Panne de marché ?

The Power to Choose : Demand Response in Liberalised Electricity Markets

Après les récentes pannes d’électricité en Amérique du Nord, le Ministre de l’énergie des États-Unis Bill Richard a déclaré sur CNN que les États-Unis sont une puissance mondiale, mais qu’ils « possèdent un réseau électrique digne d’un pays du Tiers monde ».

Slate.com s’est permis d’observer que les pays du Tiers monde peuvent en général se permettre de fréquentes petites pannes, alors que les pays de l’OCDE ont impérativement besoin d’un réseau interconnecté, d’une fiabilité à toute épreuve, à la pointe du progrès. Peut-on dire que la libéralisation actuelle du secteur de l’énergie accentue ou, au contraire, réduit l’instabilité de la desserte ? Aurait-on pu éviter les pannes d’électricité récentes à New York et à Londres, si la libéralisation des marchés de l’énergie avait été encore plus avancée ?Alors que la déréglementation rapide et frénétique compte tant d’adversaires, The Power to Choose explique que la libéralisation n’est pas encore assez poussée dans les pays de l’OCDE. On s’est trop concentré sur l’offre, pas assez sur la demande, en ne laissant pas jouer les mécanismes de prix. Au cours du processus de déréglementation, les fournisseurs se sont livrés à une concurrence acharnée pour élargir leur clientèle à coups de prix bas ou fixes. Sur les marchés de gros, où s’échange l’électricité, les prix n’ont cessé de fluctuer d’une heure à l’autre, d’un jour à l’autre ou d’une saison à l’autre. Les consommateurs, pour qui le prix reste le même, n’ont par conséquent aucun intérêt à limiter leur consommation aux heures de pointe, et ainsi atténuer les fluctuations.The Power to Choose démontre que si les consommateurs devaient payer les prix réels sur le marché, ils réagiraient. Le livre cite des études prouvant que les valeurs atteintes par les prix de gros au plus fort des crises qu’a connues la Californie il y a deux ans auraient été réduites de moitié si la demande avait été inférieure de 5%. La technologie nécessaire pour suivre et gérer la demande d’électricité en temps réel, et ainsi pour mesurer les changements de comportement des consommateurs et les encourager, a été jugée trop coûteuse pour que la gestion de la demande soit rentable. Et pourtant, un rapport du ministère de l’énergie des États- Unis estime à près de US$450 millions par an les coûts des congestions sur les réseaux de transports. The Power to Choose fait valoir que lorsque les prix ne parviennent pas à réguler les fluctuations naturelles de l’offre et de la demande, on assiste à une trop forte instabilité des prix, un surinvestissement dans les moyens de production de pointe et, au bout du compte, un risque accrû de défaillance du système.© L’Observateur de l’OCDE, N°239, Septembre 2003


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016