Haut debit: Un accès plus large

L'accès au haut débit est déjà largement disponible dans la zone OCDE, mais tout le monde ne court pas après. Pourquoi ?
Nous avons tous entendu parler des avantages du haut débit, et si vous ouvrez cet article en ligne avec un modem à faible débit, vous voudrez certainement en savoir davantage. En effet, le passage de la communication Internet traditionnelle par ligne téléphonique à la communication à haut débit ressemble à l’évolution de l’avion à hélice au gros porteur.
Grâce au haut débit, les entreprises peuvent transmettre davantage de données plus rapidement d’un lieu à un autre, et ainsi soutenir la concurrence. Les adolescents peuvent télécharger leur musique ou leurs vidéos préférées, et les amateurs de rugby ont pu voir leur équipe favorite marquer un essai lors de la récente Coupe du monde. Bien entendu le haut débit ne sert pas que pour le divertissement. Des médecins l’utilisent pour faire analyser rapidement des radiographies, par exemple. Et pour la plupart de ces utilisateurs, l’accès haut débit est leur premier raccordement « en continu » à Internet.Avec tous ces avantages que procure une transmission plus rapide de volumes plus importants d’informations, quelque chose doit nous échapper. Trop de foyers et d’entreprises restent entravés par la lenteur des téléchargements via un accès de première génération car ils ne veulent pas ou ne peuvent pas accéder au haut débit. Certes, avec une croissance de 53 % rien que sur l’année écoulée, soit 75 millions d’abonnés au haut débit dans les pays de l’OCDE fin septembre 2003, et un chiffre d’affaires estimé à US$30 milliards au titre des redevances d’accès, le haut débit gagne en importance. De plus, il est accessible aux trois quarts des foyers de la zone OCDE.Mais avec un taux de pénétration moyen dans la zone OCDE de seulement 6,6 abonnés pour 100 habitants, son potentiel de croissance reste important. Il est vrai que le marché coréen a atteint la maturité avec plus de 70 % des ménages connectés. Dans certains pays toutefois, le service vient tout juste d’être ouvert. Si la demande existe, c’est souvent l’offre qui fait défaut. La disponibilité est aussi inégale à l’intérieur des pays, notamment dans les zones rurales. Cependant, les coûts de la modernisation des réseaux pour permettre l’accès au haut débit diminuent, et tout un éventail de nouvelles plateformes est déployé, comme par exemple les liaisons hertziennes fixes. En d’autres termes, il est communément reconnu que si le haut débit est une technologie qui croît rapidement, ses perspectives d’expansion restent considérables.La crainte de ne pas faire assez pour saisir les opportunités qu’offre le haut débit en termes de développement économique et social est telle que le Comité de la politique de l’information, de l’informatique et des communications (PIIC) de l’OCDE a récemment lancé un appel pour que les progrès s’accélèrent. Celui-ci insiste par exemple sur la nécessité d’une concurrence accrue sur les marchés des télécommunications et de la poursuite de la libéralisation des marchés.La capacité d’action des pouvoirs publics pour développer le haut débit est limitée. La véritable impulsion doit venir du secteur privé, car c’est par un marché ouvert à la concurrence que l’on peut au mieux faciliter sa croissance et maximiser sa capacité, comme le souligne la prise de position de l’OCDE. Il faut pour cela des cadres réglementaires, comme l’instauration de mesures de sauvegarde pour éviter qu’une seule et même entreprise contrôle le principal point d’accès, ou une culture accrue de la sécurité de manière à prévenir les fraudes et renforcer les réseaux contre les menaces et les défaillances (voir l’article d’Anne Carblanc et Sven Moers). Le marché des nouveaux systèmes est très dynamique. Des innovations comme les réseaux hertziens fixes, la téléphonie hertzienne mobile, le câblage en fibre optique jusque chez l’abonné, le satellite et même le haut débit sur le réseau électrique sont en concurrence avec les technologies mieux établies de la ligne DSL et du câble, qui elles-mêmes évoluent rapidement. Nul doute que les possibilités du haut débit et la demande de services à large bande vont continuer de nous étonner.Références Pour plus d’information sur le haut débit, contacter Sam.Paltridge@oecd.org


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016