en accommoder. Surtout lorsque ces disparités reflètent l’inégalité des chances d’améliorer son capital humain et ses revenus.

Lire la suite

Vous brossez un portrait positif de la situation économique de la Turquie en termes de croissance du PIB et d’emploi (L’Observateur de l’OCDE n° 290-91, T1-T2 2012). Mais votre expert déclare que, pour l’avenir de l’économie turque, « la réforme du marché du travail est primordiale, notamment pour réorienter les ressources du secteur informel vers l’économie formelle : les contrats de travail doivent être assouplis et la fixation du salaire minimum décentralisée ».

© Christian Charisius/Reuters

Renforcer la participation des citoyens aux décisions politiques, tel est l’un des objectifs des nouveaux indicateurs de bienêtre, élaborés pour pallier aux insuffisances du PIB.

OCDE/Hervé Cortinat

Voici les conclusions adoptées lors de la Réunion du Conseil au niveau des ministres, le 24 mai 2012. Le Résumé de la présidence et d’autres informations sur la réunion sont disponibles sur www.oecd.org/rcm

©Reuters/Stringer Shanghai

Faire appel au bon sens et aux bons acteurs contribuerait à débloquer les investissements dans le secteur de l’eau, particulièrement cruciaux pour les pays en développement.

REUTERS/Kacper Pempel

En 2008, l’économiste chinois Justin Yifu Lin est devenu le premier Économiste en chef de la Banque mondiale issu d’un pays en développement. M. Lin y est l’inventeur du concept de « nouvelle économie structurelle », qui vise à trouver un juste équilibre entre le rôle du marché et celui de l’État dans les économies des pays en développement. Avant la Conférence annuelle de la Banque sur l’économie du développement (ABCDE), qui s’est tenue cette année à l’OCDE, M. Lin a accordé un entretien à Brian Keeley.*

Les défis économiques structurels et la préparation de la reprise, tels étaient les thèmes dominants des débats lors de la réunion du Conseil au niveau des ministres 2010, présidée par M. Silvio Berlusconi, Président du Conseil italien. Parmi les autres questions à l’ordre du jour : les défis budgétaires, l’emploi, la croissance verte, l’innovation, le développement, les échanges et l’investissement, ainsi que le progrès social. Résumé des conclusions.

En 2004, les pays en développement ont récolté dans leurs filets plus de 20 milliards de dollars d’exportations nettes de poisson, soit plus de quatre fois les exportations de café, et près de dix fois les exportations de thé. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cette même année, le poisson a apporté à plus de 2,6 milliards de personnes à travers le monde au moins 20 % de leurs apports moyens en protéines. Victime de son succès, ce secteur vaste et crucial ne pourra être sauvé que par la coopération internationale. Ce message ressort clairement de l’impact de la mondialisation sur la pêche et l’aquaculture : défis et opportunités.

L'aide au développement a atteint un nouveau record en 2008. En temps de crise, c'est une bonne nouvelle, mais comment maintenir cette tendance ?

Comme l'indique votre article « Prix alimentaires : grains de vérité », la réponse à la crise alimentaire devrait associer des stratégies de court et de long terme, y compris par des politiques encourageant la croissance et le développement et améliorant la productivité agricole (n° 267, mai-juin 2008). Une plus forte croissance agricole est essentielle pour la croissance économique globale, et pour atteindre le premier Objectif du millénaire pour le développement : réduire la pauvreté et la sous-nutrition de moitié d'ici à 2015.

©STR New/Reuters

La cohérence des politiques à l’intérieur des pays et entre eux est une condition essentielle pour regagner le chemin de la croissance et du développement.

Parmi les plus singuliers monuments du monde, les gigantesques moai de l’Ile de Pâques sont les vestiges, comme les pyramides d’Égypte, de ce qui fut un jour une société innovante et complexe – mais aussi une société peu soucieuse de la durabilité de ses ressources, et qui finit par détruire son écosystème.

Données économiques

PIB +0.6% T1 2019
Échanges exp +0.4% ; imp -1.2% T1 2019
Inflation annuelle 2.3% mar 2019
Chômage 5.3% mar 2019
Mise à jour: 9 septembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019