Le prix du risque

Assurance et risques environnementaux : Une analyse comparative du rôle de l’assurance dans la gestion des risques liés à l’environnement
L’assurance en matière d’environnement est une activité à hauts risques. Non seulement car on ignore si un client polluera et sous quelle forme, mais aussi car elle expose les assureurs à des coûts de plus en plus élevés de dépollution en cas de déversement d’hydrocarbures, de détoxification en cas de fuite de produits chimiques et de décontamination en cas de pollution des eaux souterraines. Les compagnies d’assurance peuvent-elles se permettre de continuer à couvrir ces risques ? Oui, si l’on en croit l’ouvrage Assurance et risques environnementaux, mais à condition qu’il y ait une coordination entre le secteur de l’assurance et les responsables de l’action gouvernementale.
Beaucoup d’entreprises préfèrent éviter d’avoir à se payer une assurance pollution, ce qui n’est guère surprenant. Comme le montre l’ouvrage Assurance et risques environnementaux, s’il est difficile de vendre des polices de responsabilité civile environnementale, c’est notamment parce que bien trop souvent le risque de pollution graduelle est à la fois peu probable et lourd de conséquences. En règle générale, on estime que ce genre de risque est facilement sous-estimé, voire ignoré. Ceux qui proposent des assurances pollution peuvent être confrontés à un cercle vicieux, car lorsqu’un client potentiel est jugé assurable, il peut y voir la preuve que son entreprise présente un faible risque et renoncer finalement à une police perçue dès lors comme une dépense inutile.À l’inverse, lorsque la souscription d’une assurance pollution fait partie des conditions d’exercice d’une activité, les assureurs peuvent refuser d’assurer certaines entreprises dont ils jugent qu’elles présentent un risque trop élevé et s’arroger ainsi de fait le rôle de « policiers de l’environnement ». Une telle situation n’est pas forcément négative, dans la mesure où elle va dans le sens du principe pollueur-payeur prôné par l’OCDE. En outre, ce livre met en évidence d’autres instruments qui pourraient couvrir financièrement les risques d’atteintes à l’environnement : garantie bancaire, dépôt préalable sur un compte environnemental, ou autre.Les régimes de responsabilité environnementale des pays de l’OCDE visent à la fois à faire en sorte que des assurances idoines soient disponibles et qu’il y ait une indemnisation pour les dégâts causés par la pollution. L’ouvrage Assurance et risques environnementaux signale que jusqu’à une période récente, beaucoup de législations privilégiaient la simple négligence de la part du pollueur. Les nouvelles législations environnementales posent le principe de responsabilité absolue. Les victimes peuvent ainsi être indemnisées rapidement sans avoir à engager des procédures judiciaires longues et coûteuses.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019