Petites et prospères

Le processus de Bologne : Encourager l’entreprenariat et les PME innovantes dans une économie mondialisée

Si la petite taille peut être synonyme de succès dans le monde des affaires, elle peut aussi représenter un handicap, dans les périodes fastes comme dans les périodes difficiles. La paperasserie, les taxes et charges diverses, les coûts du capital, les réglementations de l’emploi, les frais juridiques sont autant de questions qui absorbent, en effet, une bonne partie du temps et des ressources financières des petites et moyennes entreprises.

En dépit de ces difficultés, les petites et moyennes entreprises (PME) représentent plus de 95 % de l’effectif total et fournissent de 60 % à 70 % des emplois dans la zone OCDE. Elles jouent un rôle moteur essentiel sur le plan économique, en mettant leurs capitaux, leur capacité d’innovation et leurs compétences au service des consommateurs et en canalisant leurs ressources financières et leur expertise vers les grandes entreprises. Il serait donc hautement souhaitable que les décideurs puissent faire un peu plus pour les y aider.Tel était précisément l’objectif de la première grande conférence ministérielle internationale sur les PME dont le thème était : « Améliorer la compétitivité des PME dans l’économie mondiale : stratégies et politiques ». Organisée par l’OCDE à Bologne, Italie, en juin 2000, elle a constitué une occasion précieuse d’identifier les mesures que pourraient prendre les autorités publiques et le secteur privé pour aider les PME à développer leurs atouts locaux tout en bénéficiant de la mondialisation.L’un des résultats majeurs de la conférence a été l’adoption de la Charte de Bologne sur les politiques en faveur des PME par près de 50 pays. Outre tous ceux appartenant à l’OCDE, la liste comprend plusieurs grands pays en développement comme le Brésil, la Chine et l’Afrique du Sud, et des plus petits, tels le Costa Rica et l’Ouzbékistan. La Charte de Bologne fournit un cadre de référence aux pays qui souhaitent accroître l’efficacité des politiques destinées à encourager l’entreprenariat et à favoriser le développement et la compétitivité des petites entreprises à tous les niveaux : local, national et international. Elle préconise le dialogue et la coopération entre les organisations et les institutions internationales et recommande des mesures concrètes. Parmi celles-ci, mentionnons les mesures visant à faciliter l’accès des PME aux réseaux d’innovation ainsi qu’aux programmes de R&D et aux marchés publics.La Conférence a donné naissance au Processus de Bologne dans le cadre duquel l’OCDE rassemble plus de 70 pays et plus de 50 organisations, institutions et ONG internationales. Le processus se fixe un triple objectif : encourager l’élaboration d’un programme visant à développer l’entreprenariat et la compétitivité des PME à l’échelle mondiale ; aider les pouvoirs publics à identifier les mesures qui permettraient aux chefs d’entreprise et aux PME de bénéficier davantage de la mondialisation ; et, enfin, renforcer le dialogue à haut niveau à propos des politiques en faveur des PME entre les diverses parties : décideurs, entreprises, et organisations et institutions nationales et internationales. Une seconde grande conférence ministérielle sur les PME aura lieu en Turquie, du 3 au 5 juin 2004, sur le thème « Promouvoir l’entreprenariat et les PME innovantes dans une économie mondialisée ». Les décideurs politiques auront ainsi une autre occasion précieuse de réfléchir aux mesures favorisant le dynamisme et la prospérité de cette catégorie d’entreprises… un objectif qui ne peut que servir l’intérêt général.© L’Observateur de l’OCDE, N°238 Juillet 2003OCDE (2002), Perspectives de l’OCDE sur les petites et moyennes entreprises, Paris.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016