Investir dans le secteur de l’eau en Chine

L’élaboration d’une stratégie de financement et de gestion de l’eau pose diverses questions, dont la plus importante est celle de la capacité de financement. Or, il est très difficile d’apporter des réponses réalistes dans le cas de grands projets environnementaux car ils nécessitent de lourds investissements en capital dans l’infrastructure publique et courent sur une longue période.

Pour tenir les engagements en termes de dépenses, les décideurs doivent déterminer combien ils peuvent consacrer à chaque poste, de la mobilisation des capitaux et de l’acquisition des terrains aux dépenses d’entretien et de fonctionnement. Leurs calculs doivent être établis avec réalisme et se situer dans une perspective pluriannuelle.Il existe un logiciel, justement baptisé FEASIBLE, qui facilite la tâche des décideurs. Il s’agit d’une application qui aide à la mise en place d’un cadre méthodologique normalisé connu sous l’appellation de Stratégie de financement de l’environnement. Elle permet d’établir des scénarios, de mettre en évidence les sources de difficultés et de déterminer quels types de financement et d’intervention conviennent le mieux. FEASIBLE a été utilisé pour élaborer les stratégies de financement des réseaux d’adduction d’eau et d’assainissement en milieu urbain en Arménie, en Géorgie, en Moldavie, en Ukraine et au Kazakhstan, et dans la Fédération de Russie.La Chine s’y intéresse aujourd’hui. Avec le concours de l’OCDE, elle applique le modèle FEASIBLE à la collecte et au traitement des eaux usées dans 14 villes et zones urbaines de la province du Sichuan, qui couvre une population totale de 3 millions d’habitants. Un scénario de référence est établi : dans le cas du Sichuan, l’hypothèse de départ table sur l’achèvement dans les délais prévus de la construction de sept stations d’épuration et sur la concrétisation de tous les financements annoncés. La réponse de FEASIBLE est très révélatrice. Le logiciel fait d’abord apparaître que les besoins d’investissement sont plusieurs fois supérieurs pour les systèmes de collecte des eaux usées que pour les stations d’épuration. Étant donné que l’aménagement des réseaux d’évacuation des eaux usées prendra plus de temps que la construction de stations d’épuration, d’ici 2004, les nouvelles stations d’épuration n’auront pas assez d’eaux usées à traiter à moins d’engager de nouveaux investissements dans les réseaux d’égouts. Or, il est prévu dans les budgets publics d’affecter des crédits plutôt aux stations d’épuration qu’aux réseaux d’assainissement. Par ailleurs, la structure du financement dans le Sichuan est beaucoup plus tributaire du financement public que dans les pays de l’OCDE. Cela étant, un financement public est envisageable et, en moyenne, les tarifs de l’eau et de l’assainissement seront abordables, même si dans la plupart des villes, les 10 % à 20 % les plus pauvres auront besoin d’une aide des pouvoirs publics. Une deuxième phase des travaux lancés par l’OCDE et le gouvernement chinois montrera comment ce scénario de référence peut être adapté en recourant à plusieurs instruments d’action de façon, par exemple, à mobiliser des ressources supplémentaires, ou en réaménageant les programmes d’investissement.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016