Canada : culture de l’innovation

Jane Stewart, Ministre du développement des ressources humaines

Ms Stewart

Les Canadiens jouissent aujourd’hui d’une qualité de vie qui est, à juste titre, considérée comme l’une des meilleures du monde. Néanmoins les pouvoirs publics doivent les aider à développer leurs compétences et faire en sorte qu’ils puissent tous apporter leur contribution à une économie fondée sur le savoir et en recueillir les fruits.

Dans le cadre de sa Stratégie d’innovation lancée en février 2002, le gouvernement du Canada s’est engagé à favoriser l’édification d’une culture de la formation tout au long de la vie. Or, pour aider les Canadiens à développer leurs compétences et leurs aptitudes et à bénéficier des possibilités d’apprentissage, les pouvoirs publics, les entreprises, les travailleurs, le secteur associatif et les particuliers doivent conclure un partenariat à long terme. Des progrès ont d’ailleurs déjà été accomplis dans ce sens.

Par exemple, le financement des prêts étudiants a été renforcé pour qu’un plus grand nombre de Canadiens puissent accéder à l’enseignement postsecondaire.

L’aide aux personnes handicapées a été élargie de façon à leur faciliter un accès durable au marché du travail. Un soutien est apporté aux immigrants pour leur permettre de s’intégrer pleinement dans la vie active. Des dispositions ont été prises et des programmes mis en place afin que les membres des populations autochtones puissent acquérir des compétences qui leur sont nécessaires pour tirer totalement parti des possibilités d’emploi offertes.

À compter de 2004, dans le cadre de l’Institut canadien sur l’apprentissage qui a récemment été créé, les Canadiens prendront part à l’élaboration des décisions relatives à l’acquisition des connaissances et des compétences dont ils auront besoin.

Il est indéniable que bien d’autres défis nous attendent, qu’il s’agisse de l’évolution démographique, de la pénurie de travailleurs qualifiés dans certains domaines clé ou encore de la demande toujours croissante d’une main-d’œuvre très qualifiée et capable de s’adapter. Mais les autorités canadiennes sont convaincues que ces défis pourront être relevés grâce à la réalisation d’investissements stratégiques dans les personnes.

© L’Observateur de l’OCDE, n°239, septembre 2003




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017