Ondes cérébrales

Centre pour la recherche et l'innovation dans l'enseignement

Où étiez-vous quand les tours jumelles se sont effondrées ? Vous rappelez-vous votre premier diplôme, votre première bicyclette ou votre premier baiser ? Les empreintes émotionnelles telles que celles-ci font plus que générer des images mentales qui provoquent la peine ou la joie. Les scientifiques pensent maintenant qu’elles pourraient influencer l’apprentissage.

La plupart des enseignants s’accordent à dire que les étudiants participent et apprennent davantage dans un environnement détendu et néanmoins motivé. L’inverse est également vrai : la peur ou l’anxiété peut inhiber l’apprentissage et les résultats scolaires. Mais il ne suffit pas de se pencher uniquement sur l’environnement de la salle de classe. Les neuroscientifiques croient savoir pourquoi.Lors d’un symposium récent de l’OCDE-CERI* à Ulm, en Allemagne, des experts ont étudié le lien entre les émotions, l’apprentissage et le cerveau. Deux parties spécifiques du cerveau ont fait l’objet d’un intérêt particulier : l’hippocampe, qui fonctionne entre autres comme une interface entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme, et joue un rôle déterminant dans l’apprentissage des faits ; et l’amygdale, qui participe à l’attribution d’une signification émotionnelle aux événements, et est en particulier impliquée dans le traitement de la peur.Comme l’explique Bruno della Chiesa, coordinateur du projet OCDE-CERI, si vous vous retrouvez en face d’un taureau furieux par exemple, l’amygdale va prendre le relais et inhiber le raisonnement. Vous devenez ainsi plus efficace lorsque vous essayez de vous enfuir. En cas de stress, la transmission des informations au néocortex (la matière grise du cerveau) est bloquée ou se fait au minimum de manière anormale ou incomplète. Plus tard, vous pourrez vous souvenir d’avoir affronté l’animal, mais oublier ce qui s’est passé immédiatement avant ou après.Les animaux dangereux sont rares dans les salles de classe, mais ils ont leurs contreparties émotionnelles, comme les professeurs, les autres étudiants ou les outils d’apprentissage eux-mêmes, par exemple des manuels ou des ordinateurs. Des influences extérieures négatives, telles que l’éclatement de la famille, le terrorisme, la violence sur le terrain de jeu et même l’influence des loisirs ou des médias, peuvent s’exercer sur l’enfant et perturber sa stabilité émotionnelle.Autrement dit, alors que la peur nuit à la motivation et à l’apprentissage, le plaisir les favorise. Comme l’a souligné David Servan-Schreiber, de l’École de médecine de l’Université de Pittsburgh au cours du symposium d’Ulm, les étudiants ne peuvent simplement « pas traiter les informations comme le demande l’école si nous n’arrivons pas à agir sur l’interaction entre le déclenchement des émotions et le fonctionnement du cerveau ». Il a ajouté que ce que nous faisons subir à notre corps affecte directement la capacité de notre cerveau à fonctionner dans un contexte d’apprentissage. D’après lui, le régime alimentaire peut également être déterminant, dans la mesure où il est à l’origine de la fabrication des 20 % d’acides gras que contient le cerveau.Des études ont été menées sur les effets de la nutrition sur le comportement, en particulier une étude réalisée en milieu carcéral par Alex Richardson, du Laboratoire universitaire de physiologie d’Oxford, qui montre une réduction de 35 % des actes violents simplement après avoir ajouté un supplément nutritionnel dans le régime des détenus afin de compenser les insuffisances des cuisines collectives. La compréhension des mécanismes et des processus neurofonctionnels pourrait permettre d’élaborer des programmes éducatifs cohérents qui contribueraient à former l’intelligence émotionnelle, augmentant ainsi la capacité d’apprentissage du cerveau. Les apprenants plus lents pourraient être formés en étant libérés de leurs peurs et de leurs blocages, ce qui pourrait déboucher sur une assimilation et un traitement plus faciles des informations. Cela demande des efforts de la part des éducateurs.Dans le domaine de l’apprentissage, divers traitements thérapeutiques visant à maîtriser le stress et à améliorer l’intelligence et la stabilité émotionnelles commencent à être incorporés dans certains programmes scolaires. Le gouvernement britannique a récemment identifié 25 services éducatifs qui testeront et mettront en œuvre des programmes pilotes de prise en compte des émotions. Au Danemark, plusieurs écoles et garderies participent à un consortium sur le jeu et l’apprentissage qui explore les relations entre le corps, l’esprit, la cognition et l’apprentissage.Il ne fait aucun doute que les influences sociales et familiales sont importantes, mais nos ondes cérébrales montrent que les éducateurs et les autorités, plutôt que de se limiter uniquement à l’enseignement, devraient également s’attaquer aux influences émotionnelles présentes dans la salle de classe.*Le projet OCDE-CERI, « Sciences de l’apprentissage et recherche sur le cerveau », vise à rapprocher les neurosciences des politiques et des pratiques en matière d’éducation, en établissant un programme de recherche conjointe. Si vous avez des questions à propos des neurosciences et de l’éducation, pourquoi ne pas rejoindre le Club Cerveau et Apprentissage de l’OCDE, dans lequel le public est invité à poser des questions au groupe de scientifiques et d’éducateurs du CERI ? Ces questions sont ensuite diffusées sur le site web. La page des questions et réponses du site aborde tous les thèmes, depuis l’apprentissage d’une langue et l’aptitude à la lecture, jusqu’à l’apprentissage lié à l’âge et la démence.© L’Observateur de l’OCDE, N°242, Mars 2004


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016