Jusqu'où va la générosité des prestations dans les pays de l'OCDE?

Direction de l'Education, de l'Emploi, du Travail et des Affaires Sociales
Trois objectifs essentiels animent les concepteurs des systèmes de prestations : améliorer le niveau de vie des familles à bas revenu, surtout lorsqu'il y a des enfants ; inciter au travail et à l'indépendance économique et limiter les dépenses publiques. Ces trois objectifs supposent des arbitrages. Au cours des dernières décennies, on a alternativement privilégié l'un ou l'autre de ces trois objectifs. Dans les années 60 et 70, on a surtout voulu réduire la pauvreté. Dans les années 80, c'est l'abaissement des coûts qui a été mis en avant. Ces derniers temps, c'est l'objectif de l'indépendance économique qui paraît prendre le pas dans l'esprit des décideurs.
Il est difficile de comparer les effets des politiques publiques sur le revenu des personnes sans travail en raison de la complexité des régimes nationaux d'imposition et de prestations. L'OCDE fournit une estimation du taux de remplacement, à savoir le pourcentage du revenu net du travail que représentent les allocations de chômage et prestations connexes. Les taux, qui sont calculés pour des familles dont la personne qui a le revenu principal ne travaille pas, prennent en compte à la fois les allocations chômage, les allocations logement et les allocations familiales.En général, la combinaison de taux de prestations élevés et de déductions fiscales permet d’assurer des taux de remplacement pour les couples avec enfants plus élevés que pour une personne célibataire. Le taux de remplacement net pour une personne célibataire varie de 33 % en Irlande, 36 % en Italie, 37 % en Australie, et 38 % en Pologne pour les pays situés en bas de l’échelle, à 75 % aux Pays-Bas, 76 % en Espagne, 79 % au Portugal et 82 % au Luxembourg pour ceux placés en haut de l’échelle.Ce classement diffère pour les couples mariés avec enfants. La Pologne a le taux de remplacement net le plus bas avec 43 %, suivie par la Grèce (46 %) et la Corée (52 %), bien que celui de l’Italie reste peu élevé (54 %). Par rapport au scénario relatif à une personne célibataire, la position de l’Irlande augmente dans le classement et passe à un peu plus de 60 %. Le Luxembourg est toujours en tête avec un taux de remplacement net de 87 %, suivi par les Pays-Bas (85 %). Les prestations familiales font aussi augmenter la place des pays scandinaves, où les prestations pour les couples avec enfants sont importantes.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017