Argent sale

Les actions terroristes sont meurtrières et condamnables, mais n’en restent pas moins une activité à part entière : il faut payer les agents, leur acheter des armes et financer leurs complots. C’est par millions de dollars que chaque année les organisations terroristes mobilisent des fonds qu’ils transfèrent, investissent et dépensent, soit dans des placements, soit dans des opérations de blanchiment.

Quelles que soient ses motivations politiques ou économiques, le terrorisme a besoin d’argent.Depuis sa création en 1989 par le G7 et la Commission européenne, le Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI) est le fer de lance du combat engagé au niveau mondial contre le blanchiment des capitaux. Après le 11 septembre, ses responsabilités ont été élargies à la lutte contre le financement du terrorisme.Le GAFI a identifié les ficelles du commerce terroriste, telles que les sociétés fictives constituées pour abriter des actifs et gérer des comptes bancaires, ou encore les organisations caritatives dont l’objet est détourné, à leur insu ou non, pour recueillir, transférer et dépenser de l’argent. Les fonds terroristes sont injectés dans des entreprises qui peuvent par ailleurs avoir ou non une activité légitime. Ces fonds sont transférés d’un pays à un autre au moyen de virements ou par l’intermédiaire de cambistes clandestins ou d’opérateurs du marché noir.Dans plusieurs pays européens, la police a découvert des sociétés écrans dans des secteurs aussi divers que l’édition, l’immobilier ou encore la pêche. Les enquêteurs américains ont trouvé des charcuteries qui servaient de centres pour recueillir des fonds, et par le biais desquelles des millions de dollars étaient transférés. La prolifération mondiale de systèmes de remise de fonds informels et non autorisés constitue un autre problème. Dans certains cas, ces systèmes constituent un outil essentiel pour permettre aux migrants de transférer de l’argent dans leur pays d’origine, mais sont aussi susceptibles d’être utilisés à des fins criminelles ou terroristes.The Financial War on Terrorism est un guide pratique à l’intention des législateurs, des responsables de la réglementation financière et autres personnes chargées d’empêcher le financement des terroristes et de leurs organisations. Il expose une méthodologie détaillée, en reprenant notamment la version révisée et mise à jour des recommandations du GAFI concernant les mesures requises pour faire obstacle aux activités financières criminelles et pour contribuer à mettre les terroristes hors d’état de nuire.© L’Observateur de l’OCDE, N°242, Mars 2004


Données économiques

PIB +0.5% T3 2019
Échanges exp -0.7% ; imp -0.9% T3 2019
Inflation annuelle 2.1% décembre2019
Chômage 5.1% décembre 2019
Mise à jour: 18 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019