Bâtir la confiance

OCDE Observateur

Nous savons tous désormais qu’un régime de gouvernement d’entreprise défaillant peut avoir des répercussions importantes sur le comportement des investisseurs, des épargnants, des retraités, des créanciers, des salariés et des consommateurs, de même que sur l’économie toute entière. Les faillites d’entreprises survenues un peu partout, depuis les États-Unis jusqu’en Italie, en ont fait la preuve. Mais quels seraient les effets sur les pays en développement ?

Des effets considérables, selon l’ouvrage Corporate Governance in Development: The Experiences of Brazil, Chile, India, and South Africa, qui souligne les caractéristiques institutionnelles des pays en développement de nature à compromettre la transparence, l’obligation de rendre des comptes et le respect des modalités d’application qui conditionnent la mise en œuvre efficace du régime de gouvernement d’entreprise.Quatre pays, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine et l’Inde, font l’objet d’une étude approfondie des défis dans le domaine de gouvernement d’entreprise qu’ils doivent relever pour parvenir à un développement à long terme.Dans les pays de l’OCDE, le gouvernement d’entreprise suscite un intérêt grandissant à l’heure de la mondialisation et de l’expansion des investissements de portefeuille transfrontaliers. C’est dans ce contexte que les Principes de gouvernement d’entreprise de l’OCDE ont été récemment révisés afin non seulement de renforcer l’obligation pour les entreprises de rendre compte de leurs actes, mais aussi d’améliorer le cadre juridique, institutionnel et réglementaire régissant le gouvernement d’entreprise dans le monde entier.Corporate Governance in Development souligne que le développement d’un pays est largement tributaire de sa faculté de faire respecter le régime de gouvernement d’entreprise et de réorienter dans le même temps leur gouvernance politique. Le gouvernement d’entreprise est un facteur essentiel pour accroître les flux de capitaux et réduire les coûts de financement tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Plus les entreprises ont besoin de nouvelles sources de financement, plus le gouvernement d’entreprise prend de l’importance. Comme l’illustre Corporate Governance in Development, ce constat vaut aussi pour les pays en développement dans lesquels un besoin de financement subsiste faute de fonds publics. Pour le combler, il faut mobiliser davantage les investissements privés, tant nationaux qu’étrangers. Mais les financiers et les actionnaires sont de plus en plus exigeants sur la rigueur des pratiques des conseils d’administration. Améliorer la qualité du gouvernement d’entreprise est un moyen de conférer une crédibilité supplémentaire aux entreprises et de leur donner une chance d’attirer des investisseurs, mais aussi de retenir les capitaux à long terme, et d’assurer ainsi la stabilité économique dont dépend le développement.© L’Observateur de l’OCDE, N°243, Mai 2004


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016