Éduquer c’est avancer

L’investissement dans l’enseignement secondaire et supérieur, de même que dans l’enseignement primaire, rapporte gros aux économies émergentes, que ce soit pour les pays ou pour leurs habitants, selon une nouvelle étude réalisée par l’UNESCO et l’OCDE.

Les auteurs de cette étude, intitulée Financing Education – Investment and Returns : Analysis of the World Education Indicators, constatent qu’au cours des 20 dernières années, l’investissement dans le capital humain a représenté environ un demi-point du taux de croissance annuel de 16 économies émergentes.Cependant, l’accès à l’enseignement secondaire et supérieur, condition indispensable à l’apparition d’une main-d’œuvre instruite, progresse lentement. En 2002, les adultes des 16 pays examinés ont passé en moyenne 7,6 ans à l’école, soit plus du double de la durée enregistrée en 1960, qui était de 3,4 ans. Ce chiffre était néanmoins inférieur de près de trois années à la moyenne des pays de l’OCDE, soit 10,2 ans. Or, au rythme auquel croît actuellement la scolarisation, il faudra encore 30 ans à certaines de ces économies émergentes pour atteindre le nombre d’années de formation de la zone OCDE aujourd’hui.Selon les auteurs de l’étude, c’est en Argentine, au Chili, en Jamaïque, en Malaisie, au Pérou, au Philippines et en Uruguay que le lien entre éducation et croissance économique a été le plus étroit au cours de ces 20 dernières années. Par exemple, en 1960, les Malaisiens ont fréquenté l’école pendant 3,22 ans en moyenne, lorsque le PIB par habitant était de US$2 000. En 2000, la durée moyenne de la scolarisation était passée à 9,31 ans et le PIB par habitant avait triplé pour atteindre quelque US$6 000. Les résultats ont été moins importants en Égypte, en Inde et en Tunisie où « les niveaux de formation étaient au départ sensiblement plus faibles » que dans les autres pays étudiés. Le rapport montre ainsi que le capital humain joue un rôle plus important dans le processus de croissance économique une fois qu’il a atteint un seuil critique, et qu’une forte scolarisation dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire et dans l’enseignement supérieur joue beaucoup sur la croissance.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017