Routes intelligentes

Sécurité routière : L’impact des nouvelles technologies
Les moyens au service de la sécurité routière se sont considérablement développés depuis l’installation à Londres, en 1868, des premiers feux de circulation, dont les lampes à gaz ont malencontreusement explosé peu après l’inauguration, entraînant la mort d’un policier. Aujourd’hui, des systèmes de transport intelligents sont mis au point – contrôle de la vitesse, systèmes anti-collision, dispositifs d’amélioration de la vision – pour sauver des vies.
Plus de 125 000 personnes sont tuées chaque année dans les accidents de la route, dont les principales causes sont la vitesse, l’alcool et la fatigue. Comment la technologie peut-elle contribuer à réduire ce lourd tribut ? Le rapport Sécurité routière : L’impact des nouvelles technologies énumère plusieurs outils, depuis les systèmes avancés d’aide à la conduite, qui permettent de naviguer sans danger dans une circulation dense en maintenant une distance de sécurité avec les autres véhicules, jusqu’aux dispositifs qui contactent automatiquement les services d’urgence en cas d’accident.Si des technologies intégrées bien adaptées peuvent améliorer la sécurité, toutes les innovations technologiques ne concernent pas la sécurité. Certes, les conducteurs utilisant le GPS pour la navigation, par exemple, ont moins d’accidents que ceux qui consultent des cartes routières, mais on constate une prolifération de technologies qui sont source de distraction et ne contribuent aucunement à une conduite sûre. Cette évolution est de plus en plus préoccupante, si l’on considère que le marché mondial des systèmes embarqués d’information et de distraction devrait se chiffrer à plus de US$40 milliards en 2010. En outre, la distraction au volant est déjà responsable de 20 à 30 % de tous les accidents de la route.Malgré tout, il ne faudrait pas que les automobilistes et les véhicules deviennent trop tributaires de la technologie. En effet, qu’adviendra-t-il par exemple si les aptitudes des conducteurs diminuaient et que le système d’aide à la conduite tombait en panne ? La technologie n’est pas non plus sans poser des questions éthiques. Ainsi, l’adaptation intelligente de la vitesse peut empêcher les véhicules de dépasser les limites autorisées et améliorer considérablement la sécurité routière, mais l’opinion publique préférera peut-être d’autres options, plus coercitives. Quoi qu’il en soit, c’est la sécurité qui doit primer et comme le souligne le rapport Sécurité routière : L’impact des nouvelles technologies, les systèmes de transport intelligents pourraient permettre de sauver jusqu’à 47 000 vies par an dans les pays de l’OCDE – soit l’équivalent du nombre total de tués de la route aux États-Unis – et de réduire le nombre de blessés et de tués de 40 %. Une telle amélioration de la sécurité se traduirait en outre par des économies non négligeables, puisque le rapport estime que le coût annuel des accidents de la route équivaut à 2 % du PIB.


Données économiques

PIB +0.5% T3 2019
Échanges exp -0.7% ; imp -0.9% T3 2019
Inflation annuelle 2.1% décembre2019
Chômage 5.1% décembre 2019
Mise à jour: 18 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019